N-able, une solution de sauvegarde cloud taillée pour les MSP

Si le siège social de N-able est installé à Boston, les deux grands centres où il y a le plus d'employés sont Ottawa, au Canada, et Raleigh, en Caroline du Nord, nous a indiqué Chris Groot, DG de N-Able. (Crédit : S.L.)

Si le siège social de N-able est installé à Boston, les deux grands centres où il y a le plus d'employés sont Ottawa, au Canada, et Raleigh, en Caroline du Nord, nous a indiqué Chris Groot, DG de N-Able. (Crédit : S.L.)

Spin-off de SolarWinds, l'éditeur N-Able vole de ses propres ailes depuis plus d'un an pour développer sa solution de back-up cloud conçue pour les grands comptes et les MSP.

Installé à Boston, dans le Massachusetts, N-able, une émanation de Solarwinds, a connu une année 2020 difficile suite aux répercussions de la cyberattaque très médiatisée, au cours de laquelle des pirates informatiques soutenus par le gouvernement russe avaient compromis les systèmes du gouvernement américain, au moins partiellement, en exploitant des failles de sécurité dans les produits de l'éditeur. Indépendant depuis juillet 2021, N-able s'est fait un nom sur le marché du back-up as a service avec une offre taillée pour les grands comptes (plus de 2 000 employés), mais également les PME-PMI (250 employés ou moins) via les MSP. Directeur général de N-able, Chris Groot nous a donné un aperçu des ambitions de l'éditeur sur le marché européen, lors d'un récent IT Press Tour dans la Silicon Valley. 

« Nous sommes une entreprise entrée en bourse en juillet dernier [2021], avec 1 400 employés maintenant et un chiffre d'affaires de 360 millions de dollars au total. Nous avons 25 000 clients, dont beaucoup sont des fournisseurs de services managés. Donc, c'est un segment clé du marché pour nous », nous a expliqué Chris Groot à Palo Alto. 45 % des revenus de l'éditeur proviennent du marché nord-américain, avec des développements annexes au Royaume-Uni et au Benelux. « Nous desservons également tous les autres pays européens, ainsi que l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Moyen-Orient, etc. Donc, nous affichons une bonne présence mondiale avec des revenus récurrents en mode abonnement ». 

Les MPS comme flux primaires

L'objectif de N-able est de donner des opportunités commerciales aux MSP grâce à une technologie conçue à cet effet. « Les MSP sont une sorte de flux primaire d'accès au marché, qui servent en fin de compte les PME-PMI [...]. Notre ambition est de permettre et d'accélérer l'évolution numérique de ces petites et moyennes entreprises. Nous apportons donc une technologie de classe entreprise au SMB pour gérer les sauvegardes et les restaurations », nous a expliqué le dirigeant. La proposition de N-able repose sur trois piliers : la surveillance, la sécurité et la gestion à distance. « C'est un outil clef pour l'application des correctifs, la surveillance des points d'extrémité et l'accès à distance, ce dont vous avez besoin en tant que fournisseur de services gérés pour vous assurer que les entreprises restent productives à tout moment ». La sécurité est le deuxième élément clef. « Les correctifs sont une partie de la sécurité, mais aussi la protection des terminaux. Donc des choses comme le filtrage EDR, DNS du courrier... la gestion des mots de passe. Tous les points importants pour garder les hostiles à l'extérieur, ou pour empêcher les mauvaises choses de se produire sur les réseaux. C'est la partie sécurité de l'équation. Et puis, vous avez la protection des données, qui est une sorte de troisième pilier ». Pour ce dernier, N-able installe des agents pour travailler avec des ressources locales (postes de travail - Mac, Windows et Linux - et serveurs physiques et virtuels) ou cloud, et même des solutions SaaS très spécifiques comme Office365.

Lire la suite sur Le Monde Informatique

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité