Sagesse va changer de président et compte fédérer rapidement 50% des CCS Sage

Patrice Foliart (ici en photo) sera avec Xavier Gérardin le prochain président de l'association de CCS Sage Sagesse.

Patrice Foliart (ici en photo) sera avec Xavier Gérardin le prochain président de l'association de CCS Sage Sagesse.

Patrick Chemla quitte la présidence de l'association de CCS Sagesse. Il sera remplacé par une direction bicéphale composée de Xavier Gerardin et de Patrice Foliard tous deux dirigeants de sociétés partenaires de Sage.

Les Centres de Compétences Sage (CCS) adhérents à la jeune association Sagesse changeront bientôt de président. Ils devraient en effet élire Xavier Gerardin et Patrice Foliard coprésidents de l'organisation lors de sa prochaine assemblée générale qui se tiendra avant la fin de l'année. Le premier membre de cette future direction bicéphale est aussi directeur général du revendeur francilien de logiciels de gestion Project SI. Le second est à la tête des sociétés Promosoft (Chartres) et Action Informatique (Paris). Lorsqu'il sera effectivement désigné, le duo succédera alors à Patrick Chemla, le dirigeant du CCS Sage Marseillais Pointex, qui a volontairement choisi de ne pas briguer un nouveau mandat.

A l'heure actuelle, Sagesse regroupe 40 CCS, soit 10 de plus que lors de sa création à l'automne 2012. « Notre objectif est de fédérer au moins la moitié de 120 CCS que Sage compte en France d'ici six mois à un an », indique Patrice Foliard. Pour recruter, l'association compte sur la mise en avant des actions qu'elle a déjà entreprises comme le recours à un avocat pour revoir les conditions générales de vente bancales ou inexistantes de ses adhérents. Surtout, elle travaille à la mise en oeuvre de nouveaux dispositifs qui doivent lui permettre de promouvoir davantage son action en faveur des CCS lorsqu'ils auront aboutis. « Nous travaillons, par exemple, sur les problématiques de recrutements de consultants en informatique de gestion chez les CCS. A cet effet, nous sommes en train de nouer un partenariat avec un organisme spécialisé dans la formation avec lequel nous négocions des tarifs préférentiels pour nos  membres qui pourront y envoyer leurs collaborateurs », explique Xavier Gerardin.

« Sagesse se développera avec ou sans la reconnaissance de Sage »

L'autre challenge, et non des moindres, de la nouvelle direction sera de parvenir à faire reconnaître l'association par Sage lui-même. L'éditeur a d'ailleurs déjà reçu un courrier l'informant du changement imminent de présidente chez Sagesse et de la volonté des deux futurs présidents de rencontrer sa direction. Or, l'éditeur n'accepte que de discuter individuellement avec les patrons des CCS. Une attitude que Patrice Foliard ne comprend pas : « Je ne vois pas où est le problème. L'attitude de Sage est d'autant plus surprenante que d'autres éditeurs encouragent ce type d'initiative entre les membres de leur réseau de distribution. Quoi qu'il en soit, Si Sage ne veut pas nous reconnaître, cela n'empêchera pas Sagesse de se développer. » A l'instar de Xavier Gerardin, l'homme se veut déterminé mais en aucun cas enclin à baser les relations de Sagesse avec Sage dans le registre de la confrontation. « Notre philosophie est d'aider les CCS à faire plus d'affaire avec Sage. Quoi de mieux que de dialoguer avec l'éditeur pour cela ? En outre, discuter est le seul moyen de faire comprendre aux revendeurs Sage et à Sage lui-même que leur business models doivent évoluer pour que chacun fasse un pas vers l'autre », conclut Xavier Gerardin.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité