Le fort ROI de l'automatisation devrait stimuler les dépenses en RPA des entreprises

Positionnement des éditeurs de logiciels RPA selon Forrester, en fonction de leurs choix stratégiques et de leurs offres. Illustration : Forrester

Positionnement des éditeurs de logiciels RPA selon Forrester, en fonction de leurs choix stratégiques et de leurs offres. Illustration : Forrester

La demande d'automatisation induite par la pandémie va stimuler le marché des logiciels d'automatisation des processus (Robotic Process Automation, RPA), lequel pourrait peser 22 Md$ en 2025. A terme, néanmoins, la croissance des ventes se stabilisera avec l'adoption de « l'automation fabric », un ensemble plus large combinant diverses technologies.

Selon un nouveau rapport de Forrester, le retour sur investissement (ROI) en gains de temps et en coûts devrait stimuler le marché des logiciels d'automatisation des processus (Robotic Process Automation, RPA) et des services associés. Le chiffres d'affaires du secteur devrait ainsi passer de 13,9 Md$ aujourd'hui à 22 Md$ en 2025. « Ce ROI très direct attire encore les entreprises ou les cadres dirigeants », a déclaré Leslie Joseph, analyste principal chez Forrester. « La RPA continue de convaincre, comme c'était le cas avant la pandémie, car beaucoup d'applications existantes ne sont généralement pas conçues pour l'automatisation », a ajouté l'analyste.

Forrester, qui divise le marché de la RPA entre logiciels et services, prévoit que le segment des applications passera d'une taille de 2,4 Md$ en 2021 à 6,5 Md$ en 2025. Cette croissance sera alimentée par la demande d'automatisation induite par la pandémie et la pression ininterrompue des programmes de transformation numérique jusqu'en 2022. Mais elle devrait se stabiliser légèrement en 2023 du fait de l'évolution des technologies et de l'inflation. Toujours selon Leslie Joseph, « la complexité croissante des logiciels de RPA, ainsi que la poussée d'éditeurs pure-player de l'automatisation [Ndlr : Blue Prism, UiPath et Automation Anywhere] vers des applications industrielles spécifiques vont favoriser l'adoption de la RPA, et alimenter la croissance du segment dans les prochaines années ».

Un marché de services de 16 Md$

De son côté, le segment des services de RPA devrait passer d'un chiffres d'affaires de 11,5 Md$ en 2021 à 16 Md$ en 2025. Une progression qu'il devra aux grandes entreprises de conseil, aux intégrateurs de systèmes mondiaux et aux prestataires de services d'externalisation des processus métiers, lesquels ont déjà utilisé la RPA, non seulement pour réduire les coûts, mais aussi pour étendre les objectifs de transformation de leurs clients. Le rapport de Forrester, qui répartit ensuite le marché des services entre les services d'implémentation (60 %) et les services de conseil (40 %, stratégie, sélection des processus, gouvernance), prévoit que les dépenses de conseil et d'assistance diminueront à mesure que les capacités des produits intégrés commenceront à prouver leur maturité et que le déploiement du cloud et des modèles en-tant-que-service réduiront les coûts d'assistance. Selon le cabinet d'études, c'est en Amérique du Nord et en Europe que la croissance de la RPA devrait être la plus forte, suivies par l'Asie-Pacifique, « qui rattrape rapidement son retard ». Les services financiers, suivis par les services publics et les soins de santé, seront les premiers à adopter les solutions d'automatisation des processus.

Une évolution vers « l'automation fabric »

Alors que le rapport prévoit une stagnation de la croissance de la RPA à partir de 2023, Leslie Joseph pense que l'adoption de la RPA sera remplacée par ce que Forrester désigne sous le terme « d'automation fabric ». Il s'agit d'un ensemble de technologies délivrées par des plates-formes réunissant les options d'automatisation actuelles ( BPM, RPA, logiciels de développement low-code, iPaaS) et l'IA, l'idée étant de permettre aux employés d'orchestrer le workflow selon les besoins. « D'ici à 2022, 5 % des entreprises du Fortune 500 adopteront une automation fabric pour favoriser la transformation de l'entreprise alimentée par l'automatisation », a déclaré l'analyste de Forrester.

Derrière cette automation fabric, il y a l'idée que les fournisseurs intègrent des capacités qui permettront aux entreprises de démocratiser le processus d'automatisation au sein de leur organisation. « Toute entreprise devrait démocratiser la compréhension des processus et la façon d'utiliser l'automatisation pour les améliorer », a encore déclaré Leslie Joseph. « Sinon, l'application des technologies d'automatisation conduira à des automatisations redondantes, de faible qualité, non conformes et non durables, qui peuvent mettre en péril la réputation de l'entreprise. C'est la raison pour laquelle nous croyons fermement que l'on trouvera de plus en plus d'experts en processus citoyens capables d'utiliser les outils d'exploration des tâches et des processus aussi naturellement que les développeurs métier construisent et exécutent des automatisations ».
« L'automation fabric pourrait également inclure d'autres capacités, par exemple des assistants numériques proposant des modules d'automatisation pour des projets ou des processus spécifiques »,
a aussi indiqué Leslie Joseph, ajoutant que les principaux fournisseurs de RPA ont commencé à mettre en place des politiques de gouvernance de bots, fines et centralisées, dont peuvent hériter les centres d'excellence distribués.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité