60% des produits grand public stockés par les grossistes sont revendus par les e-tailers

En France, les ventes en ligne ont progressé de 12% à 45 Md€ en 2012, selon la Fevad. Sur le seul marché des produits techniques (qui inclut les produits IT), la croissance a atteint 7% alors que le recul du marché dans son ensemble se situait à 2,8% (Source : GFK). Ces chiffres sont connus. En revanche, d'autres données qui montrent l'impact direct de la progression de e-commerce sur la répartition des ventes des grossistes IT le sont moins. D'après une récente étude publiée par le cabinet Context, 60% de tous les équipements acquis auprès des distributeurs informatiques pour être vendus au grand public l'ont été par des sites marchands en 2013. Un an plus tôt, cette proportion atteignait déjà 55%.

Les consommables restent la chasse gardée des enseignes

L'importance prise par les e-tailers dans le chiffre d'affaires des grossistes IT sur le marché grand public est constatée sur la majorité des catégories de produits IT. Sur le segment des PC portables, la part des sites de e-commerce est passée de 55% en 2011 à 66% de leurs ventes en 2012. Les tablettes et les imprimantes jet d'encre suivent également les mêmes tendances. Il n'y a guère que des catégories comme les consommables d'impression qui restent encore majoritairement vendus par les acteurs de la distribution traditionnelle, notamment la grande distribution. La part de cette dernière dans les ventes de cartouches des grossistes a, en effet, atteint 84% en 2012 mais a tout de même baissé de deux points sur un an.

Malgré ce tableau sombre pour la distribution traditionnelle, la part des sites de e-commerce dans les ventes globales de biens techniques aux consommateurs n'atteint que 15% en France, selon la FEVAD. Le chiffre est toutefois à manier avec précaution puisque le baromètre de la FEVAD ne tient compte que des pure player du web et n'inclut pas les sites marchands des enseignes physiques telles que la FNAC ou Darty. Il n'en reste pas moins que même avec une part de marché qui serait de 20%, le poids du e-commerce dans la vente de biens techniques en France est moindre que celui qu'il représente dans des pays comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni (42%).

Innover pour résister au e-commerce

Pour Adam Simon, le directeur général en charge du marché Retail chez Context, les enseignes françaises de la distribution IT traditionnelle résistent mieux au e-commerce du fait de la fragmentation et de la variété plus importante du nombre de revendeurs physique dans l'hexagone. Les acteurs de la distribution traditionnelle bénéficieraient également de taxes foncières et loyers moins élevés qu'Outre-Manche.

Dans ce contexte, le cabinet d'études se montre plutôt optimiste pour le commerce traditionnel français, à condition qu'il fasse preuve de créativité. Par exemple, miser sur un SAV performant comme le fait Darty (qui n'en évite pas moins les difficultés) ou encore de développer des magasins de type drive comme l'a fait le fournituriste et équipementier de bureau Top Office.

Par F.A.
Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité