Les prix montent le 1er octobre chez Google Cloud

Google Cloud a détaillé l'ensemble des changements tarifaires notamment sur la partie stockage. Ils seront effectifs à partir du 1er octobre 2022. (Crédit photo: krystof-m/pixabay)

Google Cloud a détaillé l'ensemble des changements tarifaires notamment sur la partie stockage. Ils seront effectifs à partir du 1er octobre 2022. (Crédit photo: krystof-m/pixabay)

Des changements de tarifs sont annoncés par Google Cloud pour le 1er octobre prochain. Plusieurs services vont voir leur prix augmenter, tout comme la facture finale pour les entreprises. Petit tour d'horizon des modifications.

Si les DSI craignent souvent les coûts cachés du cloud, ils ne peuvent pas grand-chose sur la décision des fournisseurs de services cloud de modifier leurs tarifs. C'est ce que vient d'annoncer Google Cloud en disant vouloir fournir « des modèles de tarification et des options plus flexibles ». Ces évolutions tarifaires entreront en vigueur le 1er octobre 2022. Comme toujours dans ce cas, le diable se cache dans les détails pour déterminer les hausses et les baisses de prix des services. Petit tour d'horizon pour y voir plus clair.

Sur le stockage, les variations tarifaires dépendent des services et des régions. Ainsi, sur l'offre Nearline multi-régional, la hausse des prix concerne l'ensemble des zones en passant de 0,010$ par Go par mois à 0,015$ par Go par mois (soit une inflation de 50%). Sur le service Coldline (stockage des données froides), seule la zone Asie voit son prix grimper de 0,0070$ par Go par mois à 0,00875$. Quand on passe au service de géoréplication birégion, les prix augmentent pour les régions Nam4 (us-central1 et us-east1), Eur4 (europe-north1 et europe-west4) et Asia1 sur les offres de stockage Standard (0,0360$/Go/mois à 0,0440$ pour les deux premières zones et de 0,0460$/Go/mois à 0,0506$ pour la plaque Asia1). La partie Nearline subit elle aussi une poussée tarifaire (0,0200$/Go/mois à 0,0220$ pour les deux premières zones et de 0,0320$/Go/mois à 0,0352$ pour la plaque Asia1).

La tarification des opérations pour le stockage Coldline Class A de Google Cloud doublera, passant de 0,10$ par 10 000 opérations à 0,20$. Et si la lecture de données d'un bucket S3 depuis un service Google Cloud situé dans une région du même continent était auparavant gratuite, elle sera désormais facturée comme tout autre mouvement de données entre les sites Google Cloud sur le même continent.

Quelques baisses de prix sur le stockage et une option d'archivage des snapshots


Et les baisses de tarifs existent-elles ? Oui, les prix du service Archive dans le cadre de la géoréplication bi-région vont être abaissés dans les trois zones citées précédemment (0,0050$/Go/mois à 0,0028$ pour Nam4 et Eur4 et de 0,0065$/Go/mois à 0,0058$ pour Asia1). On notera aussi une réduction tarifaire sur le service Coldline pour les zones Nam4 et Eur4 (0,0090$/Go/mois à 0,0088$).

Google Cloud annonce par ailleurs l'arrivée d'une option d'archivage des snapshots pour Persistent Disk moins coûteuse que le stockage classique des snapshots (qui voit au passage son tarif augmenter en passant de 0,026$/Go/mois à 0,05$ pour du stockage régional et 0,026$/Go/mois à 0,065$/mois). La prochaine option sera disponible à la mi-2022 avec un tarif de 0,019$/Go/mois et un droit d'accès aux données de 0,019$/Go sur l'offre régionale et 0,024$/Go/mois avec un droit d'accès aux données de 0,024$ par Go. Ce changement peut être bienvenu pour ceux qui utilisent Persistent Disk de Google Cloud pour l'archivage plutôt que pour des tâches nécessitant des calculs.

Le load balancing et la télémétrie réseau touchés aussi par les hausses


Le stockage n'est pas le seul service touché par les futures hausses des prix. L'équilibrage de charge se verra au 1er octobre prochain appliquer des « frais de traitement de données sortantes » de 0,008$ à 0,012$.

Enfin, l'offre Topology Network, qui est un outil de visualisation de l'état du réseau des VPC, avait été lancée gratuitement en 2021. Google avait alors expliqué que ce service de télémétrie serait payant à terme. Il le sera bien à partir de l'automne prochain avec une tarification de 0,0011$ par heure de ressource utilisée.

Avec cette annonce de changement tarifaire, les entreprises disposant d'équipes FinOps vont pouvoir calculer l'impact sur leurs factures.



Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité