Le serial entrepreneur Carlos Diaz arrive chez Exo

Le serial entrepreneur Français Carlos Diaz, fondateur du Groupe Reflect et du réseau social Bluekiwi, devient président d'Exo. Crédit. D.R.

Le serial entrepreneur Français Carlos Diaz, fondateur du Groupe Reflect et du réseau social Bluekiwi, devient président d'Exo. Crédit. D.R.

Après Reflect, bluekiwi ou encore Kwarter et The Refiners, Carlos Diaz vit une nouvelle aventure en prenant la présidence d'Exo, éditeur open source dans le collaboratif.

Carlos Diaz vient d'être nommé à la présidence du conseil d'administration d'Exo, éditeur français d'une plateforme open source collaborative dont le siège se situe à Vannes, en Bretagne. Il succède à ce titre à Bob Bickel qui siégera au conseil de surveillance. Après une formation universitaire en littérature et civilisation hispanique et un début de carrière de professeur de lycée, Carlos Diaz va très vite s'orienter vers le monde du Net. À 23 ans, il co-fonde la web agency  Reflect Digital Agency à Paris qui devient par la suite le groupe Reflect. Après l'acquisition de Reflect par l'agence belge  Emakina, il créé le réseau social blueKiwi qu'il cédera à l'ESN Atos en avril 2012 pour se consacrer à d'autres projets. De 2011 à décembre 2015, il décide de se consacrer au développement de Kwarter, une start-up de social TV.

Depuis 2016, Carlos Diaz dirige avec Pierre Gaubil et Géraldine LeMeur The Refiners, un accélérateur installé dans la Silicon Valley pour aider des start-ups françaises à développer leur activité aux Etats-Unis. Celui qui se décrit comme un serial entrepreneur est également à l'origine du mouvement des Pigeons, un mouvement de contestation apparu en France le 28 septembre 2012 sur Internet, dénonçant le projet de loi de finances 2013 qui a fédéré en quelques jours des milliers d'entrepreneurs.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité