Feel Europe Groupe se défend d'avoir causé la liquidation de TPG-IT



Poursuivant la réfutation des accusations des détracteurs de Feel Europe, le président de la société brandit un dernier argument : « Lorsque nous avons racheté Team Partners à la barre du tribunal de commerce, nous étions le seul repreneur sérieux en lisse. Il ne fait aucun doute que le juge aurait accepté que nous reprenions un nombre de salariés bien moins important que les 496 collaborateurs qui nous ont rejoints. Pourquoi aurions-nous alors sciemment fait baisser l'effectif de TPG-IT après l'avoir racheté alors que nous aurions pu le faire avant d'en être propriétaire ?! »

Yann Vaudry met en cause les représentants du personnel

Pour Yann Vaudry, à qui TPG-IT a été cédé en mars 2013, les syndicats et les représentants du personnel de la société portent une lourde responsabilité dans sa mise en liquidation. Lorsqu'il conclut la transaction, la société est, certes, mal en point (elle perd alors 120 K€ par mois). Mais parallèlement à ses négociations avec la direction de Feel Europe, l'homme travaille avec un futur associé. Ce dernier discute de son côté du rachat des activités infrastructures et bureautique de la société 3S Informatique et des 49 salariés qui y sont rattachés. « Notre idée était ensuite de rapprocher les deux entités puis de les faire fusionner avec la société Hot-Line qui souhaitait elle aussi constituer un nouvel ensemble. Il aurait représenté 12 M€ de chiffre d'affaires et un effectif d'environ 230 personnes que nous aurions rapidement l'intention de fait passer à 300 salariés. J'ai expliqué cette stratégie aux syndicats et aux représentants du personnel de TPG-IT, mais ils ont réussi à faire capoter cette stratégie », estime Yann Vaudry.

Hot-Line aurait pu reprendre TPG-IT à la barre du tribunal

Voyant que la paix sociale ne régnait pas chez TPG-IT, les dirigeants de 3S Informatique auraient en effet demandé à Yann Vaudry de la rétablir avant pour revenir à la table des négociations. La suite à montré qu'un dialogue serein n'a jamais pu être réinstauré, ce qui aurait définitivement clos la possibilité d'une cession partielle de 3S Informatique. Malgré cela, la société Hot-Line, chez qui TPG-IT avait déjà déménagé en vue de la fusion prévue, est restée intéressée par un rapprochement. « Au moment de la mise en redressement judiciaire de TPG-IT, Hot-Line a monté un dossier de repreneur. Les dirigeants de cette société ont rencontré un des délégués du personnel de TPG-IT. Ils ont pris par la suite la décision de ne pas poursuivre l'opération pour ne pas risquer d'importer chez eux les difficultés sociales qui se faisaient ressentir chez nous », indique Yann Vaudry.

Au final, il est difficile d'y voir clair entre l'analyse diamétralement opposée des représentants du personnel de TPG-IT d'une part, et celles de Feel Europe Groupe et de Yann Vaudry d'autre part. L'éclaircissement viendra peut-être des prud'hommes devant lesquels des ex et actuels salariés de TPG-IT ont assigné la société et Feel Europe Groupe.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité