Google équipe Doc de plug-ins pour faire face à Office Store

Google pousse une application appelée EasyBib Bibliography Creator qui ajoute une fonction autrefois présente dans Office.

Google pousse une application appelée EasyBib Bibliography Creator qui ajoute une fonction autrefois présente dans Office.

Afin de se positionner au même niveau de fonctionnalités qu'Office, les applications Docs et Sheets de Google peuvent désormais puiser dans des plug-ins ou des applications de tierce partie.

Depuis hier, on peut trouver dans Google Drive une option d'ajout de plug-ins de tierce partie pour les applications Docs et Sheets. Les deux applications bureautiques en ligne peuvent ainsi accéder à des fonctionnalités supplémentaires non proposées par Google. Les « plug-ins pour Docs et Sheets » rivalisent directement avec les Apps pour Office lancées l'an dernier par Microsoft. D'ailleurs, les trois applications mises en avant par Google viennent combler certaines faiblesses reconnues des Google Docs (désormais une composante de Drive, le service de stockage dans le cloud). « Ces add-ons sont de nouveaux outils créés par des développeurs partenaires. Ils permettent aux utilisateurs de profiter de plus de fonctionnalités dans leurs documents et leurs feuilles de calcul », a écrit dans un blog Saurabh Gupta, chef de produit chez Google.

Pour ajouter des fonctionnalités, il suffit de cliquer dans le menu « Add-ons » qui apparaît en haut de la page dans Docs ou Pages. L'utilisateur est ensuite invité à choisir un ou plusieurs add-ons. La méthode est très similaire à l'ajout d'applications prêtes à l'emploi dans ChromeOS sur un Chromebook. Docs propose une liste de 34 plug-ins, et Sheets, 29. Mais, pour accéder à cette liste de plug-ins dans Sheets, il faut impérativement disposer de la dernière version lancée par Google en décembre dernier.

Office Store reste encore plus fournie

Pour l'instant, comparativement à ce que propose Microsoft dans son Office Store, Google propose moins d'applications, même si dans l'offre de Microsoft, on trouve quelques applications sans aucun intérêt, comme un générateur de texte. Cependant, il y a aussi des exclusivités, comme une application pour gérer les gabarits Avery. Google propose une application concurrente plus aboutie qui permet de fusionner les adresses pour créer des étiquettes. L'éditeur vante également une application appelée EasyBib Bibliography Creator qui ajoute une fonction autrefois présente dans Office, mais jamais proposée dans les Google Docs et insiste sur cet autre add-on de suivi des modifications du nom de Letterfeed. On peut dire que Google a spécifiquement ciblé des outils de développement de tierce partie pour remédier aux faiblesses les plus flagrantes par rapport à Office. Comme ces nombreux outils avec des templates (que l'on trouve en natif dans Office) ou encore ce plug-in pour connecter Sheets avec les Google Analytics.

L'an dernier, Microsoft avait ajouté la collaboration à ses Office Web Apps (désormais appelées Office Online), et avait renforcé les fonctions de collaboration d'Office pour montrer à quel point son application était partagée et sociale. Mais les développeurs d'applications qui ont apporté leurs technologies à l'Office Store se sont dits très déçus par le niveau d'adoption de leur produit. Pour l'instant, Google n'a pas dit si elle permettrait aux utilisateurs de Google Drive/Docs de puiser dans les requêtes de données en direct, ce qu'a fait Microsoft, même si ces solutions sont disponibles sur le site développeur de Google. Cependant, Google pourrait s'appuyer sur sa nouvelle stratégie autour des plug-ins pour aider les villes, les établissements scolaires et autres institutions, qui hésitent entre Microsoft Office et les Google Docs, à décider si elles ont intérêt ou non à s'éloigner d'une suite Office qui a fait ses preuves. La question de savoir si Google va continuer à alimenter son offre de plug-ins reste ouverte.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Publicité