HP accusé de faire du greenwashing autour de ses imprimantes

HP force ses utilisateurs à acheter de l'encre et du toner HP d'origine pour certains de ses modèles d'imprimantes, incluant les modèles Dynamic Security et HP+. (Crédit : HP)

HP force ses utilisateurs à acheter de l'encre et du toner HP d'origine pour certains de ses modèles d'imprimantes, incluant les modèles Dynamic Security et HP+. (Crédit : HP)

Alors que les utilisateurs mécontents multiplient les avis négatifs, une plainte a été déposée par l'association International Imaging Technology Council contre HP. Elle appelle à supprimer la certification environnementale de dizaines de modèles d'imprimantes professionnelles qui bloquent des encres tierces.

Une plainte a récemment été déposée par la directrice exécutive de l'organisation International Imaging Technology Council (Int'l ITC), Tricia Judge, concernant la révocation de la certification environnementale de HP. L'Int'l ITC - qui se décrit comme « l'association professionnelle des reconditionneurs de cartouches de toner et à jet d'encre, des fournisseurs de composants et des collecteurs de cartouches en Amérique du Nord » - ne mâche pas ses mots et appelle à cesser ce greenwashing. On connaissait déjà l'affaire du blocage de l'utilisation de cartouches d'encre tierces via les microcodes des imprimantes. La semaine dernière, la multinationale a été pointée du doigt après qu'une mise à jour - publiée en début de mois - a rendu inutilisable certains modèles de la série OfficeJet Pro.

Pour l'anecdote, le firmware est devenu fatal pour certaines de ses imprimantes et multifonctions. Dès l'allumage, un écran bleu projetant le code d'erreur 83C0000B apparaît sur l'écran tactile des périphériques, et le correctif n'est toujours pas disponible. N'ayant pas d'autres moyens d'interagir avec leur produit (et de tenter une réinitialisation), des clients en Allemagne, en Australie, en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni ou encore aux États-Unis, se sont retrouvés avec une imprimante complètement bloquée. Dans la foulée, les forums HP ont été successivement envahis de plaintes et de demandes de correction.

Une plainte qui vise 86 modèles d'imprimantes HP Int'l ITC a donc déposé une plainte contre HP Inc (branche qui regroupe les imprimantes et ordinateurs) auprès du Global Electronics Council (GEC) au sujet de la pratique de HP consistant à empêcher l'utilisation de cartouches reconditionnées dans le programme « Dynamic Security » et « HP+ » tout en commercialisant ces appareils comme enregistrés EPEAT. Pour rappel, EPEAT (Electronic Product Environmental Assessment Tool) est le premier écolabel mondial pour le secteur IT. Géré par GEC, le programme apporte une vérification indépendante des allégations des fabricants et met à disposition un registre en ligne qui répertorie les produits durables. Or, dans sa plainte, Int'l ITC indique qu' « il est interdit aux fabricants d'appareils enregistrés EPEAT de concevoir leurs produits de manière à empêcher l'utilisation de cartouches reconditionnées ».

Problème : selon la documentation produit de HP, les imprimantes disposant des fonctionnalités Dynamic Security et HP+ sont conçues pour faire exactement cela, ajoute Tricia Jude, directrice exécutive de Int'l ITC. On trouve ainsi des déclarations telles que « fonctionne seulement avec de l'encre HP d'origine », « nécessite... l'utilisation exclusive de cartouches d'encre HP d'origine pendant toute la durée de vie de l'imprimante » et « cartouches utilisant une puce non HP peuvent ne pas fonctionner ou cesser de fonctionner ». Dans un billet de blog, l'association pointe du doigt les manquements de la firme : « En revendiquant l'enregistrement EPEAT pour les imprimantes Dynamic Security, HP élimine le choix du consommateur et fait du greenwashing sur ses produits ». Elle affirme par ailleurs que les termes relevés précédemment sont en conflit direct avec le critère EPEAT 4.9.2.1. Au total, 86 modèles d'imprimantes présentant ces caractéristiques ont été identifiés. Sont ciblées les familles LaserJet, DesignJet et OfficeJet, sur la base de la mise à jour du micrologiciel Dynamic Security. Les modèles tels que DeskJet, Envy, LaserJet et OfficeJet sur la base de HP+ sont également impactés.



Dans la documentation HP, on trouve la phrase suivante : « nécessite... l'utilisation exclusive de cartouches d'encre HP d'origine pendant toute la durée de vie de l'imprimante », déclaration contraire à la certification EPEAT. (Crédit : HP/IITC)

Une insulte à la certification EPEAT « HP insulte l'EPEAT et le Global Electronics Council en revendiquant la certification pour la sécurité et les imprimantes compatible HP+ qui, selon la propre documentation produit de HP, empêchent l'utilisation de cartouches remanufacturées [recyclées et remises à neuf, ndlr] », a déclaré Tricia Judge. « Dynamic Security est le nom de HP pour les imprimantes qui reçoivent des mises à jour de micrologiciels capables de désactiver les cartouches tierces parfaitement fonctionnelles du jour au lendemain, obligeant ainsi les clients à acheter à la place des cartouches HP hors de prix ».

De son côté, HP a, jusqu'à présent, éludé les plaintes précédentes. En conséquence, Int'l ITC demande au GEC d'abroger toutes les certifications EPEAT pour les appareils identifiés dans cette plainte, de prendre les mesures d'exécution appropriées contre HP pour la fausse désignation de ses produits comme enregistrés EPEAT et de procéder à un examen approfondi des certifications pour tous les autres produits HP. « HP se moque à nouveau de la certification EPEAT », a déclaré Tricia Judge. « Il affirme de manière flagrante que seules les dernières cartouches HP fonctionneront dans les imprimantes qu'il prétend fièrement être certifiées EPEAT. Il est insultant pour la label et pour les consommateurs de suggérer que les produits conçus pour empêcher l'utilisation de cartouches remanufacturées aident l'environnement ». Cette débâcle risque cependant de ternir l'image du fournisseur, déjà ternie par les utilisateurs mécontents du service et des coûts cachés.



s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité