L'opérateur Futur se positionne sur le marché de la sauvegarde pour PME

Gilles Brunschwig, directeur général de Futur

Gilles Brunschwig, directeur général de Futur

En matière de sauvegarde, beaucoup de PME se tournent vers une solution destinée au grand public : Dropbox. Elle n'est pas adaptée au monde de l'entreprise selon l'opérateur Futur Télécom, qui a conçu une solution originale, lui permettant de se diversifier en dehors des télécoms. En plus de ses offres fixe et mobile,  Futur Télécoms se lance dans la sauvegarde, c'est pourquoi son directeur général Gilles Brunschwig a décidé de changer le nom de la société, qui devient Futur, tout simplement (*).

La solution de sauvegarde, nommée Futur Go, repose sur la redondance entre le cloud (réseau et datacenter de SFR) et le support physique. En fait, deux support physiques sont possibles : une clé USB, cryptée triple AES 256 bits (**) pour un support individuel ou une box multi-postes, pour un support partagé. La clé (offre dite « securclé ») est de 8, 16 ou 32 Go, un espace équivalent est disponible dans le cloud. La box (offre « securbox ») est de 500 Go, 1 To et 2 To, lui correspond un espace cloud de 75 Go. Il est possible d'avoir une seconde box sur un autre endroit, pour les réfractaires au cloud, les cabinets d'avocats par exemple qui sont très réticents pour mettre des données dans le cloud et préfèrent une deuxième box, située à distance.

IDS Box conçoit les supports

Les supports physiques sont conçus par la société alsacienne IDS Box, plus connue comme distributeur. « Nous avons opéré un recentrage sur note rôle de techniciens tourné vers les technologies, alors que Futur est  naturellement tourné vers le commercial et son marché de PME » nous explique Yves Leconte son Pdg. Futur songe à une deuxième étape, la sauvegarde sur téléphones mobiles et sur tablettes. Pour l'heure, c'est simplement en projet, les données professionnelles étant très peu présentes sur ces deux supports.

Au passage, Futur s'en prend au low cost. La concurrence de Free Mobile a contrarié les plans de cet opérateur comme elle en a contrarié d'autres. Futur reprend ses principales caractéristiques pour en faire autant d'arguments contre le low cost, en mettant par exemple en avant sa proximité client. On la retrouve dans les service client 24/24, services situés au siège de l'entreprise à Marseille, des formations clients également au siège, un réseau de partenaires revendeurs dense, 350 dont 60 certifiés, et 19 responsables de secteurs qui couvre les régions.

Ce réseau de proximité joue son rôle dans l'offre de sauvegarde. « Les clients se voient proposer une option « zen » par laquelle les partenaires certifiés vont expliquer au client et le conseiller dans son installation de sauvegarde » souligne Jean-Baptiste Pecchi, directeur marketing. « Nous pouvons les rassurer en respectant parfaitement la législation française, nous avons en fait packagé trois éléments : le cloud, le support physique et la législation pour mettre au point cette offre, de plus, notre solution s'adapte à l'existant chez le client ».


(*) En 2012, Futur Télécom a réalisé un chiffre d'affaires de 55,9 millions d'euros, contre 44,8 sur 2011. le P-dg Marc Hia Balié est également directeur commercial de SFR business team, le directeur général est Gilles Brunschwig.

(**) on ne peut l'ouvrir qu'avec un mot de passe et avec le logiciel correspondant.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité