A son tour, EMC dévoile une baie de stockage flash

Développée par l'équipe issue du rachat de la start-up XtremIO, la baie flash d'EMC pour datacenter est pilotable depuis une interface d'administration unifiée. EMC a en outre présenté six cartes PCIe Flash pour serveur.

La baie flash XtremIO d'EMC repose sur une architecture en cluster, permettant de rajouter des modules SSD pour augmenter linéairement les performances et la capacité de stockage, a expliqué Josh Goldstein, vice-président en charge du marketing des produits XtremIO d'EMC.  Contrairement aux baies flash actuellement proposées par EMC, qui sont remplies de cartes PCIe (le projet Tonnerre), la solution XtremIO utilise des SSD SATA parfaitement standards au format 2,5 pouces. Aucun de ces matériels n'est propriétaire, assure M. Goldstein, ce qui permet à EMC de conserver les capacités d'intégration dans les datacenters. Les SSD SATA, comme les SSD SAS, sont doublés pour assurer la résilience. Et en utilisant des blocs de 4 Ko, un unique noeud XtremIO peut offrir des capacités de 250 000 et 100 000 IOPS en lecture et en écriture, indique le dirigeant.

EMC XtremIO, SSD sur toute la gamme

En plus des performances, la baie XtremIO assure automatiquement certaines fonctions comme le provisioning, ce qui signifie que la taille des volumes peut augmenter si une application en a besoin. La réallocation des ressources est aussi granulaire donc les volumes peuvent se développer avec des blocs de 4 Ko pour assurer une utilisation optimale de la capacité des composants flash, précise M. Goldstein. La baie est fournie avec un outil de déduplication, ce qui signifie, un algorithme vérifie que les ensembles de données stockées ne sont pas redondants. « Les seules choses qui sont inscrites quand la baie XtremIO clignote sont des blocs I/O uniques », dit M. Goldstein. Pour la sécurité des données, XtremIO utilise un algorithme maison qui est similaire au RAID 6 (protection des données même avec deux SSD en panne) mais avec les performances du RAID 1, assure le dirigeant. La baie XtremIO exploite en fait une architecture scale-out qui n'est pas sans rappeler celle déjà utilisée par Isilon pour réunir ses grappes de NAS.

Les systèmes de stockage flash d'EMC sont destinés aux applications nécessitant des niveaux d'entrée/sorties extrêmement élevés tels que les bases de données OLTP, la virtualisation de serveurs et le VDI (Virtual Desktop Infrastructure). Ces baies SSD offrent un temps de latence inférieur à une milliseconde. L'annonce d'EMC suit de près celle de NetApp, et de sa baie flash EF540, qui repose également sur des grappes de disques SSD.

Des cartes PCIe avec MLC ou SLC

En plus de sa baie X, EMC lance des cartes PCie flash pour serveurs dont l'appellation commerciale change pour XtremSF (au lieu de VFCache PCIe).  Quatre de ces cartes sont équipées de composants mémoire eMLC (550 Go, 700 Go, 1.4 To et  2.2 To) et les deux autres de SLC (350 et 700 Go). Toutes ces cartes sont au format demi-hauteur et demi-longueur.

Selon EMC, ses cartes XtremSF offrent jusqu'à 1,13 million d'E/S par seconde en utilisant des blocs de 128 Ko et délivrent un débit deux fois supérieur aux modèles prédédents. En utilisant des tailles de blocs de 4 et 8 Ko, ces cartes flash offrent jusqu'à 200 000 et 120 000 IOPS en lecture et en écriture, selon Barry Ader, directeur produit chez EMC. Et, ces mêmes cartes permettent également de soulager le ou les processeurs du serveur, car leur contrôleur intégré prend en charge la gestion des données conservées en  flash. «Elles vont deux fois plus vite que toute autre chose sur le marché », a déclaré M. Ader en pensant expressément à Fusion-io.

Un outil pour gérer la flash dans un datacenter

A l'occasion de ces deux annonces, baie SSD et cartes flash, EMC a indiqué l'arrivée prochaine d'un outil logiciel baptisé XtremSW capable de repérer les plates-formes flash dans un datacenter afin de les regrouper dans une interface de gestion unique.  La suite XtremSW fonctionne aussi bien avec des composants flash MLC ou SLC, et peut mutualiser les ressources disponibles. Cette suite offrira des services avancés pour utiliser la flash en tant que mémoire cache ou DAS.  Ce logiciel permettra également d'exploiter des cartes flash afin d'améliorer les performances d'un réseau de stockage SAN.

Les cartes XtremSF (eMLC)  en 550 Go et 2,2 To sont immédiatement disponibles partout dans le monde, et les capacités de 700 Go et 1.4 To le seront au deuxième trimestre 2013. EMC a également déclaré qu'il prolongerait la durée de vie de la famille XtremSF avec des capacités plus élevées.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité