Comment le groupe Ténor fait face aux difficultés de recrutement

Photo d’une partie de la première promotion de la Ténor Academy de Calais. (Crédit Photo : Tenor)

Photo d’une partie de la première promotion de la Ténor Academy de Calais. (Crédit Photo : Tenor)

Confronté à la tension généralisée qui règne sur le marché de l'emploi,  le groupe Ténor a créé ses propres centres de formation. L'intégrateur Divalto a accueilli sa première promotion d'étudiants en développement ERP en juin dernier à Calais. La seconde démarrera son apprentissage en Seine-et-Marne le 19 septembre.

Ce n'est pas un, mais deux centres de formation qu'a mis sur pied le groupe Ténor, premier intégrateur de l'ERP Divalto. Ces « Tenor Academy », pensées en 2019 et lancées seulement en 2021 à cause de la pandémie de Covid, doivent répondre aux difficultés de recrutement et à la pénurie de compétences que l'entreprise nordiste connaissait depuis quelques années. « Notre but est d'attirer, mais surtout de garder les candidats, en plus d'agrandir et de rajeunir notre groupe et ses filiales », explique Christophe Nuss, responsable RH chez Ténor.

Situé à Calais, le premier centre de formation a ouvert ses portes en juin dernier. Il accueille d'ores et déjà 12 jeunes en contrat d'alternance, afin de les former au métier de développeur ERP Divalto. Ils y passeront 6 mois avant de rejoindre leurs équipes respectives au sein du groupe Tenor. « Nous sommes allés les chercher dans les écoles. Nous les formons pour les garder. C'est un investissement sur le long terme », précise Christophe Nuss.

Le second centre est basé à Serris (Seine-et-Marne), et accueillera 15 salariés, tout juste recrutés, dès le 19 septembre. A la différence de ceux de Calais, les étudiants de Serris sont destinés à des postes de type chef de projet ou commercial. Pendant 3 mois, ils seront formés via de l'e-learning, du présentiel et des mises en situations, avant d'être envoyés en agences.

Des candidats devenus très exigeants

« Nous avons toujours eu du mal à recruter dans l'IT, en revanche la situation s'est empirée depuis le Covid », témoigne le responsable RH de Ténor. Une situation qui résulte notamment de l'accélération de la transformation digitale des entreprises, et donc d'une augmentions des besoins et de la demande en profils IT, mais pas seulement. « Les candidats sont également très exigeants : télétravail, voiture de fonction, salaire élevé, ... Ils ne sont plus des candidats mais des prospects, qu'il faut attirer, convaincre et garder », continue-t-il.

Difficulté supplémentaire : les développeurs ERP se feraient rares. Sans compter qu'il faut, en outre, « qu'ils connaissent celle de Divalto », indique Christophe NussPour ce dernier, les centres de formation sont donc une réponse à ces problèmes. Le groupe Tenor espère pouvoir accueillir une promotion par an dans chacun d'entre eux.

La semaine de 4 jours fait aussi la différence

Au mois de janvier de cette année, l'intégrateur a musclé son dispositif de recrutement et de fidélisation de collaborateurs en lançant la semaine de quatre jours. « Nous n'avons jamais reçu autant de CV que depuis l'annonce des 4 jours », raconte M. Huss. En témoigne le volume d'embauche du prestataire de services. En 2022, il a recruté une trentaine de personnes, alors qu'en 2021, seules 10 personnes étaient venues grossir l'effectif du groupe.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité