Trimestriels Microsoft : forte hausse des bénéfices nourrie par le cloud

Cheville ouvrière de l’évolution de Microsoft vers les services hébergés, Satya Nadella était le vice-président de la branche Cloud et Entreprise de l’éditeur avant d’en devenir le CEO en 2014. Crédit photo : D.R.

Cheville ouvrière de l’évolution de Microsoft vers les services hébergés, Satya Nadella était le vice-président de la branche Cloud et Entreprise de l’éditeur avant d’en devenir le CEO en 2014. Crédit photo : D.R.

La firme de Redmond a dégagé 33,7 Md$ de chiffre d'affaires et 10,6 Md$ de bénéfices pour son quatrième trimestre 2019. La croissance des ventes d'Azure reste forte mais ralentit notablement.

En prenant la tête de Microsoft en 2014, Satya Nadella a rélégué Windows au second plan pour mettre l'accent sur le cloud. Une stratégie gagnante, au moins pour le moment, au vu des derniers résultats annuels de l'éditeur. Pour le compte du quatrième de son exercice 2019 clos le 30 juin, la firme de Redmond a dépassé les prévisions des analystes en dégageant un chiffre d'affaires de 33,7 Md$, supérieur de 12% à celui généré à la même période un an avant. De son côté, le résultat opérationnel a bondi de 20% à 12,4 Md$, pour aboutir à un bénéfice net de 10,6 Md$ (+21%). Sur l'ensemble de l'exercice écoulé, les revenus de Microsoft ont ainsi représenté 125,8 Md$ (+14%), tandis que son résultat d'exploitation et son résultat net trimestriels atteignaient respectivement 43 Md$ (+23%) et 36,9 Md$ (+22%).

La branche Intelligent Cloud en hausse de 21% au T4

Entre avril et juin derniers, l'activité Intelligent Cloud, qui englobe notamment Azure, est devenu la première source de facturations de l'entreprise. Sur cette période, elle a rapporté à Microsoft 11,4 Md$ (+21%). Cette progression a notamment été nourrie par les ventes de produits serveurs et de services cloud (+22%) qui ont été tirées par les facturations générées par Azure (+64%). Les analystes de la banque UBS estiment que Microsoft a engrangé près de 13 Md$ grâce à sa plate-forme de cloud computing. Selon Canalys, l'éditeur dispose de 14,6% de parts du marché mondial du cloud public, derrière Amazon Web Services (32,8%) et devant Google (9,9%).

L'autre grand pan de l'activité de Microsoft, la branche Personal Computing est largement moins dynamique. Lors des trois derniers mois de l'exercice 2019 de l'éditeur, la hausse de ses revenus a été limitée à +4% pour 11,3 Md$. Un résultat qui découle notamment des ventes aux OEM (+9%), de la commercialisation de produits professionnels et de services cloud (+13%), et de la distribution de la Surface (+14%). A noter que le chiffre d'affaire issu du jeux vidéo a reculé de 10%.

Les 90% de croissance annuelle d'Azure ne sont plus qu'un souvenir

Bien entendu, les derniers résultats financiers publiés par Microsoft, notamment en matière de cloud computing, concourent à soutenir le cours de l'action de l'entreprise. Le 25 avril, sa valorisation sur les marchés boursiers a dépassé les 1000 milliards de dollars. Difficile de dire si l'aura dont jouit actuellement Microsoft auprès des investisseurs durera. La croissance de l'entreprise dans le domaine du cloud computing n'est en effet déjà plus ce qu'elle était. Lors de l'exercice 2018 de Microsoft, la hausse des ventes d'Azure atteignait +90%. Elle n'était plus que de 76% au cours du premier semestre 2019 puis de 64%, donc, au quatrième trimestre 2019. Microsoft n'en reste pas moins très optimiste pour l'exercice qu'il vient d'entamer, estimant qu'à l'issue de ces 12 mois il devrait encore afficher une croissance à deux chiffres.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité