Les cinq mythes de la technologie blockchain

Dans la pratique, les réseaux de chaînes de blocs ne fonctionnent jamais totalement sans intermédiaires d'après les chercheurs. (crédit : TheDigitalArtist/Pixabay)

Dans la pratique, les réseaux de chaînes de blocs ne fonctionnent jamais totalement sans intermédiaires d'après les chercheurs. (crédit : TheDigitalArtist/Pixabay)

Bien que considérée par bien des observateurs - investisseurs et analystes en tête - comme prometteuse et pleine d'avenir, la technologie blockchain n'en demeure pas moins sujette aux suspicions de la part des entreprises. Souvent à tort mais parfois à raison comme le cabinet Forrester a pu le montrer.

Il ne fait pas de doute que la technologie blockchain est une source de valeur et les entreprises s'intéressent de plus en plus aux applications possibles de la chaine de blocs. Mais il y a encore beaucoup d'idées fausses autour de la technologie. Dans un nouveau rapport dirigé par Martha Bennett, quatre analystes du cabinet Forrester ont voulu revenir sur « cinq mythes persistant sur la technologie ».

1. Le mythe de l'immuabilité

Le terme « immuable » qui, dans le cas de la chaîne de blocs, signifie « inaltérable ou ne peut être changé » est techniquement impossible, ont ainsi déclaré les chercheurs dans leur rapport qui citent deux manières de modifier la chaîne de blocs. « La première est de recalculer la chaîne, soit dans son intégralité, soit en amont du point où s'est produit un événement indésirable. L'opération efface et recrée l'historique. Un événement de ce genre s'était produit aux premiers jours du bitcoin », ont-ils expliqué. « L'autre solution consiste à dupliquer la chaîne. Cette fois, le code historique et les transactions sont conservés. Mais, après cette opération, le logiciel fonctionne différemment. L'exemple le plus connu est probablement celui du fork Ethereum utilisé pour rétablir la plateforme qui s'était effondrée après son piratage par The DAO (Decentralized Autonomous Organization) en 2016 ».

Les chercheurs font également remarquer que, d'un point de vue technique, les chaînes de blocs soumises à autorisation sont plus faciles à modifier et ont beaucoup moins de noeuds que les chaînes de blocs publiques, surtout dans les premiers temps. Mais de ce fait, « elles sont aussi techniquement plus vulnérables et ont plus de risques de se retrouver sous l'emprise de criminels ou de fraudeurs qui réussissent à s'emparer des identifiants du réseau ». Dans la pratique, les mécanismes de sécurité et de gouvernance qui s'appliquent au réseau permettent de maîtriser le risque. « Les participants de l'écosystème doivent comprendre que ce n'est pas la technologie en tant que telle qui protège les enregistrements de la chaîne de blocs contre les modifications, mais la façon dont le réseau est conçu, mis en oeuvre et exploité. Cela s'applique aux réseaux dotés de mécanismes de consensus qui offrent plus d'évolutivité, mais qui, à eux seuls, apportent peu ou pas de protection contre les attaques malveillantes », ont encore expliqué les chercheurs.

2. Le mythe de la désintermédiation et de la décentralisation

Selon les chercheurs, « la réduction des coûts et le gain en efficacité sont les principaux motifs pour lesquels une entreprise s'oriente vers une solution de chaine de blocs ». Souvent, cela implique de supprimer un intermédiaire existant. « L'entreprise se demande pourquoi faire passer des transactions par un tiers alors qu'elle peut traiter directement avec ses partenaires commerciaux. » Certaines situations permettront de procéder ainsi. Mais c'est une erreur de croire qu'il n'y a plus d'intermédiaires de confiance dans les réseaux de chaînes de blocs ou que ces réseaux sont entièrement décentralisés. Comme le rappellent les chercheurs, dans la pratique, les réseaux de chaînes de blocs ne fonctionnent jamais totalement sans intermédiaires. Ce sont des réseaux distribués et, en tant que tels, ils conservent un certain niveau de centralisation. De plus, la chaîne peut faire entrer de nouveaux intermédiaires et des intermédiaires existants peuvent disparaître à l'insu de tous.

3. Le mythe de la confiance zéro

« Les deux principales chaînes de blocs - Bitcoin et Ethereum - ont apporté la preuve qu'il était possible d'échanger de la « valeur » entre des personnes et des entités qui ne se connaissent pas ou qui ne se font pas confiance », ont déclaré les chercheurs. Mais elles ont aussi montré que c'était un mythe. Aucun des deux réseaux n'est totalement dépourvu de confiance. « Les participants doivent faire confiance au fonctionnement continu de ces réseaux et cela à plusieurs niveaux. Par exemple, ils doivent faire confiance aux mathématiques et à la cryptographie et ils doivent croire que le code sera toujours exécuté comme prévu », ont ajouté les chercheurs.

4. Le mythe selon lequel les chaînes de blocs sont « des machines de vérité »

« De nombreuses solutions basées sur les réseaux blockchain affirment qu'elles pourront prévenir la fraude et garantir la provenance des biens dans le monde physique et numérique », ont déclaré les chercheurs. Dans une certaine mesure, cette affirmation n'est pas fausse, puisque les transactions basées sur les chaînes de blocs sont extrêmement difficiles à manipuler, et toute tentative est vite repérée. « Mais aucune technologie, que soit la technologie blockchain ou une autre, ne peut se considérer comme totalement dissuasive », ont-ils déclaré. « Il est essentiel de garder à l'esprit qu'une chaîne de blocs ne peut protéger de toutes les fraudes, et qu'à lui seul, un réseau blockchain ne peut garantir la provenance des marchandises physiques. Selon eux, il faut distinguer la traçabilité pure de celle qui fournit la preuve de la provenance ».

5. Le mythe de la transparence

« Rendre les transactions plus transparentes est l'un des principaux avantages des réseaux blockchain », ont déclaré les chercheurs. Mais, pour la plupart des entreprises, la transparence est autant une malédiction qu'une bénédiction. « Mis à part les problèmes d'échelle, le plus grand défi technique auquel doivent répondre les développeurs est celui de la confidentialité », ont-ils déclaré. Les DSI doivent garder à l'esprit que dans une pile de chaîne de blocs classique, tout le contenu de la chaîne est visible pour tous les participants. Selon les chercheurs, c'est une chose de fournir la preuve de la provenance ou de garantir l'intégrité. Mais, c'en est une autre de préserver la confidentialité des données, la transparence commerciale et la traçabilité. « Il est important que les dirigeants d'entreprise s'entendent d'abord sur les exigences de confidentialité avant de choisir la technologie », ont encore déclaré les chercheurs.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Publicité