Save My Smartphone ambitionne d'ouvrir 50 boutiques en France

Principalement installées dans des centres commerciaux, des boutiques Save My Smartphone devraient fleurir dans toute la France en 2015.

Principalement installées dans des centres commerciaux, des boutiques Save My Smartphone devraient fleurir dans toute la France en 2015.

La start-up francilienne spécialisée dans la réparation de smartphones et de tablettes connait un certain succès tant auprès des particuliers que des entreprises. Save My Smartphone compte passer d'une boutique en France en 2013 à une cinquantaine en 2015.

Dans l'après-midi du 11 décembre, Damien Morin, le fondateur de Save My Smartphone (SMS) était à Angers pour fêter l'ouverture de sa première boutique en région. La start-up spécialisée dans la réparation de smartphone et tablette créée en février 2013 en compte déjà six en Ile-de-France et une en Suisse. Porté par son franc succès (25 743 réparations avaient déjà été effectuées lors de l'écriture de ces lignes), SMS annonce vouloir renforcer son implantation sur le territoire français en ouvrant une cinquantaine de nouvelles boutiques en 2015. Save My Smartphone doit notamment sa réussite à l'évolution du mode de consommation des mobiles. « Avec l'arrivée de Free et la mise à mal du système des mobiles subventionnés, les gens payent aujourd'hui le vrai prix de leur téléphone, explique Damine Morin. Ils les gardent donc plus longtemps et préfèrent les réparer qu'en changer ».

Non content de surfer sur une tendance du marché, la start-up a fait le choix de miser sur un mode de fonctionnement inédit pour se différencier de ses principaux concurrents, Help Mobile ou Point Service Mobile pour ne citer qu'eux. En point de vente, l'enseigne mise sur la transparence du procédé de réparation. « L'ensemble des manipulations sont effectuées devant le client par la même personne. Nous certifions en outre que toutes les pièces utilisées sont d'origines, quand c'est possible (Apple est la seule marque à ne pas vendre ses pièces NDLR) », déclare le fondateur. SMS garantit d'ailleurs ses réparations un an. En outre, il est possible d'envoyer son mobile par courrier en demandant l'envoi d'un colis vide par internet. Une autre solution permet de recourir à un coursier pour venir récupérer l'appareil déficient chez le client ou à son bureau et de le ramener dès la réparation effectuée. Ces deux services coutent le même prix qu'une réparation en magasin, par exemple 179€ pour la réparation d'une vitre d'écran de Samsung Galaxy S5.

Des grands comptes séduits

Si les particuliers se sont laissés séduire par l'offre de SMS, les professionnels ont également répondus présenst. « Nous ne visons que des grands comptes ayant des parcs de plus de 2 000 terminaux », précise Damien Morin. TF1, le groupe Bolloré ou encore Axa ont ainsi recours à SMS. Leurs collaborateurs peuvent accéder aux mêmes services que les particuliers mais la facturation se fait au nom de l'entreprise. En outre, SMS propose de mettre en place ponctuellement des ateliers au sein de l'entreprise pour réaliser les réparations. « Cette pratique rencontre un certain succès notamment auprès des sociétés qui ne souhaitent pas que leurs données se promènent dans la nature », ajoute Damien Morin.

Pour répondre à ses ambitions de croissance, SMS devrait recruter une centaine de collaborateurs l'an prochain. La société qui s'appuie aujourd'hui sur une équipe de 40 personnes souhaite voir son effectif passer à 150 collaborateurs en 2015. Elle recherche notamment des profils polyvalents capables d'assurer aussi bien la réception et la restitution du terminal que sa réparation. SMS dispense d'ailleurs des formations en internes pour aider ses collaborateurs à se familiariser avec les différentes manipulations. 

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité