Les enchères pour le .Paris sont ouvertes

La ville de Paris multiplie les opérations pour promouvoir son nom de domaine en

La ville de Paris multiplie les opérations pour promouvoir son nom de domaine en

Les registrars Afnic et Core ont lancé avec la ville de Paris les enchères pour acquérir des noms de domaine du TLD.paris. Les mises à prix durent une semaine à compter de la première enchère.

« Paris vaut bien une messe ! » disait Henri IV. Mais un .paris peut ne valoir que, aujourd'hui, quelques centaines d'euros par nom de domaine. Soucieuse de sa réputation sur la toile, la mairie de Paris lance des enchères pour acquérir des domaines du TLD (Top Level Domain, ou domaine de premier niveau) .paris. Créée avec l'Association française pour le nommage Internet en coopération (Afnic) et son homologue suisse Core, le projet fonctionnera sous la forme d'enchères. A compter du lundi 14 septembre 2015, il sera ainsi possible à tout à chacun de faire l'acquisition de l'adresse apero.paris ou photographe.paris pour une mise de départ de 250 euros. Matthieu Credou, directeur marketing de l'Afnic, en explique le fonctionnement : « Les ventes débutent le 14 septembre 2015, chaque vente durera une semaine à compter de la première enchère. La plupart des adresses disponibles ont une mise à prix de 250 euros. »

Par ailleurs, la ville de Paris et l'Afnic ont gardé le privilège de posséder les noms de domaine à forte notoriété comme les métiers d'artisans (plombier.paris, boulanger.paris...), notamment. « C'est un moyen de préserver un certain niveau de qualité, validé par la ville. Ces extensions pourraient, à terme, devenir des sortes de label », explique Matthieu Crédou. Une deuxième série de ventes est prévue pour les noms de domaine « premium ». Ils devraient être les plus prisés et sont, nécessairement, vendus plus chers, comme immobilier.paris qui sera mis en vente (durant une semaine) à partir du 21 septembre 2015 avec une mise à prix de 2500 euros.

Des revenus et une campagne de communication pour la ville

Vendus par des bureaux d'enregistrements privés, les droits d'entrées seront partiellement reversés à l'Afnic, à CORE et à la ville de Paris. Les deux associations et la ville toucheront un pourcentage, préalablement défini, à la fin de l'année sur l'ensemble de l'opération. Mais ces ventes profiteront essentiellement à Paris en termes de rayonnement, souligne-t-on du côté de l'association. La capitale cherche à valoriser son image de marque et multiplie les opérations du genre. L'an dernier, elle avait déjà réservé les 100 premiers domaines à des grandes entreprises emblématiques de l'Île-de-France, comme la Société de la Tour Eiffel ou Aéroports de Paris. A l'inverse, l'ouverture des ventes de noms non-réservés (comme des noms d'entreprises ordinaires ou de particuliers) se fera ultérieurement.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité