Acer mise sur Qualcomm pour son Chromebook Spin 5

Avec un poids de 1,3 kg sur la balance, l'Acer Spin 5 reste facilement transportable. (Crédit Acer)

Avec un poids de 1,3 kg sur la balance, l'Acer Spin 5 reste facilement transportable. (Crédit Acer)

Légèreté, autonomie de la batterie et connectivité permanente sont les promesses du Chromebook Acer Spin 5 animé par une puce Qualcomm Snapdragon 7c. La proposition semble plus convaincante que les laptops Windows sur ARM.

Si les puces Snapdragon de Qualcomm ont connu des problèmes de performances dans les PC Windows, pourraient-elles réussir à percer sur le marché des Chromebook ? C'est la question qu'on est droit de se poser avec le Chromebook Spin 5 d'Acer, et la réponse ressemble certainement à un "oui". Jusqu'à présent, Qualcomm a tenté de promouvoir - sans vraiment convaincre - les performances de sa puce Snapdragon 8cx et de la plateforme Snapdragon 8cx Gen 2 5G qui lui est associée. Deux composants qui ont tenté de concurrencer les Core i3 et i5 d'Intel sur le marché des PC Windows. Lorsque Qualcomm a lancé en décembre dernier les Snapdragon 8c et 7c, encore moins performants sur un PC Windows, la stratégie du fournisseur est devenue incompréhensible : si la puce 8cx ne pouvait pas rivaliser avec Intel, quelle était la justification d'un circuit plus lent et moins cher ?

Les Acer Chromebook Spin 513 (CP513-1H / CP513-1HL) et Chromebook Enterprise Spin 513 connexes reposent tous les deux sur le processeur Snapdragon 7c. Les forces traditionnelles de Snapdragon sont en jeu ici : la puce permet au Spin 513 d'avoir une autonomie allant jusqu'à 14 heures, en fonction de la charge de travail et du niveau de rétroéclairage. La plateforme 7c permet également d'utiliser la 4G LTE en option. Le Spin 513 pèse également environ 1,3 kg, la légèreté étant généralement une autre caractéristique de terminaux Snapdragon.



Gravée en 8 nm, la puce Snapdragon 7C accueille un modem LTE. (Crédit Qualcomm)

La dalle pivote vers l'arrière en mode tablette Le châssis du Spin 513 arrive avec une dalle IPS 1080p d'une diagonale de 13,3 pouces qui, en tant que convertible à 360 degrés, peut pivoter vers l'arrière en mode tablette. Comme il s'agit d'un Chromebook récent, le Spin 513 fonctionne avec les applications Android. Il accueille jusqu'à 8 Go de mémoire DDR4, jusqu'à 128 Go de flash, ainsi que du WiFi 802.11ac et du Bluetooth 5.0. Sur le châssis, on retrouve une paire de ports USB-C qui prend en charge l'USB 3.2 Gen 2 ainsi que les écrans externes, plus un port USB 3.2 (avec chargement externe).



Format hybride, l'Acer Spin 5 accueille une puce bon marché Qualcomm Snapdragon 7c avec modem LTE. (Crédit Acer)

Aussi bien que les anciens Chromebook Qualcomm a déjà affirmé que sa puce Snapdragon 7c offrira jusqu'à 20 % de performances en plus par rapport au Snapdragon 850, la puce qui anime les tablettes comme le Samsung Galaxy Book 2. Gravée en 8 nm, la plateforme 7c embarque un Kryo 468 (4 coeurs Cortex-A76 et 4 Cortex-A55) avec le GPU Adreno 618 et le modem LTE Snapdragon X15. Si l'on se penche sur le Samsung Galaxy Book S, on constate que les performances généralement lentes du Snapdragon, en plus de son incapacité à exécuter des applications Windows 64 bits, ont nui à son aptitude à rivaliser avec une puce Intel Core. Avec les Chromebooks, ces problèmes disparaissent.

Il est difficile d'indiquer avec certitude quelles seront les performances du Snapdragon 7c, mais le premier Chromebook avec un Snapdragon 7c devait certainement être aussi performant que les anciennes puces ARM qui ont équipé les précédents Chromebook, en comptant les Nvidia Tegra, les anciens composants MediaTek, et autres. En l'absence d'applications gourmandes en CPU susceptibles de plomber la plateforme - sauf pour quelques jeux Android -, le poids léger, l'autonomie importante et la connectivité LTE de ce Chromebook semblent être équivalents, voire plus intéressants qu'un terminal équipé d'un obsolète processeur Intel Celeron.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité