Syntec Numérique attend un second souffle en 2021 pour l'industrie des nouvelles technologies

Godefroy de Bentzmannn, président de Syntec Numérique, a présenté un bilan 2020 du secteur IT moins négatif que prévu.  (Crédit Syntec Numérique).

Godefroy de Bentzmannn, président de Syntec Numérique, a présenté un bilan 2020 du secteur IT moins négatif que prévu. (Crédit Syntec Numérique).

En 2020, la fédération Syntec Numérique prévoit une baisse de 4,6% du chiffre d'affaires sur le marché du conseil, des logiciels et des services IT. Un peu moins que ses projections initiales. Une croissance de 1% est attendue pour 2021, mais ce rebond reste limité et conditionné à l'évolution de la crise sanitaire et à la situation économique des clients.

Lors de sa conférence semestrielle du jeudi 3 décembre, Syntec Numérique a présenté un bilan plutôt encourageant du secteur des nouvelles technologies malgré le coup de frein provoqué par la crise sanitaire.  La fédération professionnelle prévoit  une baisse du chiffre d'affaires de 4,6% sur le marché  du conseil, services et logiciels IT et numérique en France pour l'année 2020, inférieure cependant au repli de 6,7% initialement anticipé en juillet. Malgré cette décroissance, le secteur serait deux fois plus performant que d'autres sur le  territoire national, avec une croissance estimée à 1% en 2021.  « Le marché du numérique résiste mieux que la moyenne des secteurs en France, car il est stimulé par la transformation digitale des organisations »,  souligne Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique. « Pour autant, les résultats ne se font pas encore ressentir dans le quotidien de nos entreprises, notamment les entreprises du conseil en technologies (ICT) qui sont très touchées par la crise », a-t-il fait remarquer.

En effet,  la pandémie a tout de même impacté un secteur qui affichait une progression de 4,2% en 2019. De ce fait, 41% des entreprises de la branche seront en décroissance d'ici la fin de l'année, contre seulement 33% en croissance. La situation est par ailleurs contrastée selon les métiers : les éditeurs de logiciels s'en sortent mieux avec un chiffre d'affaires  en hausse de 0,3% en 2020 (contre 6,6% en 2019). A l'inverse, les ESN voient leur CA reculer de 4,2% (+3,1% en 2019). Mais ce sont les entreprises du conseil en technologies qui sont les plus  touchées par le ralentissement économique. En 2020, leurs revenus ont plongé de 12,3%  en raison  de leur lien avec les secteurs en crise de l'aéronautique et de l'automobile.



La pandémie a impacté plus ou moins durement les entreprises de l'IT en 2020. (Source: Syntec Numérique. Crédit photo: Syntec Numérique)

10 000 postes en danger dans le conseil IT Les Smacs (Social-mobility-analytics-cloud) restent les  moteurs du marché, avec une croissance nette estimée à 900 millions d'euros en 2020, soit +6,4% par rapport à 2019. Dans ces domaines, le  cloud représente à lui seul un marché de 6,7 milliards d'euros, en croissance de 12,2% par rapport à l'an dernier. Du côté de l'emploi, la situation est mitigée : 2 entreprises sur 3 dans le secteur numérique disent avoir stabilisé ou augmenté leurs effectifs en 2020. C'est dans le domaine du conseil technologique que le risque de suppression d'emplois est le plus important, avec plus de 10 000 postes en danger, prévient Syntec Numérique. Actuellement, l'ensemble du secteur IT représente plus de 530 000 emplois, dont 80% de cadres et 93% de CDI. Pourtant, en  début d'année, le marché était plutôt bien orienté  selon les chiffres de la Dares, avec une hausse de 4% des offres au cours du premier trimestre 2020 pour les activités informatiques. Au cours  du second trimestre, le rythme de progression des offres a ralenti à 2,4%. Mais c'est entre janvier et septembre 2020, que les offres IT publiées par l'Apec ont chuté brutalement de 38% soit 40 233 postes proposés en 2020 contre 64 607 en 2019. 



La croissance  des éditeurs de logiciels est avant tout stimulée par les solutions outils d'analytique, de gestion de données, de développement, d'intégration, d'orchestration et de mise en qualité. (Source Syntec Numérique. Crédit photo: Syntec Numérique)

Une reprise qui profitera aux éditeurs et ESN En dépit du contexte actuel, les prévisions de Syntec Numérique pour 2021 sont plutôt  positives, avec une croissance estimée à +1% au global. Selon la chambre professionnelle, les dépenses IT connaîtront une hausse importante pour 53% des organisations (clients & prospects) en 2021. Ce rebond reste toutefois limité et conditionné à la situation économique des clients : les renégociations de contrats fournisseurs seront la deuxième priorité en matière d'IT pour 60% des clients des entreprises du numérique, qui ont déjà lancé ou lanceront des projets en ce sens en 2021. A noter que la situation est disparate selon les secteurs. Ainsi, les éditeurs de logiciels repartiront plus vite (3,8% de croissance  attendue) suivis par les ESN (+1,1%).

Les  acteurs du conseil IT ayant observé une décroissance plus importante que les autres cette année, leur rebond sera plus lent et ces entreprises seront toujours en repli en  2021, à hauteur de -3,3%. «Les entreprises limitent leur budget mais elles continuent  à investir dans les infrastructures et contribuent ainsi à faire rebondir le pays, a indiqué Godefroy de Bentzmann,  rappelant que Syntec Numérique avait salué le plan de relance de l'économie lors de son annonce. Pour autant, les résultats ne se font pas encore ressentir dans le quotidien de nos entreprises, a -t-il rappelé. « La formation doit rester une des priorités pour l'année 2021 afin de continuer à miser sur le développement des compétences et préparer l'avenir. », a conclu le dirigeant.  

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité