Computacenter en passe de racheter les activités domestiques de BT en France

« L'épidémie de coronavirus qui sévit actuellement démontre l'importance pour nos clients de réseaux sécurisés et fiables, et ce rachat permettrait de renforcer significativement notre activité en France dans ce secteur », explique Mike Norris, le PDG du groupe Computacenter. Crédit photo : D.R.

« L'épidémie de coronavirus qui sévit actuellement démontre l'importance pour nos clients de réseaux sécurisés et fiables, et ce rachat permettrait de renforcer significativement notre activité en France dans ce secteur », explique Mike Norris, le PDG du groupe Computacenter. Crédit photo : D.R.

Computacenter France va récupérer les capacités de déploiement et de maintien en conditions opérationnelles d'infrastructures réseaux et IT de BT dans l'Hexagone. La filiale du groupe de distribution britannique alignerait ainsi un peu plus son offre sur celles qu'il propose sur ses autres marchés.

Le groupe de distribution britannique Computacenter investit pour le développement de sa filiale hexagonale. Le 24 mars, il est entré en négociations exclusives en vue de racheter les activités « domestiques » de BT en France. Ces dernières englobent le déploiement et le maintien en conditions opérationnelles d'infrastructures réseaux et IT, ainsi que les services professionnels associés. « La transaction prévue s'inscrit dans le plan de transformation de la division Global de BT qui vise à se concentrer sur la fourniture aux organisations multinationales de services de réseau, de cloud et de sécurité de nouvelle génération », indique BT par communiqué de presse. Et, elle permettrait à Computacenter de renforcer sa position sur le marché français du réseau et d'augmenter son nombre de grands clients en France.

118 M€ de chiffre d'affaire additionnel pour Computacenter

Pour Mike Norris, le PDG du groupe Computacenter, « ce projet d'acquisition ne représente qu'une petite progression de notre chiffre d'affaires en France, qui s'est élevé à 644,7 M€ en 2019. L'épidémie de coronavirus qui sévit actuellement démontre l'importance pour nos clients de réseaux sécurisés et fiables, et ce rachat permettrait de renforcer significativement notre activité en France dans ce secteur. Cela permettrait en outre de rapprocher notre portefeuille d'offres en France de celui existant sur nos plus gros marchés européens, offrant ainsi une base solide à une croissance à long terme » a déclaré Mike Norris, PDG du Groupe Computacenter. Dans l'Hexagone, les activités domestiques de BT ont représenté 118 M€ de chiffre d'affaires pour l'année fiscale 2018/2019.

BT conserverait néanmoins une forte présence en France pour répondre aux besoins d'entreprises et organisations internationales, incluant des points d'accès à son réseau mondial et un centre d'opérations de cybersécurité (CyberSOC). L'acquéreur et le vendeur prévoient en outre de passer un accord de partenariat en France, pour assurer une continuité de services aux clients actuels de BT et se créer des opportunités de croissance futures.

Un rachat effectif d'ici fin 2020

Le rachat est soumis à la consultation des Comités Sociaux et Economiques (CSE) des deux entreprises pour une durée minimale de deux mois. Le processus de consultation se conformera aux éventuelles directives complémentaires du gouvernement français liées à la pandémie de coronavirus. Cette transaction sera ensuite soumise à la validation des autorités compétentes, et devrait prendre effet à la fin de l'année 2020.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Publicité