Supply chain : IBM sort un service blockchain

Ce système de gestion des commandes repose sur le service Sterling Order Management System (SOM) existant d’IBM. Basée sur une blockchain alimentée en IA, l’offre cloud permet aux clients de visualiser en temps réel les ordres d’expéditions, les alertes et les recommandations d'optimisation.

Ce système de gestion des commandes repose sur le service Sterling Order Management System (SOM) existant d’IBM. Basée sur une blockchain alimentée en IA, l’offre cloud permet aux clients de visualiser en temps réel les ordres d’expéditions, les alertes et les recommandations d'optimisation.

IBM a dévoilé une offre blockchain à destination des acteurs de la logistique. Ce service intègre à la fois de l'IA et de l'IoT. Des clients sont déjà en test.

La semaine dernière, IBM a lancé un service à destination de la supply chain basé sur sa plate-forme blockchain et une solution issue de la récente acquisition de Red Hat. L'offre permet aux développeurs et aux applications tierces d'intégrer les anciens systèmes de données dans un registre distribué. Grâce à l'utilisation d'API ouvertes, la suite Sterling Supply Chain accorde aux distributeurs, fabricants et détaillants d'intégrer leurs propres données et réseaux - et ceux de leurs fournisseurs - dans une blockchain basée sur Hyperledger pour suivre et tracer l'acheminement de produits et de pièces détachées.

Les systèmes de capteurs IoT pour la localisation en temps réel des produits en cours d'expédition font partie des systèmes de données qu'il est possible d'intégrer. « C'est le premier pas d'IBM dans les chaînes d'approvisionnement, un secteur dans lequel nous pensons que les entreprises mondiales vont fortement investir dans les décennies à venir », a déclaré un porte-parole d'IBM par courriel. Grâce aux API, Sterling Supply Chain Suite peut se connecter à des infrastructures existantes comme des systèmes de gestion d'entrepôt (Warehouse Management Systems  - WMS), des ERP, des systèmes de gestion des commandes (Order Management Systems  - OMS) et d'autres applications.


Pile d'applications IBM Sterling Supply Chain Suite basée sur blockchain et l'IA. (Crédit : IBM)

Comme l'a précisé Inhi Cho Suh, directeur général de l'unité d'affaire Watson Customer Engagement d'IBM, la marque « Sterling » Order Management (SOM) rachetée à AT&T en 2010 et adoptée par Big Blue pour sa suite, dispose déjà d'une base de 7000 clients totalisant eux-mêmes 500 000 partenaires commerciaux. « La nature complexe et globale de nos activités omni-canaux représente un défi important pour la supply chain qui pourrait devenir une opportunité commerciale si la bonne technologie était appliquée », a déclaré Juan Andres Pro Dios, DSI d'El Corte Ingles, le plus grand conglomérat de grands magasins en Europe. « Sterling Supply Chain Suite offre des capacités de développement ouvertes qui nous permettent d'adapter rapidement des solutions sur mesure pour répondre à nos besoins métiers spécifiques. Elle nous permet de gérer notre complexité opérationnelle tout en optimisant les performances et en améliorant l'expérience client omni-canal », a-t-il ajouté.

Beaucoup de clients dans la supply chain

IBM a intégré la capacité d'intelligence artificielle de Watson pour livrer des applications - notamment Order Optimizer et Supply Chain Insights - qui peuvent envoyer des alertes et des recommandations en temps réel grâce à son Supply Chain Business Assistant (SCBA). Par exemple, SCBA peut réagir plus rapidement à des anomalies et alerter sur des ruptures dans la chaîne d'approvisionnement. Simon Ellis, directeur de recherche chez IDC, a fait remarquer qu'IBM n'était peut-être pas le seul à promouvoir un réseau cloud multi-tenant pour les chaînes d'approvisionnement, mais que Big Blue avait fait progresser, plus que les autres fournisseurs, l'usage de la blockchain et de l'IA dans ce type service. Selon M. Ellis, « le nouveau service constitue une incursion solide sur le marché de la chaîne d'approvisionnement ». Ce dernier pense également que les entreprises peuvent en tirer parti avec d'autres applications de la supplyc chain qu'elles utilisent déjà, de sorte qu'elles n'ont pas besoin de remplacer leurs produits. « La valeur de la blockchain se mesure au nombre d'utilisateurs, donc, la façon dont on crée les connexions est importante, et cela peut certainement favoriser son utilisation ».

Actuellement, IBM Sterling SOM compte parmi ses clients des entreprises de distribution, de fabrication industrielle, de vente au détail et de services financiers comme Adidas, AmerisourceBergen, Fossil, Greenworks, Home Depot, Lenovo, Li & Fung, Misumi, Parker Hannifin, Banque Scotia et Whirlpool Corporation. Par exemple, REI, le détaillant spécialisé dans les articles de sports de plein air, utilise Watson Order Optimizer pour sa chaîne d'approvisionnement afin de coller aux divers objectifs qu'il s'est fixés tout au long de l'année - marge sur les produits, vitesse d'expédition, coûts de réalisation - et les compare à ses stocks présents dans ses trois centres de distribution et ses 155 magasins. « En ce qui nous concerne, ce que nous avons découvert, c'est que la majorité des réseaux de chaînes d'approvisionnement existants interagissaient point à point par le biais de systèmes EDI et du papier », a déclaré M. Suh. « Les clients veulent digitaliser leur chaîne d'approvisionnement, ils veulent connaître le statut de leurs biens et services à l'échelle de tous les intervenants... Nous avons donc ajouté une capacité de registre distribué à notre réseau existant de sorte que tous les clients et les partenaires de leur écosystème élargi ont une visibilité sur leurs transactions et leurs interactions », a poursuivi M. Suh. « Ces transactions peuvent concerner la facturation, l'expédition, la livraison, et ce registre commun permet à chacun de bien comprendre qui sont les partenaires et d'avoir des garanties sur leur fiabilité ».

Une rapidité et un pilotage salués

Quand un client se connecte au service Sterling Supply Chain Suite, il dispose de son propre tableau de bord dans lequel il peut visualiser le statut d'un bon de commande ou d'un stock de produits. Les utilisateurs peuvent aussi faire entrer rapidement de nouveaux partenaires commerciaux en cliquant simplement sur l'icône « Ajouter un nouveau partenaire » et en renseignant des champs avec le nom de l'entreprise, le protocole de communication du contact (courriel, par exemple), les transactions et les ensembles de données qu'ils sont autorisés à consulter. « Quand le client a validé son formulaire, l'autre partie clique sur l'avis qui lui a été envoyé et il est inclus dans le réseau. C'est plutôt rapide », a encore expliqué Inhi Cho Suh, le directeur général de l'unité d'affaire Watson Customer Engagement d'IBM. « IBM a déjà lancé des projets pilotes de réseau de chaînes d'approvisionnement dans le secteur de l'alimentation, le transport de marchandises, et même le commerce du diamant pour suivre les produits via sa plate-forme de blockchain Hyperledger dans le cloud. Ce réseau de chaîne d'approvisionnement permettra une meilleure intégration avec les systèmes ERP et les bases de données existantes de l'entreprise », a encore déclaré M. Suh. Par exemple, le service Sterling Supply Chain offre déjà une connexion avec SAP. « Nous avons également créé un framework ouvert pour que les applications et les éditeurs de logiciels indépendants puissent se connecter », a ajouté M. Suh. « Tout cet écosystème fonctionne et il est en production ».

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité