EMC a commencé à dévoiler ses nouvelles solutions de stockage et de déduplication

Après les fuites accidentelles sur ses prochaines baies unifiées VNX, EMC  a commencé à dévoiler ses nouvelles solutions de déduplication, les DD860 et DD890.

Comme annoncé depuis plusieurs semaines sur son site web, EMC a commencé à dévoiler ses nouvelles solutions de stockage et de déduplication. Après les baies de stockage NAS VNX, également connues sous le nom de code Neo, et avant les Symmetrix, le constructeur renouvelle ses systèmes de dédup Data Domain milieu et haut de gamme. Au programme amélioration des performances, avec l'adoption de puces Intel Nehalem, et du volume de stockage, avec l'intégration de disques de plus grande capacité. La société a également annoncé le Data Domain Archiver, pour sauvegarder en ligne et conserver à long terme (90 jours et plus) des données.

La solution Data Domain Archiver peut traiter jusqu'à 9,8 téraoctets de données par heure et stocker un maximum de 768 To en capacité brute, soit un total de 28,5 pétaoctets dédupliqués, selon Rob Emsley, directeur marketing de la division Backup Recovery Systems chez EMC. Le DD Archiver supporte tous les outils Data Domain, y compris le DD Replicator, une application de réplication des données capable de copier des fichiers entre des appliances Data Domain, et le logiciel DD Retention Lock , qui sauvegarde les fichiers dans un format non réinscriptible et non effaçable. 

«Nous avons introduit une routine dans le Data Domain Archiver pour s'assurer que 
quelque que soit l'âge des sauvegardes, par exemple plus de 90 jours, nous déplaçons en bloc les données associées vers d'autres parties du système de stockage ou dans d'autres couches » explique Rob Emsley. « Nous remplissons les bacs de stockage avec les archives et nous les scellons pour les garder disponible en ligne, pas à partir de bandes, mais bien à partir de disques. »

EMC rafraichit ses DD880 et DD690 avec les DD890 et DD860

Le constructeur remplace également sa baie haut de gamme DD880 par la DD890, qui repose sur un contrôleur équipé d'un processeur Intel Nehalem, ce qui permet à cette boite de traiter jusqu'à 14,7 To par heure. Son prédécesseur travailler à une cadence maximale de 8,8 To par heure. Le DD890 a maintenant une capacité brute totale de 384 To, soit deux fois celle du DD880 (192 To). Grâce à son algorithme de déduplication, l'appareil est capable - en théorie - de stocker jusqu'à 14,2 pétaoctets de données, précise Rob Emsley. 

La DD860 qui vient remplacer la DD690, repose quant à elle sur un contrôleur équipé d'un processeur Intel Westmere ce qui lui permet d'absorber jusqu'à 9,8 To de données par heure. Le dispositif de déduplication offre une capacité brute de 192,2 To. Son prédécesseur gérait jusqu'à 1,1 To de données par heure et pour une capacité maximale de 48 To. Avec la déduplication, la DD860 pourrait théoriquement stocker jusqu'à 7,1 pétaoctets de données. Rob Emsley précise que cette mise à niveau signifie que plus d'utilisateurs peuvent être protégés plus rapidement. «De toute évidence, si vous parlez de sauvegarde, les questions de vitesse font la différence. Avec la réduction du temps disponible pour la sauvegarde, plus la capacité de traitement en  téraoctets par heure est importante, plus les systèmes peuvent jouer leur rôle de protection », a-t-il dit.

Mise à jour GDA disponible pour la DD890

Les DD860 et DD890 sont équipés d'un contrôleur unique supportant des grappes de disques SATA pour une capacité maximale respective de 7,1 et 14,2 pétaoctets de données. Le constructeur annonce également pour ces deux baies la disponibilité de la mise à jour matérielle GDA (Global Deduplication Array) proposée en avril dernier pour le DD880. Cette upgrade repose sur un double contrôleur en configuration GDA (Global Deduplication Array). Ainsi équipée, lae DD890 double sa capacité de stockage (570 To max) et son débit (jusqu'à 26,3 To par heure ).

La mise à jour GDA ajoute également le support pour les bibliothèques de bandes virtuelles (VTL), où les grappes de disques prennent en charge la sauvegarde. Le GDA travaille comme périphérique cible du VLT, ce qui lui permet d'agir comme une unité de sauvegarde à long terme. La première mouture de la GDA pouvait être utilisée avec les logiciels de sauvegarde Symantec NetBackup et EMC NetWorker. « Aujourd'hui, le GDA supporte également IBM Tivoli Storage Manager, car il prend en charge le VTL » précise encore Rob Emsley. Ce dernier signale encore que le GDA prend également en charge des produits IBM série i, anciennement connu sous le nom AS/400. « Aujourd'hui, un client peut envisager d'utiliser les Data Domain avec ses systèmes ouverts comme avec les systèmes i d'IBM ».

Pour les tarifs, le DD890 sans capacité de stockage émarge à 300 000 $. Le DD860 a un prix de départ de 160 000 $. Le ticket d'entrée du DD Archiver, qui se compose de son contrôleur et grappe de disques, démarre à 222 000 $.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité