Services IT à domicile : la hausse de la TVA menace l'équilibre du secteur

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

Incapables de rogner sur leurs marges déjà faibles, les professionnels du service IT à domicile n'ont pu qu'augmenter leurs tarifs face à la hausse de la TVA appliquée à leurs prestations. Le secteur craint une baisse de ses volumes d'intervention au profit d'intervenants travaillant au noir. Une situation qui risque de favoriser la fermeture de certaines société agréées services à la personne.

Les sociétés de dépannage informatique à domicile agréées services à la personne goutent mal le passage de 7 à 19,6% du taux de TVA appliqué au prix de leurs prestations depuis le premier juillet. « Cette mesure nous met dans une position délicate, explique Maxime Berreby, le directeur général de Docteur ordinateur. Nous sommes obligés d'augmenter nos prix dans une période de crise où les particuliers sont dans une situation financière plus tendue.» Impossible en effet pour les professionnels du secteur d'absorber cette hausse de 12 points de TVA sans revoir leurs tarifs à la hausse. Chez Docteur Ordinateur, le prix de la première heure d'intervention est ainsi passé à 69 à 79 €. Son confrère Solution 30 a majoré le coût de ses prestations de 12%. « Notre marge nette se situe entre 2 et 4%. La hausse de nos tarifs est la seule issue pour maintenir notre profitabilité », justifie Gianbeppi Fortis, le président du directoire de Solutions 30 et président du comité service numérique à la personne au Syntec.

Rupture de l'équilibre entre les pros et les intervenants « au black »

Chez ce prestataire de services, le dépannage informatique ne représente que 5% de son chiffre d'affaires. La baisse probable des volumes d'intervention consécutive à la hausse des prix ne menace pas sa pérennité. En revanche, l'impact devrait être bien plus conséquent sur les petites structures qui sont restées focalisées sur les prestations de services IT aux particuliers. «Une partie des clients, qui trouvait déjà que les tarifs étaient élevés, risque de se tourner vers des prestations payées au noir », estime Maxime Berreby. « L'ami de la famille qui s'y connait en informatique et se fait dédommager pour son aide a toujours été le plus gros concurrents du secteur, confirme Gianbeppi Fortis. Jusqu'ici, toutefois, les avantages dont bénéficiaient les professionnels du dépannage équilibraient les choses. Aujourd'hui, cet équilibre est rompu. »

La pérennité de certaines entreprises oeuvrant sur le marché des services informatique à la personne est donc en jeux, comme les emplois qu'elles portent. Selon les professionnels interrogés, le secteur salarie environ 15 000 personnes en France. « Certains entrepreneur ont créé de nouvelles sociétés, en plus de celles qu'ils possédaient déjà, pour obtenir l'agrément services à la personne et les avantages associés. Aujourd'hui, on les entend beaucoup parler de fermer ces structures, quitte à perdre les derniers avantages qu'elles procurent, pour ne pas assumer les coûts de fonctionnement de deux sociétés. Certains continueront de fournir des prestations aux particuliers depuis leurs sociétés non agréées, d'autres iront nourrir les rangs des intervenants non déclarés à l'administration fiscale», indique Maxime Berreby.

Ajouter un commentaire
2
Commentaires

DrJava A + de 48 euros TTC de l'heure sur site, oui on ose espérer que vous n'avez pas de problème de marge, en partant du principe que vous avez un volume d'activité suffisant à ce tarif. Car c'est comparativement le tarif de la mécanique ou carrosserie au taux de base, alors que dans ce métier les investissements et frais sont *beaucoup* plus lourds (loyers + matériel + énergies + stocks + cout de la masse salariale qui devient rare et chère dans ce milieu), là ou ils sont très réduits voire nuls dans le dépannage informatique (surtout si vous n'avez pas de boutique comme moi). Ca ne les empêche pas de bien vivre aussi, vu la marge réalisée sur les VO et VN (c'est habituellement au moins 800 euros HT net par véhicule quelque soit sa valeur, parfois 5 ou 6 fois ça, mais ceci est un autre débat). Le problème de PC30 sur le dépannage seul c'est le même que chez tous ceux qui font du service sur site avec des salariés compétents : pas assez d'heures, trop faible flexibilité des horaires des salariés et du coup des taux horaires élevés pour compenser... ce qui est le cercle vicieux habituel qui conduit aujourd'hui les ADMR et autres entreprises de services à la personne vers l'insolvabilité malgré la véritable exploitation des salariés (et je sais très bien de quoi je parle).

Ridel "Chez Docteur Ordinateur, le prix de la première heure d'intervention est ainsi passé à 69 à 79 €. Son confrère Solution 30 a majoré le coût de ses prestations de 12%. « Notre marge nette se situe entre 2 et 4%" S'ils ne génèrent que cette marge nette, normal qu'ils passent à la trappe mais ils doivent oublier quelques % ... Vu la qualité de service de la plupart de ces boîtes, les clients se font avoir une fois puis ils préfèrent se tourner vers de vrai pro qui souvent sont moins chers et ne jouent pas sur les 50% de crédit d'impôt. Je suis à 48 € TTC de l'heure en atelier, un peu plus sur site et pas de soucis de marge. Pourtant j'ai la même concurrence des auto entrepreneurs et travail au noir. D'autres collègues sont plus chers, eux aussi n'ont pas de problème de marge. Cherchez l'erreur !

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité