Prolival creuse son sillon sur le marché du cloud computing

Pascal Combe, directeur associé chez Prolival.

Pascal Combe, directeur associé chez Prolival.

En deux ans, la part des services cloud dans le chiffre d'affaires de Prolival a presque doublé. L'entreprise veut accélérer le mouvement en donnant à cette offre une marque que portera sa business unit dédiée.

Lancée en 2008 sur un mode « artisanal », l'activité du francilien Prolival dans le cloud computing s'est structurée et élargie au fil des années. Aidé par les investissements qu'il a consentis et la demande croissante des clients, l'intégrateur et infogéreur francilien en a tiré 7% de ses 23 M€ de chiffre d'affaires en 2016. Il prévoit que cette part passera à 13% cette année. Pour amplifier le mouvement, l'entreprise a récemment créé Horizon, une marque qui englobera l'ensemble de ses offres dans le cloud Computing. L'an dernier, Prolival avait déjà mis sur pied une business unit dédiée de trois personnes qui peut s'appuyer sur ses 260 autres collaborateurs. « Nous sommes surtout une entreprise d'ingénieurs et de techniciens. Avec cette nouvelle marque, nous allons pouvoir déployer la stratégie marketing qui nous faisait défaut pour promouvoir nos services hébergés, notamment en packageant nos offres », explique Pascal Combe, directeur associé chez Prolival.

Une infrastructure certifiée basée en France

A l'origine, la société s'est positionnée dans le cloud en proposant de la VM aux clients qui souhaitaient des prestations allant un peu au-delà de l'hébergement classique. Par la suite, son offre de services IaaS s'est étoffée et a été davantage sécurisée, ce dernier point étant essentiel pour les établissements financiers parmi lesquels la société compte de nombreux clients. Des partenariats avec des éditeurs lui permettent également de proposer des services de stockage et de gestion des flux financiers. « En 2015, notre offre IaaS a été certifiée ISO 27001 et nous en avons profité pour faire certifier également notre centre de services depuis lequel sont gérés nos services », relate Pascal Combe. Et cette année, c'est une offre d'anonymisation des données dans le cloud qui a été lancée, notamment pour répondre aux problématiques de la GDPR. Tous ces services sont fournis via des infrastructures hébergées en France chez Iliad et Equinix.

20% du chiffre d'affaires dans le cloud l'an prochain

Sur les quelques 150 clients actifs avec lesquels travaille Prolival, une cinquantaine d'entre eux souscrit à ces services. L'entreprise dispose donc d'un potentiel de croissance important sur son seul portefeuille existant. Elle n'en oublie pas pour autant la prospection, comme le montre le lancement récent d'un site dédié à l'offre Horizon sur lequel figure un simulateur qui offre la possibilité de construire son cloud. L'outil permet de sélectionner des VM, de la capacité de stockage et de sauvegarde, ainsi que des services associés. « Il ne s'agit pas d'un dispositif qui permet d'activer des services. Il est dédié à l'information et à la prospection », précise Pascal Combe. Le prix final affiché par le configurateur peut être négocié au cas par cas avec les commerciaux de Prolival dans le cadre des contacts directs que l'outil est sensé générer.

Fort des évolutions qu'il vient encore d'apporter à sa stratégie Cloud, Prolival table sur le fait que ses ventes de services hébergés vont progresser de 50% en 2018, après avoir crû de 70% en 2017. Elles devraient ainsi représenter 20% de son activité l'an prochain.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité