Plus d'Office 365 et moins d'Office 2019 chez Microsoft

Pour Jared Spataro, vice-président de Microsoft 365, la suite Office 2019 est « figée dans le temps ». crédit : D.R.

Pour Jared Spataro, vice-président de Microsoft 365, la suite Office 2019 est « figée dans le temps ». crédit : D.R.

Mois après mois, Microsoft ne cache plus sa préférence pour pousser les utilisateurs vers la version SaaS de sa suite bureautique Office. L'éditeur verrait d'un très bon oeil les utilisateurs payer tous les mois leur abonnement à Office 365, comme le gaz ou l'électricité.

L'an dernier, on se souvient que l'annonce des versions on premise d'Office 2019 n'avait pas soulevé un enthousiasme démesuré chez Microsoft. Il faut dire que désormais que la firme de Redmond préfère se concentrer sur la version SaaS de sa suite quitte à dénigrer quelque peu son logiciel bureautique historique. L'éditeur a ainsi mis en ligne trois vidéos pour démontrer que sa technologie IA permettant à cette version toujours mise à jour d'Office 365, de remplir automatiquement des données géographiques dans une feuille de calcul Excel ou d'ajouter automatiquement des compétences pertinentes à un CV Word avant qu'il ne soit envoyé au recruteur. Dans chacune de ces « démonstrations », Microsoft a insisté sur le fait qu'Office 2019 oblige l'utilisateur à effectuer les tâches manuellement, alors qu'Office 365 exécute automatiquement la tâche ou se connecte à Internet pour la simplifier.

Selon Jared Spataro, vice-président de Microsoft 365, la suite Office 2019 est « figée dans le temps ». Pire encore, « les applications Office 2019 ne sont jamais mises à jour avec de nouvelles fonctionnalités, et elles ne sont pas connectés au cloud », comme il l'a ajouté. « De plus, Office 2019 ne prend pas en charge la co-édition de documents en temps réel à travers toutes les applications, et la suite n'est pas dotée des étonnantes capacités d'Office 365 en matière d'intelligence artificielle ». L'éditeur a ajouté des capacités d'IA à Office, introduisant plusieurs innovations, par exemple, une recherche plus intelligente, l'ajout de Ideas qui permet de simplifier l'ensemble des fonctions d'Office, ou encore la transcription vidéo et la fonction Assistant de CV, mises en avant dans la présentation de Word. Jusqu'ici, le message de Microsoft était relativement modéré, l'éditeur faisant discrètement remarquer que ces fonctions étaient actives dans Office 365 et pas dans Office 2019. Or désormais, l'éditeur a adopté une position beaucoup plus frontale.

Office 2019 présenté comme un concurrent d'Office 365 pour Microsoft L'achat d'une « licence perpétuelle » Office 2019 pour un poste de travail coûte 149,00 euros TTC pour les versions Office Famille & Etudiant 2019, incluant Word, Excel et PowerPoint. L'équivalent Office 365, appelé Office 365 Personnel, qui comprend Word, Excel, PowerPoint, Outlook, Publisher, Access, Access, plus OneDrive et Skype - coûte 69,00 euros TTC par an. Cela signifie qu'il faut repayer chaque année cette somme pour continuer à modifier ses documents et profiter de nouvelles fonctions. Microsoft voudrait que les utilisateurs et les entreprises considèrent Office comme l'eau, l'électricité ou les impôts et budgétisent son utilisation comme coût permanent.

Longtemps, les utilisateurs se sont interrogés sur la valeur des mises à jour de la suite Office autonome, estimant qu'un correcteur orthographique était toujours un correcteur orthographique. Microsoft aimerait bien qu'ils adhèrent aux avantages d'une suite Office connectée qui, selon l'éditeur, offre non seulement un accès immédiat à un monde de données dynamique, mais apporte aussi de nouveaux services dont ils n'ont même pas idée. Ce qui est intéressant aujourd'hui, c'est que Microsoft désigne ses anciennes versions d'Office comme s'il s'agissait d'un concurrent. Le courriel annonçant la nouvelle stratégie est on ne peut plus clair : « Pourquoi Microsoft ne veut pas que les utilisateurs achètent Office 2019 ».

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité