Konica Minolta mise sur le cloud pour accélérer sa croissance

Mike Lee a rejoint Konica Minolta Business Solutions U.S.A en novembre 2021 en tant que DSI. (Crédit : Konica Minolta)

Mike Lee a rejoint Konica Minolta Business Solutions U.S.A en novembre 2021 en tant que DSI. (Crédit : Konica Minolta)

Le fabricant japonais d'imprimantes Konica Minolta a profité de la pandémie et de la fermeture des bureaux pour entamer sa transformation numérique. Actuellement en pleine migration vers le cloud, le DSI de l'entreprise Mike Lee présente les contours de sa stratégie de développement.  

Outre les agents immobiliers, les fournisseurs d'équipements de bureau ont été parmi les plus durement touchés par la fermeture temporaire des locaux durant la pandémie. Toutefois, la « disparition » des bureaux a été largement exagérée, selon certains DSI concernés, qui considèrent que le nombre croissant de mandats d'entreprise imposant aux employés de retourner au moins trois jours par semaine sur site est le signe que les choses vont s'améliorer pour leur secteur d'activité.

Le fabricant d'imprimantes Konica Minolta, basé à Tokyo, constate en effet une hausse de son activité. Si pour le moment le DSI de sa filiale américaine ne peut pas quantifier cette croissance, il est toutefois persuadée qu'elle se traduira par des bénéfices futurs. Cette entreprise vieille de 150 ans a profité du ralentissement de l'activité pour entamer sa stratégie de transformation numérique. L'objectif, se réinventer en interne, faire croître la valeur propre de l'entreprise et renforcer les services qu'elle apporte à ses clients, explique Mike Lee, vice-président senior et directeur informatique de Konica Minolta Business Solutions USA.

La stratégie de transformation, qui repose sur Google Cloud Platform (GCP) et ses microservices, a été conçue il y a environ deux ans, mais sa mise en oeuvre - qui implique d'abord la migration des données vers le cloud puis la mise en oeuvre de l'analyse - vient tout juste de débuter. Toujours est-il que selon M. Lee, cette digitalisation va « changer la donne ».

La filiale américaine signe un accord de 5 ans avec Google

À la suite du processus de planification, le fabricant a récemment commencé à migrer les données des 200 serveurs de son siège social de Ramsey, dans le New Jersey, vers le cloud, et prévoit de fermer le centre de données une fois la migration terminée. Il faudra un certain temps à l'équipe informatique de Mike Lee, composée de 60 personnes, pour mener à bien ses efforts de rationalisation afin d'éliminer les applications obsolètes.  

Selon le DSI, la migration de Konica Minolta vers le cloud améliorera l'efficacité globale et réduira les coûts de maintenance informatique. Elle donnera également la possibilité à l'entreprise de développer des services qui s'appuient sur ceux existants fournis par les imprimantes multifonctions, explique le DSI. « L'autre proposition de valeur consiste à utiliser les analyses générées pour concevoir de meilleurs produits à destination de nos clients, qu'il s'agisse de clients directs ou de revendeurs ». Il ajoute que cela devrait également générer davantage de revenus commerciaux.

Affiner la dataviz

Aujourd'hui, l'entreprise utilise Tableau et PowerBI pour la dataviz. La signature d'un accord de 5 ans avec GCP et l'ajout de Looker et BigQuery permettra d'obtenir des informations plus sophistiquées pour les flux de travail et des résultats commerciaux plus pertinents, tels qu'une qualification affinée des prospects et des notifications plus rapides des perspectives de vente aux équipes commerciales - tout cela conduisant à un accroissement du chiffre d'affaires, prévoit Mike Lee.

Il s'attend également à ce que davantage de contrats soient conclus grâce à la plateforme analytique. « Les indicateurs clés de performance mensuelle sont produits manuellement aujourd'hui. Grâce à BigQuery et Looker, nous serons en mesure de les automatiser et de les suivre. Le but étant d'être entièrement automatisé ». De plus, la présence d'un plus grand nombre de capteurs IoT dans ses imprimantes multifonctions favorisera également l'émergence de nouveaux services commerciaux. Cette démarche s'inscrit dans le cadre de la stratégie de l'entreprise en matière de produits connectés. Actuellement, les imprimantes multifonctions contiennent des centaines de capteurs qui avertissent les entreprises lorsqu'un besoin de maintenance se fait sentir (niveaux d'encre bas ou anomalies) et qui, en cas de dysfonctionnement, alertent les techniciens.

Le bureau connecté du futur

Pour M. Lee, « aucune entreprise ayant durée aussi longtemps que Konica Minolta ne l'a fait sans se réinventer pour rester compétitive. La transformation numérique de la filiale américaine inaugure une nouvelle ère pour l'ensemble du groupe. L'exploitation des données et des analyses cloud accélère le développement de services de nouvelle génération qui redéfiniront ce que l'on appelait autrefois une photocopieuse ».

Pour mener à bien sa transformation numérique, Mike Lee a développé un modèle de services gérés d'applications et l'a confié à une société de conseil afin de recentrer son équipe sur la modernisation des technologies. « Je ne veux pas que quelqu'un dans mon équipe s'occupe de la maintenance des applications ou de la réparation des pannes ou même des petites améliorations », explique-t-il. « Nous avons libéré une bonne partie du temps de mon équipe pour qu'elle se concentre sur des initiatives de transformation numérique ». À l'avenir, M. Lee s'attend à ce que l'imprimante multifonctions soit réinventée pour devenir un hub de travail connecté avec des offres packagées qui fourniraient des données sur l'environnement de travail, telles que l'utilisation et la consommation d'énergie, la température du bureau, éventuellement des pannes d'équipements externes, des problèmes d'approvisionnement ou même des charges virales dans l'air.

À terme, l'IA devrait faire partie des évolutions des équipements de Konica Minolta. Il est toutefois encore trop tôt pour que le DSI puisse prédire les plans exacts de déploiement de cette technologie. À ce jour, l'entreprise travaille en partenariat avec un fournisseur SaaS qui propose un chatbot pour le service clientèle. « Nous évaluons la possibilité d'utiliser ChatGPT pour la création de contenu pour nos équipes de marketing », explique M. Lee, tout en reconnaissant qu'une stratégie IA nécessitera un accès aux données et aux analyses générées par Google Cloud Platform.

Un futur qui s'annonce prometteur

Konica Minolta a également créé une plateforme e-commerce distincte avec son partenaire Elastic Path afin de renforcer l'expérience client. Mike Lee ajoute qu'il a de grands espoirs dans le retour des salariés au bureau et dans l'évolution prévue de l'imprimante multifonctions et des services que sa société fournit aux entreprises.

Comme la plupart des fournisseurs, M. Lee est limité par des contraintes budgétaires et des problèmes constants sur la chaîne d'approvisionnement. Pourtant, son optimisme est bien plus grand aujourd'hui qu'il ne l'était pendant la pandémie, lorsque les bureaux du monde entier étaient majoritairement vides. « Nous ne sommes pas à l'abri de la pénurie de composants mais il y a de la lumière au bout du tunnel bien que nous soyons toujours confrontés à des problèmes d'arriérés pour nos produits finis. La bonne nouvelle, c'est qu'il y a une énorme demande et que nous sommes en train de rattraper le retard », conclu-t-il.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité