Cortex M7 : l'architecture ARM dédiée aux objets connectés

La puce M7 intègre des processeurs de signaux numériques et une fonction de traitement à virgule flottante. (crédit : D.R.)

La puce M7 intègre des processeurs de signaux numériques et une fonction de traitement à virgule flottante. (crédit : D.R.)

Le dernier design processeur Cortex M7 d'ARM pourrait apporter plus de réactivité fonctionnelle aux robots, aux vêtements et accessoires connectés et à une grande variété de dispositifs portables.

ARM fait cap sur le futur. Son dernier design processeur Cortex M7 qu'il vient de présenter - et qui sera vendu sous licence aux fabricants de puces -, pourrait trouver sa place dans les robots et les objets connectés, mais également dans les voitures ainsi que les dispositifs biomédicaux et les appareils de réseau et de stockage. « Plus rapide et plus économe en énergie, la puce M7 va permettre aux constructeurs de proposer des produits offrant plus de fonctionnalités », a déclaré Nandan Nayampally, vice-président marketing du groupe CPU de ARM. « Par exemple, avec la puce Cortex M7, qui tourne à une vitesse d'horloge de 400 MHz, il sera possible de contrôler plus précisément les mouvements et les déplacements des drones et des robots », a ajouté le vice-président marketing. « La rapidité du processeur améliore le temps de réponse et permet de mieux gérer le contrôle du moteur, en particulier pour les appareils mobiles et les cibles », a encore déclaré Nandan Nayampally. La puce M7 pourra également être utilisée comme coprocesseur dans des appareils portables, les smartglasses par exemple, pour collecter les informations du capteur. « Dans les appareils mobiles, des processeurs plus rapides comme le Cortex-A restent nécessaires pour les applications visuelles ou graphiques », a encore précisé le vice-président marketing.

Avec ses puces Cortex-A, ARM domine déjà le marché des smartphones et des tablettes. Celles-ci devraient aussi apparaître dans des serveurs en début d'année prochaine. ARM voudrait que le nombre d'appareils intégrant ses processeurs soit plus important, et le marché de l'Internet des Objets représente une grande opportunité pour le concepteur. Le nombre d'appareils connectés à Internet pourrait atteindre les 30 à 50 millions d'ici 2020. Le facteur clef pour ces objets connectés est évidemment le support des technologies sans fil et des capteurs. « La puce Cortex M7 pourra intégrer ces technologies, c'est pourquoi elle est adaptée pour équiper des hubs, des systèmes de contrôle industriel et d'entreprise et des équipements pour datacenter », a expliqué Nandan Nayampally. « La puce M7, qui intègre également des processeurs de signaux numériques et une fonction de traitement à virgule flottante, est assez rapide pour apporter « de l'intelligence embarquée », pour que, par exemple, seule l'information pertinente soit envoyée aux référentiels », a déclaré le vice-président marketing.

Plus de 8 milliards de processeurs ARM basés sur Cortex M déjà livrés

Le nouveau processeur vient prendre la tête de la gamme de produits dans laquelle on trouve déjà le Cortex M3, utilisé dans la smartwatch Toq de Qualcomm, et le Cortex M0, un microcontrôleur utilisé dans de nombreuses cartes de développement bon marché. « À ce jour, environ 8 milliards de processeurs basés sur le Cortex M ont été livrés, dont 4,6 milliards au cours de la dernière année et demie », a dit Nandan Nayampally. « Un CPU M7 peut prendre en charge les tâches de plusieurs puces M0 ou M3, ce qui permet de gagner de la place », a-t-il ajouté. Les fabricants de puces Freescale, Atmel et STMicroelectronics ont déclaré qu'ils supportaient le nouveau design processeur.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

2024, l'année de Windows 11

2024, l'année de Windows 11

Si le parc de PC dans les entreprises françaises fonctionne encore majoritairement sous Windows 10, Microsoft a toutefois fixé la fin de son support le 14 octobre 2025....

Publicité