Pour Mark Hurd, CEO d'Oracle, l'innovation doit passer par le cloud

Mark Hurd, CEO d'Oracle, est intervenu hier à Paris dans le cadre du Forum Oracle Digital Transformation. (crédit : Oracle)

Mark Hurd, CEO d'Oracle, est intervenu hier à Paris dans le cadre du Forum Oracle Digital Transformation. (crédit : Oracle)

Intervenant sur l'évolution des systèmes informatiques et les bouleversements subis par les entreprises, dans le cadre du Digital Day organisé par Oracle France cette semaine, Mark Hurd, CEO du groupe américain, est revenu sur la capacité des offres cloud à placer l'entreprise dans « une perspective d'innovation ».

« Rude temps pour les CIO », a pointé Mark Hurd, CEO d'Oracle, sur le « Digital Day » organisé hier à Paris par le fournisseur de solutions informatiques. Le temps leur est compté pour engager les projets de transformation numérique. L'intervention du dirigeant américain, déjà venu à Paris sur ce thème l'an dernier, s'inscrivait dans le cadre du Forum Oracle Digital Transformation (1 800 inscrits), ouvert par l'écrivain Jacques Attali. A deux pas des Invalides, une vingtaine d'ateliers se sont tenus à la Maison de Chimie, sur le cloud (privé, public, hybride, PaaS, SaaS), la mobilité, le big data, l'analytique et l'Internet des objets, notamment. « Vos clients veulent consommer tout, tout de suite, vos concurrents veulent prendre vos parts de marché, tout de suite, cela vous oblige à réinventer vos modèles d'affaires, créer de nouveaux business et nous voulons vous accompagner », a souligné Richard Frajnd, DG d'Oracle France, avant de laisser la parole à Mark Hurd.

AdTech Ad

Richard Frajnd, DG d'Oracle France, a mentionné l'initiative We (love) Startups de la filiale qui suit 7 jeunes pousses. (crédit : D.R.)

Le CEO, pour sa part, a enfoncé le clou de la remise en question permanente. Pour les entreprises, ébranlées par l'émergence de modèles fortement perturbateurs, les cartes sont sans cesse rebattues. Mark Hurd a de nouveau rappelé qu'il ne restait plus à ce jour au classement Fortune 500 que la moitié des entreprises qui y figuraient 15 ans plus tôt. Les unes ont été rachetées, les autres ont fait faillite, ou bien elles ont fondu et sont sorties du classement. 

Déplacer des workloads entre clouds privés et publics Sur un ton vif, direct et ponctué de dérision, le dirigeant d'Oracle s'est adressé à son auditoire de plain-pied, intervenant familièrement comme il le fait couramment, face au premier rang des participants, sans monter sur scène. Avec un propos déjà connu il est vrai. Les consommateurs investissent à tout va dans les équipements technologiques tandis que les entreprises s'échinent à maintenir leur existant qui pèse plus de 80% de leurs dépenses IT. Les clients redoublent d'exigence et passent vite à la concurrence si le service qu'on leur propose les déçoit. Et en interne, les systèmes IT subissent aussi la pression des collaborateurs. Pressés de se moderniser pour survivre, les directions informatiques automatisent les processus, mais elles peinent à faire évoluer certaines applications. Dès lors, passer au cloud et au SaaS leur permet non seulement de déporter l'infrastructure, a pointé Mark Hurd, mais aussi, sans avoir à gérer ni bases de données, ni middleware, d'accéder à trois mises à jour par an sur les solutions (avec 300 à 400 fonctionnalités nouvelles à chaque fois), d'automatiser le provisionnement, d'accéder à une nouvelle génération de capacités, etc.



A Paris, Mark Hurd a joué la proximité avec son auditoire. (crédit : LMI)

« C'est un modèle économique très différent qui vous place dans une perspective d'innovation », estime le CEO. Il a, de nouveau, rappelé que l'offre proposée par Oracle dans son cloud public était la même que celle que ses clients pouvaient déployer chez eux et que, donc, outre un fonctionnement en mode hybride, il était donc possible de déplacer des workloads, de façon transparente, des systèmes sur site vers le cloud public et vice-versa. Mais il s'agit évidemment de projets conséquents.

Avancer avec des budgets IT contraints Le discours est bien rodé, depuis plusieurs années déjà, et les dirigeants d'Oracle le peaufinent à chaque intervention. Néanmoins, a reconnu Mark Hurd, les budgets IT n'augmenteront que très peu, de 1, 2 ou 3% et il faudra donc opérer ces changements tout en réduisant les dépenses et le coûttotal de possession des systèmes informatiques. "C'est un changement générationnel qui s'opère dans l'IT", a conclu Mark Hurd avant de prendre les questions de la salle. L'une d'elles a porté sur la sécurité du cloud. Le dirigeant a mis en avant le recours au chiffrement et les évolutions dans ce domaine. "Auparavant, on ne chiffrait pas parce que cela pénalisait fortement les performances des bases de données. Maintenant, vous pouvez chiffrer et obtenir des performances très élevées. Et c'est vous qui gardez la clé pour déchiffrer les fichiers". Le CEO d'Oracle a insisté sur le renforcement des équipes de sécurité de l'éditeur dans les prochaines années. "Je pense que vos données seront matériellement plus en sécurité chez nous que n'importe où ailleurs", n'a-t-il pas craint d'affirmer.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité