Scalian regroupe ses salariés dans des nouveaux locaux à Nantes

Olivier Semeteys (a gauche) et Guillaume Hanarte dirigent conjointement l'agence nantaise de Scalian, le premier à la tête du pôle systèmes numérique et le second à celle du pôle performance opérationnelle.

Olivier Semeteys (a gauche) et Guillaume Hanarte dirigent conjointement l'agence nantaise de Scalian, le premier à la tête du pôle systèmes numérique et le second à celle du pôle performance opérationnelle.

Suite au rachat d'Alyotech en septembre 2016 et pour faire face à une croissance de l'ordre de 15%, Scalian a ouvert à Nantes un bâtiment de 550m² qui accueille l'ensemble de ses 130 collaborateurs. Et avec une quinzaine d'embauches à venir, il compte s'agrandir.

Scalian (ex Eurogiciel) rationalise ses équipes nantaises dans un unique bâtiment. L'ESN spécialisée dans l'ingénierie numérique et la performance opérationnelle vient de prendre possession d'un bâtiment de 550 m² à Saint-Herblain. « L'idée était de ramener dans un unique endroit nos équipes et celles d'Alyotech, racheté en septembre 2016 », explique Guillaume Hanarte, responsable du pôle performance opérationnelle de Scalian pour l'ouest de la France. Aujourd'hui, l'effectif représente environ 130 personnes dont une cinquantaine issues d'Alyotech.

« En rassemblant nos équipes, nous allons essayer de développer les synergies. Il n'est bien évidemment pas question de suppressions de postes mais bien d'intensifier nos efforts auprès des clients », détaille Olivier Semeteys, ancien d'Alyotech et responsable du pôle systèmes numériques pour l'Ouest. Il dirige avec Guillaume Hanarte l'agence nantaise.

15% de croissance

Ces synergies permettent à l'entreprise d'afficher des résultats au-dessus de ceux du marché des ESN, dont la croissance est estimée aux alentours de 2% par Syntec Numérique. « Pour l'exercice 2016-2017 que nous clôturerons fin juin, nous nous attendons à une progression de l'ordre de 15% du chiffre d'affaires », déclare Guillaume Hanarte. Le pôle performance opérationnelle devrait ainsi réaliser 5,5 millions d'euros et celui dédié aux services numériques 5 millions d'euros.

Pour accompagner sa croissance, Scalian est d'ailleurs en pleine phase de recrutement. Il y a actuellement une quinzaine de postes à pourvoir. « Aujourd'hui, le problème ce n'est pas tant un manque de clients mais plutôt de ressources humaines. Nous avons du mal à suivre la demande », note Olivier Sementeys. Les nouveaux locaux, que Scalian a voulu comme un atout pour attirer et garder les talents, s'agrandissent d'ailleurs de 120 m² pour soutenir cette stratégie.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité