Des employés d'Apple se rebiffent face au retour au bureau

D'anciens et actuels employés d'Apple ont écrit une lettre ouverte à la firme dénonçant les conditions du plan de travail hybride. (Crédit : Apple Together)

D'anciens et actuels employés d'Apple ont écrit une lettre ouverte à la firme dénonçant les conditions du plan de travail hybride. (Crédit : Apple Together)

Un groupe se faisant appeler Apple Together a publié une lettre ouverte aux dirigeants du groupe leur demandant de modifier la politique de l'entreprise consistant à exiger des travailleurs qu'ils soient présents au bureau au moins trois jours par semaine.

Grincements de dents chez Apple où un groupe d'employés s'insurge contre la politique de l'entreprise les obligeant à retourner au bureau trois jours par semaine. Le groupe, qui se nomme Apple Together, a publié une lettre ouverte aux dirigeants critiquant le programme pilote de travail hybride de la société, le qualifiant de rigide. Entre autres griefs, la lettre anonyme qualifie l'exigence de l'entreprise selon laquelle les employés doivent passer trois jours au bureau comme faisant preuve de « presque aucune flexibilité ». « Le travail au bureau est un concept du siècle dernier, de l'époque précédant l'internet omniprésent et capable de faire des appels vidéo et le fait que tout le monde soit sur la même application de chat interne », dit la lettre.

« Mais l'avenir, c'est de se connecter quand cela a du sens, avec des personnes qui ont une contribution pertinente, quel que soit l'endroit où elles se trouvent. Nous vous demandons maintenant, à vous, l'équipe de direction, de faire preuve d'un peu de souplesse et de laisser tomber les politiques rigides du projet pilote de travail hybride. Arrêtez d'essayer de contrôler la fréquence à laquelle vous pouvez nous voir au bureau », écrit le groupe. « Faites-nous confiance, nous savons comment chacune de nos petites contributions aide Apple à réussir et ce qui est nécessaire pour y parvenir ».

Deux visions du travail qui divergent


La lettre, qui exprime au début le dévouement des employés à une entreprise qu'ils « rêvaient de rejoindre un jour », s'ensuit par une déclaration où leur « vision de l'avenir du travail s'éloigne de plus en plus de celle de l'équipe dirigeante ». « Nous voyons clairement les avantages de la collaboration en physique, le processus créatif facilité par la communication entre deux personnes présentes dans la même pièce et non limitées par la technologie », a déclaré le groupe.

« Mais pour beaucoup d'entre nous, ce n'est pas quelque chose dont nous avons besoin chaque semaine, souvent même pas chaque mois, et certainement pas chaque jour. Le pilote de travail hybride est l'un des moyens les plus inefficaces pour regrouper tout le monde dans une seule pièce, si le besoin s'en fait sentir de temps en temps. »

Une remise en cause de la diversité


Apple Together énumère six domaines clés dans lesquels le plan de travail hybride de l'entreprise portera atteinte au moral des employés, à l'inclusion et à la diversité. La lettre a été signalée pour la première fois en début de semaine par le site d'information iMore, qui s'adresse aux adeptes d'Apple. Selon la missive, le mandat de trois jours par semaine au bureau modifiera la composition de la main-d'oeuvre d'Apple, la rendant plus jeune, plus blanche et plus masculine, et favorisera « ceux qui peuvent travailler pour Apple, et non ceux qui leur conviennent le mieux ».

Des privilèges comme « « être né au bon endroit pour ne pas avoir à déménager », « être assez jeune pour commencer une nouvelle vie dans une autre ville ou un autre pays » ou « avoir un conjoint au foyer qui déménagera avec vous » », peut-on lire dans la missive. Dans un mémo adressé au personnel en mars, le CEO d'Apple, Tim Cook, a indiqué aux employés qu'ils devaient être de retour au bureau au moins un jour par semaine à partir du 11 avril. Le mémo décrivait ensuite un plan pour augmenter le travail au bureau à deux jours par semaine à partir du 2 mai, et à trois jours au bureau - les lundi, mardi et jeudi - à partir du 23 mai.

Une politique suivie par d'autres firmes


Le groupe des salariés d'Apple, qui a également créé un compte Twitter et une page web pour faire part de ses doléances, affirme qu'il comprend des employés actuels et anciens d'Apple. La page web qualifie Apple de « culture du secret [qui] crée une forteresse opaque et intimidante ». « Lorsque nous demandons des comptes et des réparations pour les injustices persistantes dont nous sommes témoins ou victimes sur notre lieu de travail, nous sommes confrontés à un modèle d'isolement, de dégradation et d'éclairage », peut-on lire sur la page web.

Apple n'est pas la seule entreprise à demander que la main-d'oeuvre hybride soit de retour au bureau un certain nombre de jours par semaine. Citigroup, BNY Mellon, Google et Twitter font partie de ceux qui adoptent également un travail hybride avec un nombre de jours au bureau - bien que Twitter ait indiqué à ses employés qu'ils pouvaient continuer à travailler à distance, même si les bureaux sont ouverts. D'ici la fin du trimestre en cours, en juin, la plupart des entreprises auront ouvert la plupart de leurs sites de travail, selon une enquête du cabinet de recherche Gartner publiée en mars.

Quitter son emploi en période de plein emploi


Lorsque les entreprises ont été interrogées sur quelles options de flexibilité du travail elles offraient pour attirer et retenir les talents, près d'une sur cinq (18 %) a répondu aucune, selon l'enquête de Gartner menée auprès de 300 entreprises. Les secteurs étudiés comprenaient, entre autres, l'informatique et les télécommunications, les soins de santé et les produits pharmaceutiques, les carburants et l'énergie, la construction et l'immobilier, ainsi que le transport et l'expédition. 3 entreprises sur 5 ayant répondu à l'enquête ont déclaré avoir fixé un nombre minimum de jours de travail sur site, par exemple, les employés doivent venir au bureau le lundi, le mercredi et le vendredi. Mais même ces options peuvent poser des problèmes de rétention des employés.

« En cette période de plein emploi et de pénurie de nombreux travailleurs, les employés ont la possibilité de partir si vous les rendez malheureux », a déclaré Jack Gold, analyste principal du cabinet de recherche J. Gold Associates. « Donc, contrairement au passé, où les entreprises avaient la possibilité de dicter et de faire en sorte que les employés prennent ou laissent, c'est beaucoup moins possible dans l'IT de nos jours ». David Lewis, PDG d'OperationsInc, une société de conseil en RH dans le Connecticut, a déclaré dans une interview que les entreprises qui dictent un retour au bureau à temps plein - ou comment les employés devraient travailler à distance - manquent la vue d'ensemble. M. Lewis a fait remarquer que le taux de chômage aux États-Unis est de 3,6 % et qu'il y a actuellement plus de 11 millions d'offres d'emploi. Si les employés sont poussés suffisamment fort, ils prendront la porte, a-t-il dit.

Face au 100% bureau, 40% des employés quitteraient leur emploi


« Il y a une demande insatiable de candidats qui dépasse l'offre. Vous passez à côté du fait que si vos employés ne veulent pas revenir au bureau, ils ont le choix », a déclaré David Lewis, évoquant le phénomène de la grande démission. « Ils ont des options, et ils s'en servent ». OperationsInc affirme avoir plus de 1 000 clients qu'elle conseille sur les questions de RH et le suivi des données liées au travail. « J'ai été un étudiant très concentré sur tout ce qui s'est passé en matière de lieu de travail [...] au cours de mes 36 ans de carrière dans la gestion des ressources humaines. Au cours de la période Covid-19, en particulier, j'ai vu les gros titres de diverses entreprises..., « Revenez au bureau. Et si vous ne le faites pas, vous devriez chercher un autre emploi », a déclaré M. Lewis.

Des enquêtes auprès des employés ont montré que pas moins de 40 % quitteraient leur emploi s'ils n'étaient pas autorisés à travailler à distance. Pourtant, parmi les entreprises qui emploient des cadres ou des ingénieurs, entre 33 % et 60 % exigent une présence au bureau sous une forme ou une autre, que ce soit à temps partiel ou à temps plein, a déclaré M. Lewis. « Un pourcentage significatif de personnes essaient de ramener leur lieu de travail à ce qu'elles considéraient comme normal avant le Covid », a-t-il déclaré. Cela ne va pas plaire à beaucoup de collaborateurs, ajoute-t-il. Il faut trouver un équilibre entre ce dont l'employeur pense avoir besoin pour maintenir la culture d'entreprise et une expérience collaborative, et ce que les employés veulent. « Il s'agit d'un domaine très délicat, qui diffère selon les entreprises et les employés, mais c'est certainement un problème de nos jours », a déclaré M. Gold.



s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité