Trimestriels LDLC : les difficultés dans le BtoC entrainent un recul de 23% des revenus

Olivier de la Clergerie, directeur général du Groupe LDLC : « Comme anticipé, le premier trimestre a été fortement impacté par la normalisation des dépenses high-tech après les hauts niveaux de consommation de la période Covid. Par ailleurs, sous l'effet des tensions inflationnistes, nos clients ont eu des comportements d'achat plus prudents, les conduisant à reporter ou à réduire leurs dépenses. »

Olivier de la Clergerie, directeur général du Groupe LDLC : « Comme anticipé, le premier trimestre a été fortement impacté par la normalisation des dépenses high-tech après les hauts niveaux de consommation de la période Covid. Par ailleurs, sous l'effet des tensions inflationnistes, nos clients ont eu des comportements d'achat plus prudents, les conduisant à reporter ou à réduire leurs dépenses. »

Le chiffre d'affaires de LDLC n'a représenté que 126,3 M€ entre avril et juin derniers. Le groupe s'attend à renouer avec la croissance pour son troisième trimestre fiscal et travaille dans l'entre temps à l'extension de son réseau de boutiques.

Fin des effets positifs du Covid pour le cybermarchand LDLC. Au cours du premier trimestre de son exercice 2022-2023 (clos le 30 juin), le distributeur de produits high-tech a enregistré 126,3 M€ de chiffre d'affaires, soit une chute de 22,8% d'une année sur l'autre. Cette évolution des ventes tient avant tout au repli de l'activité BtoC dont les revenus ont reculé de 29,3% à 81,4 M€. La branche BtoC a mieux résisté avec une baisse de facturations de 9,2% à 41,6 M€.

Un contexte baissier jusqu'à fin septembre

« Comme anticipé, le premier trimestre a été fortement impacté par la normalisation des dépenses high-tech après les hauts niveaux de consommation de la période Covid. Par ailleurs, sous l'effet des tensions inflationnistes, nos clients ont eu des comportements d'achat plus prudents, les conduisant à reporter ou à réduire leurs dépenses. [...] Ce contexte devrait perdurer jusqu'à fin septembre », explique Olivier de la Clergerie, le directeur général du Groupe LDLC.

Au cours des deux derniers exercices du distributeur, ses premiers trimestres et même semestres ont effectivement été dopés par les réaffectations de budgets de consommateurs confinés et/ou limités dans leur capacité à voyager du fait de la crise sanitaire. Reste que si cette période faste est révolue pour le marché de l'IT, le niveau d'activité que LDLC affiche pour le début de son exercice en cours est en hausse 10% par rapport à période pré-Covid du premier trimestre 2019-2020 (à périmètre comparable, hors Top Achat). Par ailleurs, si l'environnement économique reste stable, le groupe s'attend à retrouver une dynamique de croissance dès son troisième trimestre fiscal.

Le cap des 70 boutiques sera franchi en août

Dans l'entre temps, LDLC se préparer donc à ce nouveau cycle de progression, notamment en élargissant son réseau de boutiques qui augmente son empreinte sur le marché grand public. Le 10 août prochain, LDLC passera le cap des 70 boutique avec l'ouverture d'un nouveau point de vente à Vénissieux (69), dans le quartier Grand Parilly. Il viendra s'ajouter aux magasins inaugurés au Mans (22 juillet) et prochainement à Montélimar (26 juillet). Au premier trimestre de l'exercice 2022-2023, le réseau de vente physique de LDLC a dégagé 23,7 M€ (-12,8%) de chiffres d'affaires.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité