Les géants américains de l'IT ralentissent leurs recrutements

Les firmes américaines de la technologie font machine arrière et cessent leurs recrutements. (Crédit : Anna Shvets / Pexels)

Les firmes américaines de la technologie font machine arrière et cessent leurs recrutements. (Crédit : Anna Shvets / Pexels)

Un nombre croissant d'entreprises technologiques commencent à freiner le recrutement, mais est-ce pour autant le moment pour elles d'arrêter d'investir dans les profils IT ?

Alors que le ralentissement économique mondial continue de s'aggraver, de nombreuses entreprises IT réagissent aux craintes d'une récession imminente en freinant les embauches. Si la réduction des coûts salariaux peut sembler être un moyen facile de réduire les dépenses à l'heure actuelle, le paysage de l'emploi reste en pleine mutation, les études montrant que les travailleurs sont tout aussi pessimistes que leurs employeurs quant au climat économique.

En conséquence, 60 % des demandeurs d'emploi américains déclarent qu'il est plus urgent de trouver un emploi maintenant, avant que les conditions du marché ne s'aggravent. Les entreprises qui ont décidé de ne plus embaucher pourraient ainsi se retrouver avec une fuite de compétences qu'elles ne parviendraient pas à colmater.

Où se situent les gels d'embauche dans le secteur IT ?

Google et Microsoft ont été parmi les premières entreprises à annoncer une pause dans le recrutement, rapidement suivies par Meta, Apple et bien d'autres. Comme le rapporte The Verge, Google a envoyé un mémo à son personnel en juillet indiquant que l'entreprise allait « ralentir le rythme des embauches pour le reste de l'année ». Un peu plus d'une semaine plus tard, The Information a rapporté que Prabhakar Raghavan, premier vice-président de Google, a envoyé un courriel pour informer les collaborateurs qu'aucun nouveau personnel ne serait embauché au cours des deux semaines suivantes. Le gel n'affecterait pas les offres d'emploi existantes, mais aucune offre supplémentaire ne sera proposée aux personnes dont la candidature est encore en attente.

Microsoft a également annoncé qu'elle allait retirer toutes ses offres d'emploi et ralentir le recrutement dans un avenir proche. Selon un article de Bloomberg, le ralentissement de l'embauche touchera principalement les unités de cloud computing et de sécurité de l'entreprise. Cette annonce intervient deux mois après que Microsoft a déclaré qu'il prévoyait de réduire les recrutements dans ses groupes Windows, Office et Teams.

Twitter, Meta et Apple ont suivi le mouvement

Google et Microsoft ne sont pas les seules entreprises technologiques qui ont commencé à adopter une approche plus prudente en matière d'embauche. Plus tôt cette année, Twitter a d'abord gelé les embauches, puis a licencié 30 % de son équipe RH au début du mois. Fin juin, le CEO de Meta, Mark Zuckerberg, s'est montré hostile lors d'un appel avec les employés, déclarant que « de manière réaliste, il y a probablement un tas de personnes dans l'entreprise qui ne devraient pas être là ».

Un mois plus tard, les résultats financiers de la société pour le second trimestre 2022 ont montré la première baisse de revenus de son histoire, Mark Zuckerberg déclarant aux investisseurs que le climat économique semblait encore plus grave qu'au trimestre précédent. À peu près au même moment, Apple a également annoncé que, même si l'entreprise continuera à investir dans le développement de produits, elle n'augmentera plus les effectifs dans certains départements l'année prochaine.

Un paysage d'embauche incertain

Ces mesures s'inscrivent dans un contexte d'incertitudes dans le paysage géopolitique et économique, qui a amené la plupart des entreprises à ajuster leurs perspectives financières. L'agrégateur de licenciements TrueUp estime que depuis le début de l'année 2022, 487 entreprises IT ont annoncé des licenciements, qui ont touché 86 166 employés. Jack Kelly, fondateur et CEO de The Compliance Search Group et de Wecruiter.io, a déclaré que les entreprises prendront toujours des mesures pour atténuer les mauvaises conditions économiques, la réduction des coûts au sein de la main-d'oeuvre étant souvent une option facile à mettre en oeuvre.

« Ce qui est triste, c'est que les entreprises cherchent presque toujours immédiatement à réduire les coûts des travailleurs », a-t-il déclaré. « Ce n'est jamais le CEO qui dit au conseil d'administration : 'Hé, faisons tous une grosse coupure'. Cela devrait se produire, mais au lieu de cela, les entreprises finissent par réduire les salaires et les avantages sociaux. Je pense que nous allons voir le marché du travail devenir très mou, ce qui rendra difficile pour beaucoup de gens de trouver un emploi ».

Les pratiques de travail hybride remises en cause

Selon Jack Kelly, les entreprises sont également susceptibles de faire plus attention à la manière dont elles embauchent et, lorsque les gels des recrutements se transforment en licenciements, nous pourrions assister à un revirement de certaines pratiques de travail hybride nées de la pandémie, car les employés craignent d'être étiquetés comme des « paresseux » ou des « moins performants ». « Je ne serais pas surpris que beaucoup plus de gens retournent au bureau parce que, honnêtement, je le ferais », a déclaré Jack Kelly. « J'aurais peur que si je suis à la maison et qu'ils décident de licencier des gens, s'ils ne m'ont pas vu ou s'ils ne se souviennent pas de qui je suis, il sera plus facile de se débarrasser de moi que de quelqu'un qui est au bureau tous les jours », a-t-il ajouté. Cette question du préjugé de proximité reste une source de préoccupation pour les organisations qui cherchent à mettre en oeuvre avec succès des modèles de travail hybride.

Cependant, Sean Farrington, vice-président exécutif de la région EMEA de l'éditeur d'e-learning Pluralsight, ne pense pas que claquer la porte aux nouvelles recrues potentielles soit nécessairement la solution la plus judicieuse en période difficile. Bien que l'économie européenne ne soit pas plus saine, M. Farrington a déclaré que les entreprises européennes dotées d'importantes équipes IT avec lesquelles il s'est entretenu évaluent plutôt les talents dont elles disposent déjà et recherchent des possibilités d'améliorer les compétences et de reorienter les employés existants. Sean Farrington ne pense pas que la réduction des effectifs soit l'approche la plus raisonnable pour réduire les coûts. « Surtout si l'on tient compte de l'augmentation du déficit de compétences des personnes techniquement qualifiées et du dialogue politique plus large sur la manière de réinventer l'économie dans un monde numérique », a-t-il déclaré.

« Faire attention au capital humain »

Des études montrent que les employés souhaitent se voir proposer régulièrement des formations et la possibilité de développer d'autres compétences et qu'ils sont plus susceptibles de rester dans une entreprise si on leur offre ces possibilités. Le phénomène de grande démission a été un sujet de conversation majeur au cours du premier semestre de cette année et, pour les entreprises qui n'embauchent plus, perdre davantage d'employés n'est pas une option. « Si une personne quitte votre entreprise, vous avez un vide, et vous ne pouvez donc pas être aussi efficace et productif que vous l'étiez », a déclaré Sean Farrington. « La première chose à faire est de faire attention à votre capital humain et de vous assurer que vous ne perdez pas involontairement des gens en ne montrant pas d'engagement envers vos employés, ou en ne montrant pas que vous les appréciez d'une certaine manière », a-t-il ajouté.

Bien que le marché de l'emploi ait largement rebondi après la pandémie, la récession imminente risque d'entraîner une toute autre série de défis pour les demandeurs d'emploi. Si le gel des embauches dans les entreprises technologiques ne s'est pas encore transformé en licenciements massifs, les personnes actuellement employées devront encore faire face à des salaires stagnants, à des augmentations de salaire inférieures à l'inflation et à une augmentation des frais de transport liée à la flambée du prix de l'essence, car la période de prospérité semble toucher à sa fin.

Un point sur la grande démission et les licenciements dans l'IT

Les Etats-Unis sont largement touchés par cette crise qui survient dans le secteur des nouvelles technologies. En ce sens, le pays a traversé plusieurs phénomènes, passant par la grande démission - où les employés ont fait le choix de quitter leur travail pour de meilleurs conditions - à une vague de licenciements - où tous ceux qui ont été licenciés ne s'y attendaient pas vraiment...

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité