Assurer un meilleur contrôle de ses données non structurées

« Nous regardons les données comme un utilisateur et non pas comme un opérateur système supervisant les infrastructures », assure Piyush Mehta, CEO et cofondateur de Data Dynamics. (Crédit S.L.)

« Nous regardons les données comme un utilisateur et non pas comme un opérateur système supervisant les infrastructures », assure Piyush Mehta, CEO et cofondateur de Data Dynamics. (Crédit S.L.)

« Sans contrôle, impossible de savoir qui a accès aux données », résume Piyush Mehta, CEO et cofondateur de Data Dynamics, ce qui positionne bien sa plateforme de data management pour les documents stockés en local et dans le cloud.

Fondée en 2012, dans le New Jersey, Data Dynamics, qui se concentre sur le data management des fichiers et des objets comme nous vous l'avons déjà expliqué entend aider ses clients à éliminer les silos pour encourager la mobilité des données tout en réduisant la prolifération des données non structurées. « Le parcours de Data Dynamics a commencé par l'achat d'une partie de l'activité de Brocade Communications : NuView, leur produit de gestion de fichiers. À l'époque, l'activité avait été abandonnée et nous pensions qu'elle avait encore une valeur intéressante à exploiter », nous a expliqué Piyush Mehta, CEO et cofondateur de Data Dynamics, lors d'un IT Press Tour à Palo Alto en octobre dernier. La société a fait évoluer cette capacité de migration pour déplacer des fichiers vers un stockage objet sur site ou dans le cloud à moindre coût. « Notre parcours a commencé avec un pur logiciel de migration d'applications. Et, nous sommes passés de cette fonctionnalité à l'analyse des métadonnées et à la classification des données, où nous pouvons automatiquement étiqueter les données à partir des politiques en vigueur dans l'entreprise ».

Data Dynamics a donc fait évoluer sa capacité d'indexation des fichiers en intégrant les objets, ce qui a conduit à des actions sur les fichiers et les objets gérés par les utilisateurs en fonction de politiques de gouvernance établies par l'entreprise.  « Notre activité est vraiment axée sur une plate-forme logicielle [StorageX, Insight Analytix et ControlX], qui repose sur quatre piliers clés : l'analyse, la mobilité, la sécurité, qui concerne davantage la gouvernance, et la conformité », a souligné le dirigeant. Précisons que StorageX assure la migration des données non structurées; Insight AnalytiX vient découvrir, analyser et étiqueter les données non structurées ; ControlX enfin assure la gestion des données sensibles et limite leur exposition, en diminuant les risques et en augmentant la conformité et la gouvernance. Cette dernière brique repose sur l'acquisition de la technologie d'analyse de contenu d'Infinitus Innovations. « L'EDM Council (Enterprise Data Management Council) a fait un excellent travail sur les données. Ils ont construit un parcours en 14 étapes sur les meilleures pratiques, et élaboré un document sur la manière de conduire une migration vers le cloud d'un point de vue des données. Il a été fait avec des entreprises clientes, mais aussi avec des régulateurs qui en faisaient partie. La Fed et la SEC, par exemple, y réfléchissent sous un angle différent. Et ce dont nous sommes fiers, c'est que d'une manière ou d'une autre, nous avons intégré ces 14 étapes ». Pour travailler sur les données de ses clients, Data Dynamics déploie sa suite logicielle en local ou dans le cloud en mode multitenant - AWS, Azure ou GCP- sans rien capturer. « C'est une grande préoccupation pour beaucoup d'entreprises », indique Piyush Mehta.



Pour développer sa solution de data management, data Dynamics s'est aligné sur les recommandations du EDM Council. (Crédit S.L.)

Une suite bientôt disponible en SaaS  En outre, ces données nécessitent-elles une confidentialité ou une protection ? Est-ce que tout doit être répliqué et sauvegardé, avec des copies lourdes ? Ou bien est-il possible de se contenter d'une seule copie primaire pour certains éléments ? Le profil des données, le catalogage ou la classification des données jouent donc un rôle dans ces choix. Et où ces données doivent-elles être placées dans le cloud ? Doivent-elles se trouver sur Azure File ou peuvent-elles être transférées sur Azure Blob, par exemple ? L'un des grands développements de Data Dynamics porte donc aussi sur les problématiques cloud : « Notre parcours comprend des partenariats très forts dans l'écosystème, notamment avec Microsoft Azure. Microsoft se porte évidemment très bien dans le cloud. Mais ce que nous constatons du point de vue des clients, c'est que les dépenses liées au cloud deviennent un sujet de préoccupation ; auparavant, les dépenses liées au cloud n'étaient pas vraiment un sujet de préoccupation ; il s'agissait de savoir comment y arriver, mais maintenant que les entreprises y sont et, même depuis un certain temps pour certaines, comment gérer les coûts ? »



La suite de Data Dynamics travaille avec les données locales et cloud. (Crédit S.L.)

Un autre aspect intéressant est le passage de l'application StorageX à la conteneurisation dans les 12 mois à venir, afin de rendre l'architecture beaucoup plus granulaire avec les microservices. « Cela nous permettra également de proposer notre logiciel en SaaS si certains clients choisissent de l'utiliser ». « Et notre plateforme est entièrement pilotée par API, donc elle n'est pas seulement pilotée par politique à travers notre UX. Chaque fonctionnalité est une API, une API RESTful entièrement publiée qui mène à l'analyse de contenu ».

Forte présence dans la banque  « Nous sommes une équipe de 145 personnes, principalement basées en Inde, avec une petite équipe au Royaume-Uni et une direction en Amérique du Nord. », nous a précisé le dirigeant. En termes de verticaux, les services financiers sont toujours un grand secteur pour l'éditeur. « Mais cela étant dit, nous avons une très forte présence dans le monde de l'énergie, dans les services technologiques, ainsi que dans l'industrie, nous sommes donc un éditeur diversifié ». Data Dynamics s'associe également à certains intégrateurs de systèmes comme HCL, Capgemini,Genesis, Infosys, TCS, Kyndryl qui est le résultat d'une forte relation avec IBM. Parmi les fournisseurs de solutions de stockage, l'éditeur travaille avec Dell, Lenovo, NetApp et Vast.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité