Cybereason travaille sur son programme partenaires

Les smartphones sont devenus de « vraies baies vitrées pour infiltrer le SI d'une entreprise », selon Alexandre Pierrin-Neron, en charge de l'activité française de Cybereason. (Crédit : D.R.)

Les smartphones sont devenus de « vraies baies vitrées pour infiltrer le SI d'une entreprise », selon Alexandre Pierrin-Neron, en charge de l'activité française de Cybereason. (Crédit : D.R.)

Arrivé en France il y a bientôt deux ans, Cybereason compte développer encore ses ventes dans l'Hexagone. L'atteinte de cet objectif passera par de nouveaux recrutements en interne et la mise en place d'un programme partenaires cette année.

Ces derniers mois ont été synonyme de développement pour l'américain Cybereason. Cette semaine, l'éditeur de solutions de détection des attaques sur les serveurs et postes de travail a intégré la protection des terminaux mobiles à sa plateforme. Proposée en SaaS, et hébergée dans les datacenters de Google Cloud, cette fonctionnalité était en préparation depuis un certain temps. La société attendait que le marché soit plus ouvert et évangélisé à la protection des terminaux mobiles pour la commercialiser. Aujourd'hui, avec 30% des malwares provenant des mobiles et deux e-mails sur trois ouverts sur les smartphones, ces terminaux sont devenus une « vraie baie vitrée pour infiltrer le SI d'une entreprise », estime Alexandre Pierrin-Neron, en charge de l'activité française de Cybereason.

L'activité commerciale de l'éditeur dans l'Hexagone a été lancée en octobre 2018 avec deux personnes dans ses bureaux : un responsable commercial et un directeur channel France en la personne de Mario Georgiou. M. Pierin-Neron est arrivé début 2019 au poste de vice-président France et Eastern Countries. Selon ce dernier, la première année a donné lieu à une bonne accroche sur le marché français et permis de convaincre plusieurs clients grands comptes dans le luxe, l'automobile et le secteur hospitalier. De quoi procéder aux recrutements d'un deuxième responsable commercial, d'un ingénieur systèmes et d'un responsable marketing. Cette année, Cybereason France ambitionne de doubler ses effectifs et de tripler son chiffre d'affaires.

Signer avec un distributeur ?

Côté channel, les ventes de l'éditeur se font à 100% en indirect. Cybereason s'appuie aujourd'hui sur 7 intégrateurs et MSSP : aDvens, I-Tracing, Intrinsec, Nomios, Securiview, ACKnowledge et Digital Security. Des discussions sont en cours avec Orange Cyberdefense, Atos et Sopra Steria. M. Pierrin-Neron réfléchit aussi à faire appel à un distributeur pour toucher des intégrateurs plus locaux et en régions. Deux personnes sont aujourd'hui chargées de suivre le réseau de ventes indirectes de Cybereason en France.

Un programme de partenariat est aussi en cours de mise en place depuis début avril au niveau mondial. Le responsable de l'activité française de l'éditeur précise qu'il sera échelonné sur trois niveaux : Entry, Pioneer et Game Changer. Pour l'heure, peu de détails sont fournis sur les critères d'accès aux différents niveaux de partenariat. Néanmoins, il est déjà acquis que les revendeurs labellisés Entry devront justifier d'une certification commerciale et d'une certification technique sans avoir à atteindre un objectif de chiffre d'affaires. Les Game Changer devront disposer d'un nombre plus élevé de collaborateurs certifiés (sans qu'un chiffre exact soit donné) et devront atteindre plus d'1 M€ de revenus par an avec Cybereason.

Un programme toujours en cours d'installation

Les programmes de certifications techniques sont eux aussi divisés en trois niveaux selon l'expertise souhaitée : les Technical specialists (1 à 2 jours de formation), les Security experts (2 à 3 jours de formations) et les Threat Hunters (une semaine de formation). Les certifications justifient de la maîtrise de compétences autour des solutions de Cybereason plutôt que de la maîtrise de chaque solution spécifiquement. Un intégrateur pourra ainsi se certifier en analyse, en administration de la sécurité, en réponse aux attaques, etc. Une certification spécifique a aussi été mise en place pour labelliser les partenaires capables de réaliser des POC pour l'éditeur. Toutes les formations, les examens et le suivi du partenariat sont accessibles sur un portail dédié. Le programme doit encore être précisé et mieux formalisé. 

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité