Suivre ses dépenses cloud en détail

« Nous sommes basés sur les API et, même si nous sommes sur AWS, nous sommes agnostiques pour le cloud » précise le CEO Puneet Gupta. (Crédit S.L.)

« Nous sommes basés sur les API et, même si nous sommes sur AWS, nous sommes agnostiques pour le cloud » précise le CEO Puneet Gupta. (Crédit S.L.)

Avec sa plateforme de mesure des événements, Amberflo entend transformer la tarification des applications et services cloud grâce à une facturation à l'usage.

Fondée en 2020 par Puneet Gupta (CEO), rejoint un peu plus tard par Lior Mechlovich (CTO)-  deux anciens d'AWS qui n'avaient d'ailleurs jamais travaillé ensemble chez le géant du cloud - la start-up Amberflo vient aider les entreprises à exploiter leurs métriques cloud pour maîtriser leur facturation. Avec l'essor des plates-formes cloud, de plus en plus d'entreprises adoptent le modèle de tarification et de facturation basé sur l'usage et pour mieux suivre leurs dépenses, les solutions traditionnelles ne sont plus adaptées. Les entreprises ont besoin d'un nouvel ensemble de technologies pour assurer cette transition avec un comptage, une tarification et une facturation basée sur l'utilisation. « Nous avons commencé en 2020, et nous avons lancé le produit au printemps de l'année dernière, il y a environ un an. Après environ un an et demi en mode furtif et en développement. Et nous avons eu un assez bon accueil », nous a expliqué à Santa Clara le CEO d'Amberflo, lors d'un IT Press Tour dans la Silicon Valley en janvier dernier. « Notre mission est d'aider le monde à faire la transition vers un modèle économique plus transparent sous la forme d'une tarification basée sur l'utilisation. Aujourd'hui, le modèle économique le plus populaire est l'abonnement, et je pense que c'est une aberration dans le paysage de l'informatique et des logiciels. La raison pour laquelle les entreprises ne sont pas passées à une tarification basée sur l'usage est le manque de prévisibilité. Ce ne sont pas les limites du modèle économique, ce sont simplement les limites des outils et des technologies. Il n'y avait pas d'infrastructure où un fournisseur partageait des ressources avec un client, ils n'avaient même pas les mêmes outils et beaucoup de choses étaient juste un peu floues. Maintenant, il y a une démocratisation où des entreprises - comme Amazon - peuvent proposer une plateforme riche en fonctionnalités ». 

Pour répondre à ce besoin, Amberflo a donc développé une pile de type Metrics-as-as-Service spécifiquement conçue pour mesurer l'utilisation des ressources. Avec ce type de données, les entreprises peuvent suivre les usages à un niveau granulaire, jusqu'à chaque transaction, appel API ou ressource utilisés. La plateforme d'Amberflo apporte donc des fonctionnalités de mesures et de facturation avec des packages prépayés de 20 000$ HT pour assurer l'ingestion, l'agrégation et la mesure de toutes les données d'utilisation des services cloud. L'idée est d'aider les entreprises à bien comprendre ce qu'elles paient, en traquant notamment les coûts cachés comme les appels d'API, afin de pouvoir construire si besoin une stratégie de dépenses basée sur les prévisions de revenus.



La collecte de données liées à l'utilisation des services cloud permet d'afficher en temps réel la facturation finale. (Crédit S.L.)

Qui utilise vraiment les apps SaaS  Avec Amberflo, les entreprises suivent leur consommation cloud (stockage, compute, réseau, appels d'API...) en temps réel. « Si vous regardez du point de vue de la mesure, quelle est la bonne façon de mesurer un appel API, et non de facturer ? Si vous dites que je veux facturer un appel API, alors le nombre d'appels API est une métrique. Par contre, si vous posez la question de savoir si vous avez vraiment besoin d'appels d'API ? Quelle est la quantité nécessaire ? », nous a expliqué le CEO. Ce dernier estime que cette approche transforme la façon de concevoir la facturation, avec une tarification très précise, documentation à l'appui. Cela apporte également des informations sur le nombre exact de personnes qui utilisent vraiment un logiciel SaaS, ce qui n'est généralement pas le cas dans la tarification par abonnement, car il n'y a guère de motivation à connaître l'usage précis une fois une fois les licences acquises, assure le CEO.



Amberflo compte accompagner la progression des services cloud facturés à l'usage. (Crédit S.L.)

Pour travailler et mesurer avec précision l'utilisation des services cloud, il faut une infrastructure sur l'infrastructure, explique Puneet Gupta. « Il y a un flux de travail et un pipeline à surveiller. Nous avons donc un plug-in de comptage, qui est une plateforme clef en main orientée API first pour assurer un pipeline de traitement et d'agrégation, en s'assurant de ne pas traiter deux fois le même évènement. Les données sont ainsi stockées dans une base de données chronologique ». Le compteur est au nom du client, Amberflo n'accède donc pas aux données. Pour l'Europe, la start-up doit toutefois mettre la barre plus haut pour respecter le RGPD en assurant un hachage des événements pour obscurcir les données stockées dans son propre data warehouse. Signalons que la solution d'Amberflo est entièrement hébergés dans son cloud ou sur AWS. « Nous sommes basés sur les API, et même si nous sommes sur AWS nous sommes agnostiques pour le cloud. Tant qu'il y a une API, nous pouvons nous connecter et remonter des métriques », précise le CEO. Le contrôle plane peut-être assuré à distance, il suffit juste de donner un accès aux événements et de stocker les métriques dans un bucket sécurisé. « Sur n'importe quelle instance SQL, un cluster Kubernetes. Tant qu'il y a une API, nous sommes présents. Vous pouvez saisir l'API ou vous pouvez nous mettre au milieu de cette API. Vous provisionnez deux instances pour lancer un flux de travail, ce qui crée un événement. Quand une instance est en cours d'exécution, elle nous envoie ses battements de coeur pour alimenter notre instrument de mesure ». D'autres solutions comme CloudWatch d'AWS permettent de suivre les logs, au niveau observabilité, mais pas de faire un comptage précis des évènements, explique le CEO.

Vers une tarification revue pour tous les services cloud  Si pour l'instant Amberflo ne propose qu'un seul outil -  la tarification et la facturation cloud basées sur l'usage - la start-up estime que les possibilités sont infinies, « car le monde est en train de passer à la tarification et à la facturation basées sur l'utilisation. Pratiquement tous les domaines fonctionnels d'une entreprise sont concernés : ventes, marketing, DevOps, ingénierie de produit, support comptable, finances. Il ne s'agit pas seulement des produits achetés, il s'agit de l'usage qui en sont fait ». Pour vendre sa solution, le CEO d'Amberflo s'adresse à la fois au DSI et au DAF, le premier pour suivre ses dépenses, le second pour assurer la partie contrôle de gestion. La start-up a jusqu'à présent levé un total de 24 millions de dollars en trois tours de table.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité