L'offre de rachat d'Atos rejetée par DXC

Faute d’accord financier, DXC Technology écarte la proposition de rachat d’Atos, qu'elle considère sous-évaluée.

Faute d’accord financier, DXC Technology écarte la proposition de rachat d’Atos, qu'elle considère sous-évaluée.

Les discussions entre DXC Technology et Atos sont au point mort. L'offre de rachat du second n'est plus à l'ordre du jour du premier.

Le conseil d'administration de DXC Technology a catégoriquement rejeté l'offre non sollicitée d'Atos pour acquérir la société de services IT américaine après avoir soigneusement évalué la proposition avec ses conseillers financiers et juridiques. Dans une déclaration, DXC explique que son conseil d'administration a déterminé que l'offre était inadéquate et manquait de certitude à la lumière de la valeur que le conseil d'administration estime que DXC peut poursuivre de façon autonome et assurer son propre projet de transformation. « Après avoir partagé certaines informations confidentielles afin d'aider Atos à comprendre pourquoi le conseil d'administration estime que sa proposition de rachat de DXC est sous-évaluée, Atos et DXC ont convenu d'interrompre leurs discussions », a-t-il déclaré.

En janvier, Atos a fait une offre surprise et inattendue pour acquérir les activités de DXC, qui est cotée à la bourse de New York, moyennant un chèque d'un montant de 10 milliards de dollars, une démarche qui a été qualifiée de "non sollicitée" par son concurrent. Suite aux spéculations des médias selon lesquelles la SSII française préparait une approche hors des sentiers battus, la société de services américaine a confirmé la potentielle « transaction amicale » par le biais d'un communiqué de presse. Cette opération était motivée par le désir de créer un « leader des services numériques bénéficiant d'une envergure, d'un talent et d'une innovation à l'échelle mondiale », et aurait été la plus importante acquisition d'Atos si elle avait été finalisée.

Dans l'intervalle, DXC a révélé qu'il n'avait eu connaissance d'aucune manifestation d'intérêt de la part d'Atos avant de recevoir une proposition de rachat en janvier dernier. De son côté, DXC a réaffirmé sa confiance dans son projet de transformation, soulignant qu'au cours de son troisième trimestre, il a dépassé ses prévisions de chiffre d'affaires et de résultat avant impôts, et que d'autres informations seront communiquées le 4 février. Rappelons pour conclure que DXC Technology est issu de la fusion des activités de conseil et services IT de HPE  et de Computer Sciences Corporation. En 2017, HPE avait en effet lancé DXC Technology, une entreprise détenue à part égale avec CSC et constituée des actifs de ce dernier et de ceux de HPE Enteprise Services.  

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité