Dans l'IT, les collaborateurs juniors sont les mieux payés

Les salaires des jeunes actifs du secteur des technologies sont élevés en raison du déficit croissant de compétences. (Crédit photo: Geralt Altmann/PIxabay)

Les salaires des jeunes actifs du secteur des technologies sont élevés en raison du déficit croissant de compétences. (Crédit photo: Geralt Altmann/PIxabay)

Le contexte de tension de l'emploi IT fait qu'en France, le secteur occupe le second rang au palmarès des professions qui rémunèrent le mieux les jeunes actifs derrière les juristes, selon une étude du cabinet Walters People. Profitant d'une situation favorable, les profils techniques de 0 à 5 ans tirent leur épingle du jeu avec des salaires annuels pouvant rapidement dépasser 50 000 euros.

Pour les jeunes actifs des métiers du numérique, en France les signaux sont au vert après les incertitudes liées à la pandémie. C'est le principal constat d'une étude réalisée par le cabinet Walters People dans le but d'identifier la situation professionnelle des juniors du numérique. Les résultats révèlent des recrutements IT toujours nombreux dès la sortie d'école, avec des spécialités variées et des salaires pouvant rapidement dépasser les 50 K€ annuels. De ce fait, le digital et également l'e-marketing occupent le second rang des secteurs d'activité qui rémunèrent le mieux leurs profils juniors, derrière la branche juridique. Au rang des professions les mieux valorisées, on trouve le chef de projet CRM, avec entre 40 et 55 K€ annuels au démarrage. Suivent les métiers liés à l'acquisition du trafic 35/50 K€ devant les chefs de projets e-commerce (38/50 K€). Les données récoltées confirment l'optimisme retrouvé des informaticiens frâchement diplômés, avec 62% qui se déclarent confiants quant à leur avenir professionnel.

Les inquiétudes liées à la crise sanitaire se sont éloignées, puisque 80% des répondants pensent que les offres seront nombreuses dans leur domaine lors des 12 prochains mois. 42% se disent par ailleurs ouverts à un contrat intérimaire pour leur prochain poste. L'étude indique aussi que 96% de ces jeunes professionnels se disent, en cas de crise, ouverts à des offres dans d'autres secteurs d'activité que celui dans lequel ils travaillent. Si les métiers du digital restent porteurs pour ces jeunes, c'est notamment en raison d'une  expansion continue du nombre d'emplois dans ces spécialités, explique Walters People. Cette évolution s'accompagne en outre d'une ouverture de plus en plus nette des entreprises aux profils les plus juniors, notamment lorsque ceux-ci justifient d'une première expérience en alternance. Les entreprises cherchent des candidats dotés de compétences techniques et rapidement opérationnels ce qui met les jeunes professionnels issus des bonnes formations en position de force car trop peu nombreux. Dans ce contexte, les porstulants ne cessent de faire évoluer leurs attentes à la hausse. Pour les recruter, les entreprises n'ont pas d'autre choix que de leur proposer des rémunérations attractives.

Des juniors bien lotis dans les professions du marketing digital



En France, la rémunération au démarrage est très élevée dans les spécialités des technologies et du  marketing digital. (Source: Walters People/crédit image: Walters People)

Des salaires qui devraient croître mais pas s'envoler 

Sur des professions porteuses comme celles de product owner, les jeunes candidats conscients de la pénurie font monter les enchères autour de leur maîtrise des technologies ou de leur spécialisation sectorielle. Dans d'autres disciplines de l'IT, l'expérience peut tout de même rester un prérequis, avec un cap autour des 3 à 4 ans à partir duquel les portes s'ouvrent davantage. Pour autant, sur ce marché, les salaires ne devraient connaître qu'une hausse raisonnable, malgré des exigences toujours plus fortes du côté des profils juniors.



Près d'un tiers des jeunes professionnels de l'IT sont indécis sur le niveau de rémunération qu'ils percevront. (Source: Walters People/Crédit image: Walters People)


Ceux-ci, parfois trop gourmands, doivent garder en tête la réalité du marché et rester cohérents avec elle, prévient le cabinet de recrutement. S'ils veulent que leurs attentes soient comblées, les candidats devront montrer que leurs compétences et leur état d'esprit sont totalement alignés avec ceux de l'entreprise convoitée. Sur toutes ces fonctions technologiques, l'alternance peut devenir un vrai tremplin. Les entreprises apprécient cette première expérience, surtout si elle a permis de voir différents secteurs et environnements. Enfin, au-delà de la maîtrise des outils et technologies (qui peut aussi s'acquérir par soi-même en parallèle des parcours de formation traditionnels), la maîtrise de l'anglais est devenue un indispensable. Les recruteurs recherchent davantage de profils qu'ils projettent souvent dans un environnement international.  

Méthodologie

L'enquête de Walters People a été établie en analysant les réponses de 300 candidats en France  interrogés sur leur état d'esprit vis-à-vis du marché de l'emploi pour les 12 mois à venir. Les rémunérations présentées s'appliquent aux professionnels de 0 à 5 ans d'expérience.  

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité