L'UGAP choisit Capgemini pour composer une palette d'offres cloud

OVH, Scaleway et Outscale figurent parmi les fournisseurs de services clouds français qui rejoindront le catalogue de l'Ugap par l'intermédiaire de Capgemini. (Crédit : Pixabay/pcdazero)

OVH, Scaleway et Outscale figurent parmi les fournisseurs de services clouds français qui rejoindront le catalogue de l'Ugap par l'intermédiaire de Capgemini. (Crédit : Pixabay/pcdazero)

Capgemini a négocié pour l'UGAP un ensemble de services clouds qui seront proposés à des tarifs préférentiels aux administrations et collectivités territoriales. La liste de ces services sera communiquée à la fin de ce mois de juin.aCapgemini a négocié pour l'UGAP un ensemble de services clouds qui seront proposés à des tarifs préférentiels aux administrations et collectivités territoriales. La liste de ces services sera communiquée à la fin de ce mois de juin.

Il y a un mois, l'UGAP a annoncé dans un billet l'arrivée fin juin 2020, d'une offre de services clouds pour les acteurs publics. Ce marché de services de « cloud externe » doit contribuer à accélérer « la transformation et la production de services numériques auprès des ministères, des collectivités territoriales et de l'ensemble de la sphère publique », décrit la centrale d'achat généraliste. Il est attribué à Capgemini qui va, dans ce contexte, négocier des services auprès de plusieurs fournisseurs de clouds publics dont OVH, Scaleway et Outscale pour les opérateurs français, rapporte l'AFP, reprise par Le Figaro. Le nom des autres opérateurs de clouds retenus, présents sur le marché européen et mondial, n'est pas encore connu.

L'offre portée par l'UGAP et issue de la collaboration avec la DAE et la Dinum, sera disponible à des conditions économiques préférentielles. Du côté de Capgemini, la liste des fournisseurs ne devrait être communiquée qu'à l'ouverture du service, fin juin, certaines négociations étant toujours en cours. Selon l'AFP, ces services clouds ne concerneraient que des données de la sphère publique n'étant pas considérées comme sensibles, tant pour la sécurité nationale que dans les domaines industriels et commerciaux. Pour les données sensibles, l'Etat s'appuiera sur des clouds dédiés.

Gare au Cloud Act

Ce chantier se prépare alors que le débat se poursuit sur le projet de plateforme de données de santé, Health Data Hub, dont l'hébergement doit se faire sur le cloud public Azure de Microsoft, fournisseur américain soumis au Cloud Act. Cette législation, adoptée en 2018 par le Congrès américain, autorise les autorités à accéder aux données, y compris personnelles, stockées par les fournisseurs de cloud américains où que soient situés leurs serveurs, y compris à l'étranger. Un référé-liberté a été déposé cette semaine devant le Conseil d'Etat pour s'opposer au déploiement du Health Data Hub qui s'accélère dans le contexte sanitaire actuel.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité