3 candidats en lice pour succéder à Stéphane Richard à la tête d'Orange

La succession de Stéphane Richard à la direction d'Orange n'est pas un long fleuve tranquille. (Crédit Photo: SL)

La succession de Stéphane Richard à la direction d'Orange n'est pas un long fleuve tranquille. (Crédit Photo: SL)

Une liste de trois noms circule pour prendre la direction générale d'Orange après la démission de Stéphane Richard effective le 31 janvier prochain. Une date qui pourrait être repoussée pour trouver d'autres candidats.

Après plusieurs options et rumeurs autour du remplacement de Stéphane Richard à la direction d'Orange, une liste restreinte de 3 candidats aurait été arrêtée, selon nos confrères de Libération. Il s'agit de Ramon Fernandez, directeur général délégué d'Orange et en charge des finances du groupe, Christel Heydemann, présidente de Schneider Electric France et administratrice d'Orange et Frank Boulben, chief revenue officer chez l'opérateur américain Verizon (il est passé chez SFR et Orange). Chacun des prétendants a ses avantages et va mener une campagne pour séduire les membres du conseil d'administration, mais surtout l'Etat. Ce dernier dispose toujours d'une participation de 23% de l'opérateur.

Le temps presse pour recruter le successeur de Stéphane Richard. Ce dernier a en effet annoncé fin novembre 2021 qu'il démissionnait mais restait en poste jusqu'au 31 janvier 2022. Pour mémoire, Stéphane Richard a été condamné à 1 an de prison avec sursis par la Cour d'appel de Paris dans le cadre de l'affaire de l'arbitrage entre le Crédit Lyonnais et Bernard Tapie. Il était à l'époque le directeur de cabinet de la ministre de l'Economie, Christine Lagarde. Lors de l'annonce de sa démission, plusieurs noms pour le remplacer avaient circulé comme Fabienne Dulac, patronne d'Orange France ou Michael Trabbia, responsable de l'innovation, Alexandre Bompard, PDG de Carrefour et Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions.

Il se pourrait que Stéphane Richard soit invité à rester à son poste encore quelques semaines, voire jusqu'à la fin de son mandat en mai prochain. En effet, nos confrères de BFM indiquent que « la liste ne semble pas faire l'unanimité chez Orange » et que « l'Elysée n'est pas satisfait non plus et demande de meilleurs profils ». La date butoir du 31 janvier pourrait être décalée. Dans le même temps, l'opérateur recherche un président, car l'Etat veut une séparation des fonctions de direction générale et de président.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité