les iSeries plus dynamiques que jamais

(29/09/03) - Décidément l'AS/400, pardon le iSeries, n'a pas fini de surprendre. Rappelons que certains qui l'avait voué à une mort prématurée dès sa naissance, ne sont plus tous là pour en parler, ce qui n'est pas le cas de cette plate forme. Mieux, avec des ventes en croissance de 12% au niveau mondial au premier trimestre 2003 (source IBM) on peut même dire qu'il connaît une seconde jeunesse. Un dynamisme des ventes confirmé par les grossistes Bestware et Logix. "Avec des prises de commandes enregistrées en plein mois de juillet - ce qui est d'autant plus étonnant qu'il s'agit du début du trimestre - et un volume d'opportunités identifiées en fin du trimestre deux fois et demi plus élevé qu'à l'accoutumée, nous pouvons vraiment qualifier les trois derniers mois d'étonnants, souligne Joël Pera, directeur général de Bestware. Ce dynamisme retrouvé s'explique par plusieurs facteurs. D'abord, « sur une période de 4 à 5 ans, le iSeries apparaît aujourd'hui comme la machine offrant un des coûts d'exploitation les plus bas du marché grâce à sa fiabilité et sa simplicité de mise en oeuvre », indique Julien Peronneau, directeur marketing de Logix. Un argument qui vaut son pesant d'or quand les clients ne jurent plus, comme actuellement, que par la réduction des coûts. « Et si un i-Series reste onéreux à l'acquisition, le prix des modules de calcul supplémentaires est dérisoire », ajoute-t-il. Une réalité qui se vérifie dans les ventes d'ad-on IBM : au premier trimestre 2003, le constructeur a établi que la puissance installée du parc i-Series s'était accrue de 44% par rapport à la même période de l'année dernière. Ensuite, plusieurs évolutions technologiques récentes ont permis d'ouvrir cette plate-forme réputée fermée aux environnements Linux et Windows ainsi qu'à Internet. « Des innovations qui permettent aux clients de simplifier leurs infrastructures en portant leurs ressources NT et Linux sur iSeries », souligne Isabelle Tisserand (photo). Une voie qu'explore minutieusement le groupe DIS, l'un des sept partenaires français certifié « Premier » du constructeur. Ce revendeur rémois de 80 personnes multiplie en effet les projets de consolidation de serveurs. « Nous proposons à nos clients de réduire significativement leurs coûts d'exploitation en leur installant des serveurs centralisés partitionnables à haute disponibilité en lieu et place de leurs serveurs départementaux », explique Guy Routier, directeur de l'agence IDF. Et d'ajouter : « le faible TCO et la puissance disponible permettent aujourd'hui de prospecter des comptes beaucoup plus petits qu'autrefois en proposant des projets à partir de 30 000 € ». « Du coup, si la croissance de ce marché se fonde largement sur la vitalité de sa base installée elle s'appuie également, pour une bonne part, sur l'acquisition de nouveaux clients », comme l'explique Joël Pera. Cette ouverture vers de nouveaux environnements et cette capacité à adresser de nouveaux clients n'ont pas échappé aux éditeurs et autres ISV. Sage a ainsi récemment annoncé le portage du module compta de sa ligne 1000 sur iSeries - une initiative qui soulève beaucoup d'intérêt du réseau selon Joël Pera.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité