AWS ne facture plus les transferts de données

AWS a précisé dans un post de blog la fin des frais de transferts lors de la migration d'un cloud à un autre. (Crédit AWS).

AWS a précisé dans un post de blog la fin des frais de transferts lors de la migration d'un cloud à un autre. (Crédit AWS).

Google a déjà pris une mesure similaire, et d'autres fournisseurs de services cloud, comme Microsoft, IBM et Oracle, devraient lui emboîter le pas pour se conformer aux dispositions règlementaires du Royaume-Uni et de l'Europe.

Amazon Web Services (AWS) a décidé de ne plus appliquer de frais de transfert aux entreprises clientes qui déplacent leurs données chez un autre fournisseur de services cloud. Google a fait une annonce semblable en janvier. « À partir de ce mardi, nous renonçons aux frais de transfert de données vers l'internet (Data Transfer Out To Internet, DTO) de tout client souhaitant quitter AWS », a écrit le fournisseur dans un billet de blog, ajoutant que cette mesure suit les directives de la loi européenne sur les données et qu'elle est disponible pour tous les clients AWS dans le monde et à partir de n'importe quelle région AWS. Selon les experts, d'autres fournisseurs de services cloud devront suivre le mouvement afin de satisfaire aux attentes des autorités de régulation du Royaume-Uni et de l'Europe, qui s'inquiètent d'un comportement anticoncurrentiel.

En juillet dernier, l'autorité britannique de régulation des communications, Ofcom, a demandé à l'autorité de la concurrence et des marchés (Competition and Markets Authority, CMA) du pays d'enquêter sur d'éventuelles pratiques anticoncurrentielles sur le marché du cloud. Le rapport de l'Ofcom indiquait que les clients actuels du cloud au Royaume-Uni payaient plus qu'ils ne le devraient pour leur infrastructure cloud, ou devaient se contenter de services de piètre qualité, et que l'autorité de régulation avait entendu les préoccupations de certains clients concernant leur incapacité à changer de fournisseur ou à utiliser plusieurs fournisseurs. Parmi les diverses solutions, l'Ofcom a proposé la suppression totale des frais de transfert de données, mais Google a déclaré que ces frais ne représentaient qu'une fraction de ce que les entreprises dépensaient pour ses services cloud.

Également visés par le rapport, Google, AWS et Microsoft ont défendu leur position et contesté bon nombre de ses conclusions, notamment le fait que les frais de transfert de données élevés augmentent le coût du transfert de données entre les applications hébergées chez différents fournisseurs, ou le coût du changement de fournisseur. L'annonce d'AWS ne porte que sur ce dernier point, à savoir le changement de fournisseur. Il en a été de même pour Google Cloud qui a décidé, en janvier, de ne pas pénaliser les entreprises clientes qui quittent l'entreprise en leur offrant un transfert de données réseau gratuit pour migrer leurs données hors de Google Cloud.

Obligation de demander une dérogation

Aucun des deux fournisseurs n'a automatisé la procédure : Les clients doivent demander une dérogation au service d'assistance, et ni AWS, ni Google, n'ont facilité le processus d'obtention de cette dérogation. Chez AWS, par exemple, « les entreprises devront envoyer des demandes à l'assistance AWS et attendre l'approbation avant de recevoir un crédit pour le coût de la migration des données », a indiqué l'entreprise. Les clients qui ont peu de données dans le cloud d'Amazon pourraient toutefois les transférer gratuitement sans autorisation préalable : Actuellement, AWS offre 100 Go par mois de transferts gratuits à partir de services comme EC2, S3 et Application Load Balancer. De plus, le fournisseur offre chaque mois un téraoctet de transfert de données gratuit à partir d'Amazon CloudFront.

Google a également mis en place un processus similaire, avec demande d'autorisation préalable examinée au cas par cas par l'équipe de GCP afin de procéder à l'exonération des frais. Alors qu'AWS offrira le transfert gratuit aux entreprises qui maintiennent d'autres activités dans son cloud, Google exige que le client mette fin à sa relation avec le fournisseur et déplace toutes ses données hors de GCP dans les 60 jours suivant l'approbation. « Les entreprises ne doivent pas craindre de rompre les ponts », selon le billet de blog d'AWS : « Toute entreprise peut revenir à tout moment ». Cependant, celles qui espèrent obtenir gratuitement des transferts de données réguliers risquent de se faire prendre : « Nous procéderons évidemment à un examen plus approfondi si le même compte AWS demande plusieurs fois à bénéficier d'un DTO gratuit », précise le fournisseur de Seattle dans son blog.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Publicité