USB 4 : 40 Gb/s, Thunderbolt 3 et autres belles promesses

Les premiers matériels compatibles avec la spécification USB4 ne devraient pas arriver avant 2020, voire plus tard. (Crédit : Intel)

Les premiers matériels compatibles avec la spécification USB4 ne devraient pas arriver avant 2020, voire plus tard. (Crédit : Intel)

Beaucoup de questions se posent à propos de la spécification USB4 tout juste annoncée par l'USB Promoter Group. Va-t-elle inclura toutes les spécifications dont Thunderbolt 3. Toutes les réponses après la publication officielle...

La prochaine spécification USB4 promet de simplifier la grille de nommage de l'USB et d'intégrer la spécification Thunderbolt 3 à bande passante élevée. Une semaine à peine après l'annonce de la norme USB 3.2, qui n'arrangeait rien pour éclaircir le ciel des acheteurs de PC, c'est le moins qu'on puisse dire, l'USB Promoter Group laisse envisager une simplification sur USB4. Même s'il reste encore beaucoup de questions sans réponses, on peut avancer que la dénomination USB4 servira à désigner l'USB, la spécification Thunderbolt 3 haute vitesse et le connecteur USB-C.

Si vous utilisez un câble pour relier votre PC à un périphérique, il y a de fortes chances que ce soit de l'USB. Depuis 20 ans, l'interface est montée en puissance : USB 2.0, USB 3.0 et USB 3.1, sans perdre la rétrocompatibilité avec les anciennes versions. Un port USB-C est apparu à côté de l'ancien port USB-A, pour simplifier le schéma de connexion. L'USB4 utilisera ce même port USB-C et fonctionnera à 40 Gb/s, soit environ le double de la vitesse de la spécification USB 3.2 précédente. Cependant, il faudra attendre encore un certain temps avant de voir arriver sur le marché des matériels compatibles USB4. La spécification USB 3.2 a été livrée en 2017 et les premiers produits compatibles commenceront à arriver cette année. Pour l'instant, l'USB4 n'est qu'une spécification en attente de validation et de publication, normalement prévue à la mi-2019. Ce qui signifie qu'il n'y aura probablement pas de matériels USB4 sur le marché avant 2020 ou plus tard. 


Intel a beaucoup misé sur le Thunderbolt 3. (Crédit : Intel)

Reste une question distincte, mais tout à fait liée : pour faciliter la transition, Intel a déclaré qu'il tiendrait sa promesse faite en 2017 de livrer la spécification Thunderbolt à l'USB Promoter Group, celui-là même qui a annoncé la spécification USB4. Cela permettra à d'autres fabricants de puces de l'USB-PG d'intégrer le Thunderbolt 3 sans payer de redevance. D'un point de vue technique, l'USB4 est une bonne nouvelle : il promet de regrouper l'ensemble des spécifications USB, des facteurs de forme et des marques pour proposer quelque chose de plus compréhensible au grand public. Par contre, le timing n'est pas très fiable, étant donné la stratégie adoptée pour l'USB 3.2. Mais en tant qu'inventeur du Thunderbolt, Intel voudrait aussi que sa technologie soit plus largement adoptée.

De nombreuses questions en suspens

Du point de vue d'Intel, le moment est bien choisi pour rendre Thunderbolt (encore plus) grand public. En 2015, lors du lancement de Thunderbolt, l'idée d'Intel de rassembler toutes les normes dans une seule connectique avait semblé suspecte, certains jugeant que le Thunderbolt empiétait sur l'USB. Mais depuis, l'idée a fait son chemin. Selon Intel, plus de 400 modèles de PC sont livrés avec des ports Thunderbolt, de même que presque tous les derniers Macs d'Apple. « 450 périphériques environ ont également été conçus autour de Thunderbolt », a déclaré Intel. Mais, en ce qui concerne l'USB4, on ne sait pas clairement si toutes les spécifications du Thunderbolt 3 seront incluses dans la nouvelle norme, comme connecter une paire de moniteurs 4K à 60Hz en utilisant le DisplayPort, ou encore la mise en réseau peer-to-peer, et autres.

Dans sa description des capacités de l'USB4, l'USB-PG indique simplement que le futur USB intègrera « plusieurs protocoles de données et d'affichage ». Lors d'une interview, Jason Ziller, directeur général de la division Customer Connectivity d'Intel, n'a pas été beaucoup plus précis. « Il est certain que l'USB4 a été conçu pour simplifier les choses », a-t-il déclaré, tout en refusant d'entrer dans le détail des spécifications. Au final, les passionnés devront attendre la publication de la spécification réelle plus tard cette année pour avoir des réponses claires à leurs nombreuses questions. Ce qui est certain, c'est qu'Intel ne renonce pas à son emprise sur Thunderbolt, ni à celle qu'il a sur la certification des appareils compatibles. « En tant que solution, en tant que programme de certification, le Thunderbolt reste sous l'autorité d'Intel », a ajouté M. Ziller.


Ci-dessus, les capacités de ces ports USB-C compatibles Thunderbolt sont bien identifiées. Mais c'est loin d'être toujours le cas. (Crédit : Mark Hachman/IDG)

Des questions très politiques

Sur le plan politique, la stratégie de l'USB-PG n'est pas si simple qu'elle en a l'air. La controverse sur la dénomination USB 3.2 a été lancée par l'USB Implementers Forum (USB-IF), qui n'est rien d'autre que le bras marketing de l'USB Promoters Group. Dans les directives émises par l'USB-IF, les différentes variantes de l'USB apparaissent sous des dénominations très confuses. Pour l'instant, l'USB4 n'a pas été qualifié sur le plan marketing. La spécification elle-même, y compris la spécification originale USB 3.2 publiée en 2017 émane du groupe USB-PG composé d'Apple, Hewlett-Packard, Intel, Microsoft, Renesas, ST Microelectronics, et Texas Instruments. C'est à ces sociétés qu'Intel livrera les spécifications du protocole Thunderbolt et non à une société extérieure au groupe, et en particulier pas à son rival AMD.

Renesas, ST Microelectronics ou Texas Instruments pourraient certainement faire du silicium USB4 discret et le livrer à un concurrent comme AMD. Mais sans accès légal à cette spécification du protocole Thunderbolt lui-même, il semble peu probable qu'AMD puisse intégrer le support direct de l'USB4 dans ses puces. En attendant, c'est exactement ce qu'Intel prévoit de faire, comme il l'a annoncé en janvier lors du CES. Le fondeur prévoit d'intégrer le support Thunderbolt 3 dans sa puce « Ice Lake » attendue d'ici fin 2019. Les portables ou les machines de bureau tournant sous Ryzen pourront théoriquement incorporer l'USB4, mais via du silicium discret, ce qui consommerait un peu plus d'énergie. Là encore, il manque des réponses à des questions essentielles. Par exemple : la limite à 100 W de l'alimentation USB sera-t-elle maintenue ou rehaussée ; quelle sera la longueur des câbles USB pris en charge ; les câbles seront-ils identifiés par un code couleur pour la compatibilité ; le prix et ainsi de suite. Le message, cependant, semble être le suivant : oui, l'USB actuel prête à confusion, mais l'USB4 va - espérons-le - tout simplifier.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité