Cisco étend Hyperflex aux succursales

HyperFlex s'étoffe avec cette version 4.0 qui compte séduire les ROBO (remote office branch office). Crédit : D.R.

HyperFlex s'étoffe avec cette version 4.0 qui compte séduire les ROBO (remote office branch office). Crédit : D.R.

Il n'était pas uniquement question de cloud au dernier Cisco Live, à Barcelone (du 28 janvier au 1er février), l'équipementier étend sa plateforme Hyperflex aux succursales pour répondre aux besoins de la distribution et des banques.

En direct de Barcelone - Dans la course aux systèmes hyperconvergés, certains acteurs comme Nutanix ou Dell ont lancé le train avant d'autres fournisseurs déjà bien engagés dans les solutions convergées. Mais aujourd'hui, alors que le marché du HCI (Hyper Converged Infrastructure) connaît une croissance soutenue avec un chiffre d'affaires de 4,1 milliards en 2018 et une projection à 17,1 milliards en 2023 selon une étude du cabinet Market And Markets, les fournisseurs historiques commencent à affuter leurs solutions. Cisco a profité de son événement Cisco Live 2019 (du 28 février au 1 février à Barcelone) pour mettre en avant les progrès réalisés sur sa plateforme HyperFlex 4.0. Issue du rachat de Springpath - pour un montant de 320 millions de dollars - HyperFlex fait figure de parent caché dans le portefeuille de Cisco, mais comme nous l'a expliqué Roland Acra, vice-président en charge du groupe datacenter chez Cisco, la plateforme n'a pas vocation à rester dans l'ombre et le fournisseur compte bien étendre son influence sur le marché des datacenters, ainsi qu'à la périphérie et dans le cloud.

En rassemblant des ressources serveur, stockage et réseau dans un seul châssis, les clusters HyperFlex (à partir de deux noeuds ou trois noeuds et une VM pour assurer la fonction Witness en local ou dans le cloud) apportent une plus grande souplesse lors de la mise en service et de l'exploitation, notamment dans les environnements de type succursales dans les secteurs de la distribution et de la finance, dans le cadre d'un réseau étendu. « Avec HyperFlex, nous proposons de déployer des applications sans stopper le business », nous a indiqué Roland Acra. En d'autres termes, avec HyperFlex 4.0, Cisco entend accompagner les entreprises qui désirent assurer le déploiement et la gestion de leurs applications vers les succursales et les sites distants, tout en effectuant un suivi des services avec Cisco Intersight (portail cloud pour déployer et administrer les clusters). Cette version d'HyperFlex s'intègre également à la solution de gestion cloud de l'équipementier, qui comprend la prise en charge de l'analyse de l'automatisation ainsi qu'un moteur de correction qui peut aider les clients à repérer et résoudre rapidement leurs problèmes.

L'idée est de permettre aux clients de simplifier l'exploitation en déployant - dans le meilleur des mondes - une architecture hyperconvergée unique et simplifiée dans leur datacenter, leur cloud hybride (avec AWS, GCP et Red Hat OpenShift) et leur environnement edge, a souligné Roland Acra. Nutanix pousse le même message, mais aujourd'hui les solutions HCI viennent en complément pour permettre de déployer plus rapidement des applications distribuées sur des systèmes hébergés en interne ou dans des clouds, dans sa région ou ailleurs. Et dans le cadre d'un Streched Cluster HyperFlex avec deux sites distants (local ou dans le cloud), Cisco propose aux clients d'héberger le serveur Witness dans une VM en local ou dans le cloud, afin d'assurer la nécessaire coordination (data integrity) entre les noeuds (jusqu'à huit par site). « Quand nous détectons un erreur sur une couche, nous corrigeons depuis la sauvegarde cloud pour assurer l'intégrité des données et réparer à un niveau faible », nous a expliqué Roland Acra.

Signalons enfin que HyperFlex 4.0, avec Cisco Insight, sera disponible au deuxième trimestre.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité