Grâce à son infrastructure maison hébergée, Ahrefs a économisé 400 M$

Les locaux d'Ahrefs. Depuis son choix d'une infrastructure hébergée dans un datacenter à Singapour, l'éditeur a dépensé 41 M$ dans son infrastructure IT. Contre 448 M$ s'il avait eu recours à AWS. (Photo : D.R.)

Les locaux d'Ahrefs. Depuis son choix d'une infrastructure hébergée dans un datacenter à Singapour, l'éditeur a dépensé 41 M$ dans son infrastructure IT. Contre 448 M$ s'il avait eu recours à AWS. (Photo : D.R.)

Ahrefs sort la calculette. Selon l'éditeur, son choix d'investir en 2020 dans une infrastructure maison hébergée lui a fait économiser 400 M$ par rapport à une externalisation chez AWS. Pour le directeur de la production, les coûts du cloud public auraient rendu impossible la survie de la société.

Après Basecamp, au tour de l'éditeur singapourien Ahrefs (spécialisé dans le SEO) de mettre sur la table les économies qu'il réalise en évitant le cloud public. Dans un billet de blog, Efim Mirochnik, le responsable de la production IT de la société, met en lumière les coûts de ce type d'environnements, « des coûts si élevés que nous nous demandions si notre entreprise pouvait exister avec une infrastructure à 100 % sur le cloud. »

En partant des dépenses qu'il consacre à l'hébergement de ses infrastructures dans un datacenter en colocation à Singapour, Efim Mirochnik se livre à une comparaison des coûts qu'une installation similaire générerait chez AWS. En partant d'une utilisation de ses serveurs sur 5 ans, le responsable calcule le coût mensuel de son infrastructure, en agrégeant ses achats de machines, les coûts réseau, de l'électricité et de la location de la salle (en se basant pour ces deux derniers items sur les factures d'octobre 2022). Résultat : une dépense mensuelle par serveur estimée à 1 550 dollars, provenant à deux-tiers de l'amortissement de l'achat de serveurs.

Plus de 11 fois plus cher chez AWS

La comparaison est cruelle pour AWS. En se basant sur les tarifs publics du fournisseur en Asie-Pacifique, le responsable de la production IT d'Ahrefs parvient à un coût par serveur plus de dix fois supérieur : 17 557 dollars par mois. « Malheureusement, AWS ne fournit pas d'instance EC2 avec le nombre de coeurs dont nous disposons. Nous avons donc trouvé une configuration EC2 avec la moitié des coeurs et 1 To de RAM. Nous avons ensuite comparé le coût d'un serveur Ahrefs au coût de deux instances EC2 de ce type », écrit Efim Mirochnik. Notons que le responsable a basé son calcul sur la réservation de ces instances sur trois ans.

« Outre les instances EC2, nous avons ajouté un stockage Elastic Block Storage (EBS). Il ne s'agit pas d'un remplacement exact du stockage existant, car nous utilisons des disques NVMe rapides et de grande taille dans nos serveurs. Pour simplifier les choses, nous avons choisi un EBS gp3 moins cher (mais beaucoup plus lent que le nôtre). Son coût se compose de deux parties : la taille du stockage et les frais pour les IOPS », détaille encore le responsable IT.

Bref, le recours à AWS représente un surcoût massif même après de premières optimisations, se traduisant parfois par des performances moindres, notamment dans le stockage. Le débit maximal de gp3 par instance est ainsi limité à 10 Go/s, tandis que les performances d'un seul disque NVMe PCIe Gen 4 sont comprises entre 6 et 7 Go/s, et Ahrefs en aligne 16 fonctionnant en parallèle.

« Ahrefs ne serait pas rentable et même n'existerait pas »

En partant de cette équation unitaire, où chaque serveur AWS coûte 11,3 fois plus cher que le serveur qu'héberge actuellement l'éditeur, Efim Mirochnik calcule la facture des deux solutions, depuis que la société asiatique a renouvelé son infrastructure (850 serveurs) et fait le choix de la colocation, soit il y a deux ans et demi. « Nous devrions payer à AWS la somme astronomique de 400 millions de dollars de plus pour assurer le fonctionnement de notre infrastructure à Singapour à partir de 2020 », tranche le responsable. Problème : c'est bien davantage que les revenus de Ahrefs au cours de la même période, qu'Efim Mirochnik évalue à 257 M$ sur les exercices 2020, 2021 et 2022. A comparer à une facture totale AWS de 448 M$ !

La conclusion du responsable de la production IT est sans ambiguïté : « bien qu'Ahrefs utilise les avantages d'AWS pour l'hébergement de son front-end dans différentes parties du monde, la grande majorité de l'infrastructure d'Ahrefs exploite la colocation avec du matériel appartenant à l'entreprise. Ahrefs ne serait pas rentable, ou même n'existerait pas, si nos produits étaient à 100% sur AWS. Si nous n'utilisions que le cloud, nos coûts d'infrastructure seraient 10 fois plus élevés que ce que nous connaissons actuellement. 

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité