Salesforce abaisse ses objectifs annuels après un deuxième trimestre mitigé

Bret Taylor, co-CEO de Salesforce : « Les équipes de direction scrutent toutes les décisions d'achat, et nous constatons que certaines transactions prennent plus de temps à être conclues. » Crédit photo : D.R.

Bret Taylor, co-CEO de Salesforce : « Les équipes de direction scrutent toutes les décisions d'achat, et nous constatons que certaines transactions prennent plus de temps à être conclues. » Crédit photo : D.R.

L'éditeur Salesforce a empoché 22% de revenus supplémentaires pour son deuxième trimestre fiscal. Toutes ses lignes de produits y ont contribué, mais plusieurs d'entre elles ont vu la croissance de leurs ventes se tasser. Cela conduit la société à réduire ses projections de facturations annuelles de 800 M$.

Clos le 31 juillet dernier, le bilan du deuxième trimestre fiscal 2023 de Salesforce témoigne d'une belle hausse d'activité. Au Cours de ces trois mois, le numéro un mondial du CRM a dégagé 7,72 Md$ de facturations, soit une hausse de 22% (+26% à taux de change constant, +23% en Europe) d'une année sur l'autre. Sur cette base, il a porté sa marge brute à 5,6 Md$ (+18,3%). Coté bénéfices, néanmoins, les chiffres sont moins bons. Le résultat opérationnel a subi une chute de 42% à 193 M$, qui s'explique par une inflation des dépenses en R&D (+309 M$) et en ventes et marketing (+688 M$). De plus, ces dernières n'ont pas été compensées par d'importantes plus-values sur investissements stratégiques, dont le montant se chiffrait à 526 M$ lors du deuxième trimestre fiscal 2022. Finalement, le résultat net de la société dirigée et fondée par Marc Benioff s'est établi à seulement 68 M$, contre 535 M$ un an plus tôt.

Les ventes de plateformes décollent de 52% grâce à Slack

Le détail des facturations trimestrielles montre une très bonne performance des offres regroupées sous l'appellation « Plateformes et autres ». Bénéficiant de l'apport de l'activité de la Slack, racheté en juillet 2021, les ventes de ces produits ont décollé de 52% à 1,5 Md$. Dans le même temps, les revenus tirés des applications Sales Cloud ont représenté 1,7 Md$, en hausse de 15% environ, comme il y a un an. De son côté, le chiffre d'affaires des solutions affiliées à la catégorie data (dont MuleSoft et Tableau) a connu une progression de 12% à 1 Md$. Le bât blesse, en revanche, au niveau des lignes de produits Services Cloud et de celles destinées aux services commerciaux et marketing des clients dont la croissance des achats s'est tassée. Les ventes des premières n'ont crû que de 14,25% (1,8 Md$), contre 22,8% un an plus tôt. Celles des secondes ne se sont appréciées que de 17,3% (1,1 Md$), contre 28% lors du deuxième trimestre de l'exercice 2022 de Salesforce.

Deuxième avertissement sur les résultats cette année

Par voie de conséquence, l'éditeur a revu à la baisse ses ambitions de croissance pour l'ensemble de son année fiscale 2023. Désormais, il table sur un chiffre d'affaires compris entre 30,9 Md$ et 31 Md$, soit 17% de plus que lors des 12 mois précédents. L'objectif de marge opérationnelle reste inchangé à 20,4%. « Les entreprises sont dans une logique d'achat plus mesurée, a déclaré Bret Taylor, le co-CEO de Salesforce. Les équipes de direction scrutent toutes les décisions d'achat, et nous constatons que certaines transactions prennent plus de temps à être conclues. » Initialement, Salesforce communiquait sur des revenus prévisionnels de l'ordre de 32 Md$ à 32,1 Md$. En mai dernier, il avait revu une première fois cette estimation en la ramenant dans une fourchette de 31,7 Md$ à 31,8 Md$.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité