Sage 100cloud crée des opportunités pour l'indirect

Sage s'est associé à Clearnox pour intégrer dans Sage 100cloud des fonctionnalités de recouvrement de créances pour réduire efficacement les délais de paiement. (Crédit : Sage)

Sage s'est associé à Clearnox pour intégrer dans Sage 100cloud des fonctionnalités de recouvrement de créances pour réduire efficacement les délais de paiement. (Crédit : Sage)

Pour aider les PME de 20 à 200 personnes à améliorer leur trésorerie, Sage 100cloud simplifie les procédures de paiement à l'aide d'un bouton à cliquer inclus dans les factures. Le logiciel intègre par ailleurs un tableau de bord pour relancer efficacement les créances et réduire l'encours client de moitié. Enfin, les partenaires intégrateurs vont pouvoir créer des échanges entre le logiciel de comptabilité et gestion commerciale et les solutions Office 365, Teams, PowerApps et Flow de Microsoft.

Pour les PME de 20 à 200 salariés, les retards de paiement des clients créent souvent un problème de trésorerie récurrents qui les fragilisent. Pour réduire les risques sur les factures impayées, l'éditeur de Sage 100 cloud vient d'ajouter à son logiciel de comptabilité/gestion commerciale une fonctionnalité propre à accélérer le recouvrement de ces créances. « Nous avons cherché à simplifier l'acte de paiement et d'encaissement », nous a expliqué Cédric Suire, responsable marketing produits PME chez Sage France. Concrètement, le logiciel permet d'envoyer par mail une facture au format pdf en lui intégrant un bouton à cliquer pour payer immédiatement. Le client peut régler avec sa carte bleue via le système de paiement Stripe, ou bien via un compte PayPal. « L'entreprise n'a aucune action supplémentaire à effectuer pour que le bouton s'intègre dans la facture. Lorsque son client paie, elle est notifiée et le paiement est pointé dans la facture », décrit Cédric Suire.

Le règlement est ensuite versé dans le journal de banque et, à la fin du mois, lors du transfert comptable, les informations sont transférées dans la comptabilité ce qui facilite le rapprochement bancaire. « Il n'y a pas de saisie manuelle », résume le responsable marketing produits PME. Du côté du client, cela représente également un gain de temps. Plutôt que de mettre en place un prélèvement ou d'envoyer un chèque, en quelques clics, il règle sa facture en saisissant ses coordonnées de carte bancaire ou son mot de passe Paypal. Lui aussi sera notifié du paiement effectué. « Cela permet aussi d'éviter les oublis. Si le mail a été égaré, l'entreprise peut renvoyer le lien de paiement par mail, SMS ou même WhatsApp. » Il suffit de copier/coller le lien de paiement. Cette fonctionnalité était déjà disponible dans Sage 50 cloud Ciel.

Des actions de relance personnalisées sur les créances

En amont, Sage 100cloud simplifie donc le paiement. En aval, il permet aussi de réduire les problèmes de recouvrement et les relances lorsque les factures ne sont pas réglées, « une vraie plaie pour les entreprises », rappelle Cédric Suire. Sur ce terrain, l'éditeur de logiciels de gestion pour PME s'est associé à un spécialiste du suivi des encours, Clearnox, pour intégrer dans son logiciel un tableau de bord sur les échéances en retard, avec une visibilité claire sur les sommes à recouvrir. L'outil permet ensuite de déclencher des actions de relance personnalisées. De fait, on ne s'adresse pas de la même façon à un client premium qu'à un client courant relancé pour la 2ème fois ou à un client venant d'appeler pour promettre son paiement. Avec Clearnox - fourni ici en marque blanche par Sage, « on estime à 50% le temps gagné sur le recouvrement par cette automatisation et cette visibilité », assure Cédric Suire. « On ne relance qu'à bon escient, l'objectif étant de réduire de moitié l'encours client ».

La solution Sage 100cloud peut être installée sur site, sur les serveurs des clients, ou bien être exploitée dans le cloud, hébergée par Sage sur Azure, le cloud public de Microsoft (mais il ne s'agit pas d'une solution native cloud). Elle apporte des fonctionnalités de comptabilité, de gestion commerciale, de liaison bancaire et de fiscalité. « C'est une solution qui a déjà beaucoup évolué et qui va continuer à évoluer », nous a confirmé Cédric Suire. En particulier, le partenariat noué avec Microsoft permet à Sage de créer des passerelles entre ses logiciels et les outils bureautiques d'Office 365.

Sage 100cloud interrogé depuis Teams via l'assistant Pegg

Les échanges à mettre en place entre les environnements de Sage et Microsoft ont vocation à être créés et paramétrés par le réseau de partenaires de Sage. Une entreprise pourrait ainsi accéder, depuis Outlook, à des informations sur ses encours clients, à l'adresse de tel client qu'il s'apprête à visiter, etc. en utilisant les fonctions IA de Microsoft permettant une reconnaissance du langage naturel. Le logiciel de gestion pourra être ainsi interrogé à travers l'outil de collaboration Teams et l'assistant numérique Pegg de Sage, disponible depuis la version livrée en mars.

Parmi les autres intégrations entre les deux univers, Cédric Suire cite les possibilités offertes par la technologie PowerApps de Microsoft. Cette dernière permet à un partenaire de personnaliser une application métier sans code. Une dernière possibilité s'offre au channel, celle de créer des workflows en s'appuyant sur Microsoft Flow, par exemple pour faire valider une facture supérieure à un montant donné puis déclencher le paiement. « Nos solutions doivent s'enrichir de la valeur ajoutée de notre écosystème », souligne ainsi Cédric Suire en rappelant que 80% de l'activité de l'éditeur se fait via les partenaires.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité