Vade Secure lève 10 M€ et compte recruter des MSP à l'international

Georges Lotigier, le PDG de Vade Secure promet que l'intégration de sa solution à Office 365 sera prête pour le quatrième trimestre 2017. (crédit photo : Vade Secure)

Georges Lotigier, le PDG de Vade Secure promet que l'intégration de sa solution à Office 365 sera prête pour le quatrième trimestre 2017. (crédit photo : Vade Secure)

Avec les 10 millions d'euros qu'il vient de récolter auprès du fond Isai, Vade Secure compte investir massivement dans la R&D avec pour première objectif d'interfacer sa solution entreprise avec Office 365. En parallèle l'éditeur souhaite se développer à l'international, notamment au Japon et aux Etats-Unis.

Les récents succès de Vade Secure en France et à l'international lui permettent de lever des fonds pour se développer. L'éditeur de solutions de protection et de filtration des e-mails qui enregistre depuis 2013 des croissances annuelles tournant aux alentours de 50% vient de boucler un tour de table à 10 millions d'euros, récoltés auprès du fond d'entrepreneurs français, Isai. Ces liquidités vont servir deux objectifs bien distinctes : renforcer ses technologies et développer la marque Vade Secure à l'international.

« Sur ce premier aspect, nous avons trois axes prioritaires », déclare Georges Lotigier, le PDG de l'éditeur. Premièrement Vade Secure va étayer son offre entreprise en proposant au quatrième trimestre une compatibilité complète avec la suite Office 365 de Microsoft. Ensuite, la société nordiste va s'atteler à conserver l'avance technologique qu'elle a prise sur les détections et le blocage de menaces polymorphiques. « Nous allons considérablement renforcer notre équipes de R&D sur ces sujets en recrutant plusieurs dizaines de consultants », déclare Georges Lotigier. 14 personnes devraient déjà venir gonfler ses équipes en septembre. Enfin, en accord avec ses ambitions sur le marché des entreprises, Vade Secure va s'atteler à augmenter la qualité de ses solutions. « Nous souhaitons devenir un acteur mondial majeure de la sécurité. Nous nous devons de proposer des offres irréprochable techniquement et passer à un niveau de service supérieur », explique le PDG.

Des accords solides aux Etats-Unis et au Japon

Ses ambitions sur le marché des entreprises passent d'ailleurs par une refonte de son mode de commercialisation. « Avec les fonds que nous venons de récolter, nous souhaitons nous développer commercialement en dehors de notre canal de vente historique : les opérateurs et les fournisseurs de services. Ces derniers diffusaient nos offres en marque blanche », explique Georges Lotigier, le PDG de l'éditeur. D'après lui, la marque Vade Secure est connue en France mais pas à l'international alors qu'à travers différents partenariats, ses solutions sont pourtant diffusées partout dans le monde. « Nous devons pouvoir adresser directement les entreprises en notre nom à l'international » clame Georges Lotigier.

Ces dernières années, Vade Secure a noué des accords solides aux Etats-Unis et au Japon qui ont représenté respectivement 20% et 15% de ses facturations à travers des opérateurs. « Nous allons investir sur ses marchés pour être vendu en notre propre nom », déclare le PDG. Pour ce faire, Vade Secure va s'engager dans de vaste campagne marketing avec pour objectif de recruter des MSP. Aujourd'hui, la vente en marque blanche représente 60% des facturations de Vade Secure contre 40% des ventes en son nom. Georges Lotigier souhaiterait inverser cette proportion dans les prochaines années.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité