Comment HPE veut élargir la cible de ses superordinateurs Cray

Le Cray EX2500 de HPE reprend l'architecture du supercomputer Frontier, mais pour un usage plus classique dans les entreprises. (Crédit HPE)

Le Cray EX2500 de HPE reprend l'architecture du supercomputer Frontier, mais pour un usage plus classique dans les entreprises. (Crédit HPE)

HPE annonce une version réduite et moins chère de sa machine exaflopique pour rendre les superordinateurs accessibles à davantage d'entreprises.

Les superordinateurs sont très chers, mais Hewlett Packard Enterprise a fait part de son intention de les rendre accessibles à un plus grand nombre d'entreprises. Pour cela, le constructeur va proposer des versions réduites et plus abordables de ses superordinateurs Cray. La gamme comprend des serveurs Cray EX et Cray XD, deux machines basées sur le superordinateur Frontier exascale installé à l'Oak Ridge National Labs. Les machines sont livrées avec tout le hardware nécessaire pour le traitement, le traitement accéléré, l'interconnexion, le stockage, les logiciels et les options flexibles d'alimentation et de refroidissement. 

Le premier système HPE Cray EX2500 possède la même architecture que le supercalculateur Cray EX4000 utilisé dans la construction de Frontier, sauf qu'il est 24 % plus petit pour tenir dans un datacenter d'entreprise. « Ce qui est remarquable, c'est que cette réduction de l'encombrement a été obtenue au niveau du système de refroidissement et non en utilisant moins de matériel », a déclaré Gerald Kleyn, vice-président de HPC/MCS/Edge Hardware Systems and silicon engineering chez HPE. L'EX2500 utilise les mêmes commutateurs et lames que l'EX4000 de Frontier. « Les clients HPC essaient de respecter le budget qu'ils se sont fixés et d'avoir le maximum de performances dans cette limite. Nous pouvons désormais proposer des superordinateurs en tenant compte de ces contraintes budgétaires, ce que l'on ne pouvait pas faire auparavant », a encore déclaré M. Kleyn. L'EX2500 est refroidi à l'eau (un liquide spécial en fait), et non à l'air, et HPE a intégré l'unité de distribution du liquide de refroidissement (CDU) dans l'armoire du serveur elle-même, au lieu de le placer dans une armoire séparée, comme sur le modèle EX4000. Le constructeur a pu ainsi gagner de l'espace, mais aussi réduire les coûts. Selon Gerald Kleyn, le supercalculateur Cray EX2500 coûte une fraction du prix du supercalculateur Cray EX4000.

Un rebranding à base d'Apollo 2000  L'autre système Cray XD2000 est basé sur la gamme Apollo 2000 de HPE. Il se présente sous forme d'une plate-forme 2U que l'on peut loger dans un rack standard de datacenter de 19 pouces. Ce serveur est refroidi par air ou par liquide. Si bien qu'une entreprise choisira de préférence l'EX2500 plutôt que le XD2000, si son datacenter dispose de l'infrastructure nécessaire au refroidissement par eau. Étant donné que l'EX2500 n'est refroidi que par eau, les entreprises dont le datacenter est refroidi exclusivement par air, s'orienteront vers le XD2000. HPE a déclaré qu'elle proposerait des lames de calcul pour le XD2000 et l'EX2500 avec les processeurs Xeon Scalable de 4e génération d'Intel (alias Sapphire Rapids) et Epyc 4 Genoa d'AMD. 

Autre système : le XD6500. Il s'agit d'une plateforme 5U pouvant accueillir jusqu'à huit GPU Nvidia H100 Hopper, ce qui le rend similaire aux serveurs DGX de Nvidia. Le XD6500 est destiné aux charges de travail avancées, comme la modélisation, la simulation et l'IA. À l'instar du XD2000, le XD6500 est un rebranding d'un ancien produit Apollo. Avec huit processeurs Hopper, il n'est pas surprenant que le XD6500 soit destiné au marché de l'IA et à l'environnement de développement de l'apprentissage machine, où il pourra aider les scientifiques à développer leurs charges de travail d'IA. En plus du hardware, ces superordinateurs sont livrés avec HPE Slingshot, une interconnexion Ethernet haut débit, Cray Clusterstor E1000 qui fournit un stockage étendu avec une hiérarchisation intelligente, et HPE Cray Programming Environment, qui offre une suite logicielle entièrement intégrée avec des compilateurs et des outils de développement.

Plus de performances qu'un serveur traditionnel Selon M. Kleyn, les serveurs Cray se situent un cran au-dessus des serveurs ProLiant annoncés récemment, du fait de leur refroidissement liquide. Ce dernier permet en effet de densifier l'empreinte des serveurs, « ce qui signifie qu'il y a moins de câbles optiques qui parcourent le datacenter pour l'assemblage. Il est donc possible de les coupler plus étroitement et d'obtenir des performances supérieures à moindre coût », a-t-il expliqué. Les serveurs Cray XD et EX équipés de processeurs Epyc d'AMD sont disponibles dès maintenant, tandis que les processeurs Xeon Scalable d'Intel arrivent lentement sur le marché à mesure qu'Intel augmente la production. Ils sont disponibles à l'achat et par le biais du modèle par souscription GreenLake.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité