Samsung Galaxy pliable : une première présentation bien trop furtive

Si vous avez cligné des yeux pendant que le vice-président Justin Denison montrait le nouveau téléphone pliable de Samsung, alors vous n’avez probablement pas pu le voir. (Crédit : Samsung)

Si vous avez cligné des yeux pendant que le vice-président Justin Denison montrait le nouveau téléphone pliable de Samsung, alors vous n’avez probablement pas pu le voir. (Crédit : Samsung)

Hier, lors de la conférence développeurs organisée par Samsung à San Diego (Californie), tout le monde attendait de voir le futur mobile pliable du constructeur coréen. À part le nouvel écran Infinity Flex dont Samsung a à peine donné les spécifications, la chose pliable montrée aux participants dans une semi-pénombre ne ressemblait pas vraiment à un mobile moderne.

Après plus d'une heure d'annonces fatigantes sur l'assistant virtuel Bixby, de détails sommaires sur Galaxy Home et de longs discours sur l'IoT, Samsung a finalement montré ce que tout le monde attendait : son smartphone pliable. Sauf que ce n'était pas vraiment un mobile. Et si l'écran Infinity Flex est la grande innovation de Samsung, on ne sait pas grand-chose sur ce que le constructeur compte en faire. Justin Denison, le vice-président senior, a parlé avec poésie d'un polymère composite avancé et d'une épaisseur réduite qui ouvrait la voie aux écrans enroulables, aux terminaux pliables et aux combinés plus fins. Sauf qu'il n'a rien montré de tout ça.

Et il fallait être très attentif pour voir à quoi ressemblait le téléphone qu'a tenu en main Justin Denison pendant un bref instant. D'après ce qu'ont pu apercevoir nos confrères de PCWorld, le mobile est très épais, il affiche une bordure très large et comporte une charnière très visible. À se demander même si le produit n'était pas factice. Du moins, il faut l'espérer. On ne sait même pas comment il marche, ni même s'il fonctionne. Les 10 secondes pendant lesquelles Justin a tenu le mobile en main, il n'a montré aucune fonctionnalité, et il a pris soin de ne pas dévoiler l'interface utilisateur et son design. Les organisateurs ont même réduit la luminosité de la scène pour limiter la visibilité.

Plus de questions que de réponses


Alors, que sait-on exactement sur le futur mobile pliable de Samsung ? Eh bien, pas grand-chose. Le constructeur a mis en avant le fait que l'écran Infinity Flex ouvrait la voie à « une nouvelle plate-forme mobile », mais la seule chose dont on est sûr, c'est que l'on peut exécuter trois applications en même temps grâce à une nouvelle fonctionnalité dite de fenêtre multi-active. D'après la démo, les trois fenêtres sont interchangeables, avec une grande boîte flanquée de deux petites boîtes empilables.

 

AdTech Ad

Il est possible d'exécuter trois applications quand l'écran rabattable est ouvert. (Crédit : Samsung)

On sait aussi officiellement que Google est de la partie. Lors d'une exceptionnelle apparition au cours d'un événement Samsung, Google a annoncé officiellement que son système prendrait en charge les écrans pliables, que les applications Android fonctionneraient de façon transparente quand l'appareil est plié et qu'elles assureraient la « continuité d'écran ». Dans le langage développeur, cela signifie qu'une l'API permettra aux applications de s'adapter dynamiquement aux différentes tailles d'affichage Android. En général, ce genre d'action ne se fait pas à la volée. Il faudra donc certainement de nouveaux outils. On ne sait pas non plus vraiment comment cela fonctionne. Vraisemblablement, si l'on travaille dans une application avec le téléphone ouvert, celle-ci continuera à fonctionner quand on plie l'appareil et vice versa. Mais, là encore, Samsung n'a fait aucune démo de la fonction. D'après ce qu'ont pu apercevoir nos confrères, il semble que le téléphone se pliera vers l'intérieur comme un livre. C'est à dire, un affichage plus petit à l'extérieur et plus grand à l'intérieur, même si Samsung dit que la technologie Infinity Flex permettra un affichage en dedans et en dehors.

Une nouvelle UI Concernant l'interface utilisateur du mobile pliable de Samsung, elle sera développée avec le langage OneUI que Samsung a présenté rapidement avant de « dévoiler » son terminal. OneUI succède à TouchWiz et à Samsung Experience. C'est donc la troisième interface utilisateur livrée par Samsung en trois ans. OneUI apporte un changement notable aux mobiles Galaxy de Samsung. L'interface est plus propre : les commandes ont été déportées vers le bas de l'écran, laissant une « zone de contenu » en haut de l'écran.

 

Pour son concept de téléphone pliable, Samsung n'a pas fait dans la minceur. (Crédit : Samsung)

Par exemple, dans l'app Messages, les conversations commenceront au milieu de l'écran pour éviter à l'utilisateur de remonter tout en haut de l'écran pour rédiger sa réponse. Les pop-ups seront également repoussés vers le bas de l'écran pour les mettre à portée de la main. OneUI inclura également un mode sombre et un nouveau thème qui pourra s'adapter à la couleur de l'appareil. Selon Samsung, le design de OneUI a été conçu pour favoriser la concentration et éviter d'être distrait par d'autres affichages à l'écran. On ne sait pas très bien comment l'interface OneUI se comportera sur le nouveau téléphone pliable, mais on imagine qu'elle a été pensée pour l'écran flexible.

Encore beaucoup de questions Il y a beaucoup de choses qu'on ignore encore sur le futur mobile pliable de Samsung. Il reste en effet de nombres questions en suspens. En particulier :

- La date de sortie : le constructeur a affirmé qu'il pourrait lancer la fabrication des écrans Infinity Flex « dans les mois qui viennent », mais il n'a rien dit à propos des mobiles équipés avec ces écrans.

- La taille : Samsung n'a pas donné d'indication sur la taille intérieure ou extérieure de l'écran, même si, l'écran ouvert, l'appareil ressemble à une petite tablette.

- On ne sait pas s'il pourra exécuter des apps Android courantes : la présentation de l'interface était très générale, mais on ne sait pas comment le mobile fonctionnera avec les millions d'applications proposées dans le Play Store.

- Que se passe-t-il si on fait pivoter l'écran : Samsung a montré une interface utilisateur grossière fonctionnant en mode portrait, mais le constructeur n'a pas dit si le téléphone serait équipé d'un accéléromètre comme sur les tablettes.

- Son prix : pendant la présentation, Samsung n'a fait aucune référence au prix du mobile.

- Son nom : selon certaines rumeurs, le mobile pliable pourrait s'appeler Galaxy F. Mais Samsung a refusé de dévoiler le nom de l'appareil pendant la démo.

Il reste encore beaucoup d'autres questions. Par exemple sur l'autonomie de la batterie, la résolution de l'écran, la quantité de RAM, les options de stockage. Ou encore : est-il possible de répondre aux appels quand l'appareil est ouvert ? Ou : y a-t-il une prise casque ? Et ainsi de suite.

 

Quand il est fermé, le nouveau téléphone pliable de Samsung ressemble à un mobile des années 2000. (Crédit : Samsung)

Après la keynote, pendant une session développeurs, Samsung a toutefois livré quelques spécifications sur l'affichage. Comme l'a rapporté CNET, l'écran extérieur mesure 4,58 pouces - incroyablement petit pour un mobile de 2018. Sa résolution est de 1960 x 840 pour une densité de pixels de 420. Par contre, l'écran intérieur est beaucoup plus grand que celui de n'importe quel smartphone disponible aujourd'hui sur le marché : il mesure 7,3 pouces, sa résolution est de 2152 x 1536 et affiche la même densité de pixels de 420 ppi. Mobile fermé, l'écran a donc un ratio de 21:9. Il est de 4.2:3 à l'intérieur.

Malgré ces quelques informations, le seul message que Samsung a pu faire passer pendant cette conférence développeurs, c'est que la chose sur laquelle il travaillait depuis quatre ans sortira l'année prochaine. Reste à savoir si cette chose va vraiment devenir un téléphone et si le public aura envie de l'acheter. 



Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité