Jean-Christophe Dupuy, directeur marketing de la division Microsoft Business Solutions

« À terme, nos offres de PGI n'en feront plus qu'une. Ce qui constitue le but ultime du Project Green »

Distributique : Pourquoi Microsoft a-t-il récemment rebaptisé les progiciels de sa division Microsoft Business Solutions ? Jean-Christophe Dupuy : À partir de mars prochain, MBS-Axapta, de MBS-Navision et de Microsoft CRM deviendront respectivement Microsoft Dynamics AX, Microsoft Dynamics NAV et Microsoft Dynamics CRM. Aujourd'hui, l'activité MBS et les produits que vend cette division portent le même nom. Ce qui ne correspond pas à la politique habituelle de Microsoft où le nom de produits et celui de la division qui la supporte diffèrent généralement. La situation actuelle crée une confusion entre nos logiciels et la division MBS. Avec une offre fédérée sous l'appellation Dynamics, nous allons pouvoir communiquer sous la même marque pour l'ensemble de notre offre de progiciels. Au final, MBS ne sera plus que le nom d'une division. Distributique Microsoft a une vision à très long terme de sa stratégie en matière de PGI. Pouvez-vous la détailler ? : Jean-Christophe Dupuy : L'évolution du développement de nos PGI Axapta et Navision se fait en deux phases distinctes. La première est en cours depuis le début de l'année et se poursuivra jusqu'à la fin de 2007. Elle correspond à une étape de refonte du mode d'accès des utilisateurs aux informations contenues dans le back office des applications. Nous avons, par exemple, ajouté la gestion des rôles, qui permet d'assigner une interface spécifique à un utilisateur selon sa fonction dans l'entreprise, et la gestion des portails web. À ce titre, Navision 4.01 contient un module Employee Portal basé sur Windows SharePoint Services. Cette première phase voit également le développement de la présence d'outils de business intelligence dans nos produits. Ce qui est déjà le cas dans Navision, à partir duquel il est possible de gérer directement des cubes Olap. Cette fonction sera disponible dans la version 4.0 d'Axapta attendue entre mai et juin prochain. Distributique : Qu'en est-il de la seconde phase ? Jean-Christophe Dupuy : Cette seconde étape débutera en 2008 et se poursuivra pendant plusieurs années. Elle correspond à la refonte de la structure même des applications. Dans un premier temps, nous intégrerons l'ensemble du code de nos PGI dans Visual Studio 2005 pour les faire provenir d'un environnement de développement commun. De cette façon, même si nous en serons encore loin, nous avancerons vers l'unification de nos progiciels en une seule et même application. Ce qui constitue le but ultime du Project Green [Ndlr : dont la mise en oeuvre repose à la fois sur les première et deuxième phases]. Toutefois, même dans la situation où nous ne commercialiserons plus qu'une offre de PGI unique, cette dernière comportera des déclinaisons avec une richesse fonctionnelle différente pour continuer de s'adapter à la demande d'entreprises de différentes tailles. Distributique : Où en est le développement du réseau de distribution de MBS en France ? Jean-Christophe Dupuy : La division Microsoft Business Solutions travaille aujourd'hui avec cent trente partenaires. Quatre-vingts d'entre eux distribuent notre offre de PGI. Trente de ces partenaires intégrateurs nous ont rejoints récemment. La vente de notre offre de gestion de la relation clients est assurée quant à elle par une cinquantaine de partenaires. Côté clients, nous disposons d'une base installée de 1 400 entreprises, dont 315 ont choisi l'un des produits de l'offre MBS durant notre exercice 2004-2005. Pour le moment, nous affichons une forte croissance en ce qui concerne la signature de nouveaux clients. En revanche, notre croissance est moins rapide sur le chiffre d'affaires provenant de notre base installée. Ce qui s'explique par le fait que notre priorité a été jusqu'à présent de développer notre portefeuille clients. Or, au vu, par exemple, de l'activité générée par un acteur comme Sage sur sa base installée, il nous apparaît nécessaire de travailler davantage sur la nôtre. Cette stratégie devrait commencer à porter ses fruits dès l'exercice en cours, avec l'arrivée de Microsoft CRM 3.0 en janvier prochain et la version 4.0 d'Axapta à la fin de l'exercice actuel, lesquels généreront des migrations chez nos clients existants. Distributique : Vos PGI constituent des offres verticales. Y a-t-il une volonté de la division Business Solutions d'entrer sur le marché des solutions métiers ? Jean-Christophe Dupuy : Absolument. Par le biais de nos partenaires. Aujourd'hui, une vingtaine d'entre eux développent leurs propres logiciels métiers. Et un quart des revendeurs qui commercialisent Navision ou Axapta proposent des add-on verticaux pour les secteurs de la distribution, de l'automobile, des transports... D'ici à deux ou trois mois, un extranet européen, référençant en détail toutes les applications verticales disponibles, sera mis en place pour permettre aux partenaires de partager ces add-on. À l'heure actuelle, nous ne disposons que d'un catalogue papier. D'ici à la fin de l'année prochaine, nous souhaitons disposer d'une cinquantaine d'add-on métiers pour nos produits. Il n'est pas question pour Microsoft de racheter les applications de nos partenaires. Sur Axapta toutefois, nous mettons en place une initiative baptisée Industry Builder. Celle-ci vise à sélectionner au niveau mondial un certain nombre de solutions créées par nos partenaires qui figureront sur la liste de prix Axapta pour être commercialisées partout dans le monde. Elles bénéficieront en outre du support de la division Microsoft Business Solutions. Nous nous donnons deux ans pour disposer d'une quinzaine d'offres de ce type.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité