Le letton open source OnlyOffice se positionne face à Google, Microsoft et LibreOffice

OnlyOffice Document Editor permet de collaborer autour d'un document et prend en charge les formats DOC, DOCX, ODT, TXT, PDF et HTML. (Crédit : OnlyOffice)

OnlyOffice Document Editor permet de collaborer autour d'un document et prend en charge les formats DOC, DOCX, ODT, TXT, PDF et HTML. (Crédit : OnlyOffice)

Originaire de Lettonie, la suite bureautique OnlyOffice revendique plus de 5 millions d'utilisateurs dans le monde. En France, son réseau de partenaires compte une dizaine d'éditeurs et intégrateurs.

Compatible avec Office et OpenDocument la suite bureautique OnlyOffice a vu le jour en 2009 sous la forme du projet TeamLab sous la conduite de Lev Bannov. Au départ conçue pour faciliter la collaboration d'une équipe interne (avec blog, wiki, forum), elle évolue en une suite bureautique dont la version serveur supporte aujourd'hui jusqu'à 200 utilisateurs simultanés dans sa version Enterprise Edition Standard+. La suite open source, renommée OnlyOffice en 2014, est éditée par Ascensio System Ltd, une société basée à Riga, en Lettonie, toujours dirigée par Lev Bannov qui affiche plus de 5 millions d'utilisateurs sur 200 pays. Dans le secteur public en France, elle a été retenue par l'Université de Strasbourg, la Sorbonne, le ministère de l'Intérieur ou le CNRS, ainsi que par la Croix Rouge française. On la trouve également dans de grandes entreprises comme Deloitte, Thomson Reuters, Oracle ou Fujitsu. Parmi les points forts avancés par OnlyOffice, son portail est disponible en 23 langues, ses feuilles de calcul supportent près de 450 fonctions et sa bureautique peut ouvrir les documents MS Office protégés par mot de passe pour les éditer. Des applications mobiles permettent de collaborer sur les présentations. La suite se compare volontiers à Office ou Google Docs, mettant par exemple en avant sa capacité à conserver le formatage original des fichiers.

OnlyOffice est proposé sous différentes formes. Son service cloud en ligne s'adresse aux utilisateurs individuels et aux organisations à but non lucratif à travers un abonnement qui démarre à 9 €/mois pour deux utilisateurs actifs et 20 Go de stockage sur disque. Les éditions taillées pour l'entreprise nécessitent de déployer OnlyOffice sur site. Une version développeur permet d'intégrer les fonctionnalités bureautiques à ses propres applications. Depuis un an, les versions de bureau d'OnlyOffice disposent d'une option de chiffrement de bout en bout pour les développeurs.

Un réseau de partenaires en France

Outre sa version communautaire, sous licence GNU Affero v.3, pour Windows et Linux (image Docker), la suite open source est accessible dans trois éditions pour les entreprises : Enterprise Edition Start (1 020€/serveur) jusqu'à 50 utilisateurs simultanés, EE Standard jusqu'à 100 connexions simultanées et 150 utilisateurs (2040€/serveur), enfin, EE Standard+, jusqu'à 200 connexions simultanées et 400 utilisateurs (4080€/serveur). Au début de cette année, Nextcloud, partenaire technologique de la société Lettone, a sorti la solution de collaboration en ligne Nextcloud Hub qui inclut OnlyOffice.

En France, son réseau de partenaires réunit Arawa, Ceo-Vision, Cinese, Cloudamo, eXo, Full IP Solutions, Jalios, Maarch, Open-DSI, Pydio et XWiki Sas. Parmi les contributeurs les plus actifs de la suite open source figure la développeuse française Marie-Jo Kopp Castinel. La suite bureautique compatible MS Office s'intègre à différents logiciels externes. Elle dispose déjà, entre autres, de connecteurs pour les solutions de gestion de contenus Alfresco, SharePoint, Liferay, Nuxeo et Jalios, ainsi que pour les espaces de travail numériques d'eXo Platform et de GoFAST. OnlyOffice peut être testé localement pendant 30 jours et jusqu'à 180 jours en ligne pour une utilisation personnelle ou par une ONG.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité